[Feat Reed] Qui sera le chevalier au final ? - Page 2

Partagez | .
Aller à la page : Précédent  1, 2
Marley D. Pratt
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : un chat, Vénus, elle est toute noire mais c'est mon porte bonheur ET un chien, adorable, bébé husky aux yeux vairons, Volt
► Mes messages : 183
► La boite à cookies : 4871
► Date d'inscription : 01/02/2017
► Date de naissance : 05/02/1990
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t398-marley-j-attend-mo
le petit mot doux de Marley D. Pratt qui mange un cookie le Lun 3 Juil - 21:51 ► réponds-lui !

HEMINGWAY
Reed
Qui sauve qui ?
Rien à faire de nos amis, désormais. On fera comme on veut, si on veut se parler tous les deux. Il a raison Reed. Je n'ai pas peur de ce qu'ils peuvent nous faire, mais je voulais savoir si Reed pensait comme moi. Que j'aille pas vers lui pour me prendre un vent parce qu'il ne veut pas me parler devant ses amis pour ne pas se les mettre à dos. Mais comme on est du même avis, que lui aussi s'en fou, je suis vraiment contente. Reed est vraiment un garçon intéressant. J'aurais du venir vers lui bien avant. Peut être que d'autres de sa bande sont comme lui. Je rigole quand je l'entends dire que mes amis sont des idiots.
« Les tiens aussi le sont et on l'a été aussi de les laisser faire cette petite gueguerre. On devrait tous s'allier contre ce groupe de plus grands qui gagnent toujours. Et leur air supérieur m'énerve vraiment. »
Reed, il me propose qu'on aille faire du skate tous les deux, laissant nos idiots d'amis s'amuser à se battre pour la rampe. Alors que pendant ce temps, personne ne s'y trouve. Sauf peut être les grands qui viennent et nous chasse, profitant du fait que nos deux groupes ne s'entendent pas pour nous écraser. J'en ai marre des plus grands, ils se pensent mieux que nous parce qu'ils sont plus vieux. Comme ce gars tout à l'heure qui voulait me piquer mon goûter. Goûter pour lequel et grâce auquel je découvrir réellement qui est Reed. Lui qui a voulu se battre pour m'aider, le seul qui est venu alors qu'il est aussi grand que moi, peut être quelques centimètres de plus, mais vous voyez l'idée.
« Ouais, ce sera bien plus amusant que de les voir se disputer encore, ça commence à m'ennuyer toutes ces histoires. C'est toujours la même chose quand ils se croisent et au final, on s'amuse jamais en fait. Maintenant, peut être que ça changera avec toi. »
Je lui souris, je suis contente de le connaître vraiment. Et on se reverra. Peut être juste tous les deux plutôt qu'avec nos amis, de toute façon, il serait impossible de tous se donner rendez-vous au bowling pour bien s'amuser ensemble vue l'entente, mais peut être un jour, ce serait vraiment cool.

Quand nous sommes à la salle, il hésita à me suivre quand je poussa la porte. Il avait peur de sembler ridicule. Je tente de le rassurer. Reed il voit tout le monde si fort et lui, à côté, se voit comme un maigrichon, un gringalet. Je lui souris alors, rigolant un peu.
« Tu crois qu'ils sont née comme ça ? Quand ils sont arrivé, ils ne semblaient pas plus fort que toi. Et puis dans la boxe, il y a de tout, même des poids plume. Alors ne t'inquiète pas, puis, moi je semble pas bien costaud, enfin j'espère, sinon je dois me mettre au régime... »
Je le fais entrer avec moi. Il n'est pas le seul tout fin ici. Le gars au fond de la salle, il n'est pas bien musclé non plus et pourtant, ça fait longtemps qu'il vient là s'entraîner. Puis j'aime pas quand ils sont trop musclés, c'est souvent, juste de la gonflette pour sembler impressionnant et draguer les nanas. Heureusement, je suis encore trop jeune pour ça, mais je les vois faire avec Pearl, qui vient parfois m'aider à m’entraîner. D-s qu'une jolie fille pointe son nez ici. C'est toujours pareil, ils sont tous attirés par elle, comme les mouches avec le miel. Je vais me changer, laissant mes affaires dans le bureau de papa, je n'ai pas confiance en tout le monde et je sais qu'on est très peu à avoir la clé du bureau. Reed préfère regarder et reviendra avec ses affaires une prochaine fois. Je lui souris encore, il me demande par quoi on commence pour s’entraîner.
« Alors j'espère que tu reviendras, ça serait sympa de voir quelqu'un de mon âge ici. Moi, je commence toujours par étirer mes muscles pour éviter les claquements. Après je fais deux tours de la salle et de la corde, puis des abdos et des trucs comme ça. »
Je pose ma corde à côté de Reed, commençant mes étirements.
« La corde ça muscle bien les jambes et les fesses. »
Je fais mes deux tours avant de revenir vers Reed, j'attrape le corde quand il me demande pour mon père.
« Si, mais il a du être appeler pour son premier boulot. Il est pompier à la base. »
C'est peut être mieux qu'il ne soit pas là. Je ne sais pas comment il aurait prit le fait que j'ai ramené un garçon.Je poursuis mon échauffement tranquillement. Je bâcle un peu la corde et les abdos pour pouvoir continuer de discuter avec Reed.
« Et toi, tu fais du sport en dehors de l'école ? Ou des activités ? »
PRATT
Marley


Revenir en haut Aller en bas
Reed I. Hemingway
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Un chien, mon fidèle acolyte Robin !
► Mes messages : 131
► La boite à cookies : 1202
► Date d'inscription : 24/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Reed I. Hemingway qui mange un cookie le Mar 19 Sep - 10:42 ► réponds-lui !

Dire qu’il avait fallu un événement de ce genre pour se rendre compte finalement que nous pourrions bien nous entendre, simplement parce que mon amis ne s’entendaient pas avec son ami. C’était idiot et maintenant c’était fini, parce que Marley, elle était quand même vachement sympa et qu’on était lié par ce combat dans lequel la princesse en détresse avait en fait sauvé le héros. Et nous étions tous les deux d’accord, au moins c’était clair sinon ça aurait été délicat de savoir si on devait se parler si on devait se recroiser. Enfin pas pour moi car j’aurais été la voir, en revanche si j’avais prit un vent, je l’aurais sans doute très mal prit. Mais il n’y aurait pas ce problème au moins. Nous continuons de parler quand, par plaisanterie j’avais dit que ses amis étaient des idiots. En réalité je ne les connaissais pas tant que ça, simplement que je n’aimais pas leur comportement avec les miens mais finalement je m’en fichais, je n’avais jamais vraiment été celui qui s’impliquait le plus dans ces disputes. Marley elle concluait que les miens aussi l’était et que même nous deux l’avions été. Une belle brochette d’idiot quoi. Elle ajoutait qu’on devrait tous s’allier contre les plus âgés. « Bah, ça serait pas une si mauvaise idée, mais j’crois qu’on arrivera jamais vraiment à les rallier ! » Ca faisait assez Roméo et Juliette des temps modernes, enfin à part que nous n’étions pas amoureux, mais la situation était ressemblante. Alors je lui avais proposé qu’on fasse du skate que tous les deux, pendant qu’ils se disputent nous on aura qu’à s’amuser et autant ça leur donnera les idées de nous rejoindre aussi. « Oui voilà ! Au moins on viendra avec nos planches pour quelques choses ! » Finalement ce parfait crétin aura au moins permis à ce qu’on se rencontre et qu’on devienne peut-être de bons amis. Et puis par forcément qu’au skate parc après tout.

Et nous étions arrivés à la salle mais finalement je commençais à douter. J’étais un petit gringalet et j’avais eut peur de faire tâche ici quand je voyais tous les autres s’entrainer si bien. Marley elle m’avait rassuré, parce qu’elle m’a dit que quand ils étaient arrivé, ils étaient comme nous et que dans la boxe, y avait de tout même des poids plumes comme nous et que même elle ne devait pas être bien costaud. Elle me faisait rire et ça allait un peu mieux. « Non t’es pas trop costaud ! » J’étais un peu rassuré même si j’étais toujours gêné, c’était vraiment nouveau pour moi alors je ne savais pas où me mettre en attendant qu’elle se change. Donc je l’avais attendu bêtement en attendant qu’elle revienne, heureusement qu’elle ne tardait pas trop. Et je l’ai suivi en faisais un peu comme elle, alors qu’elle me disait qu’elle aimerait que ça serait sympa que je revienne. On commençait par s’étirer et des faires des petits exercices musculaires. « J’aimerais bien il faudra que je demande à mon père, puis autant ça pourras me faire du bien. » Je la suivais dans chacun de ses entrainements, ça va je ne fatiguais pas trop comme je courrais déjà naturellement toujours partout. Bien-sûr j’écoutais chacun de ses conseils. Je m’étais renseigné un peu sur son père que nous n’avions toujours pas vu, et elle m’apprenait qu’il était partie pour son premier boulot pompier. Je souriais avec des étoiles dans les yeux. « Ton père à l’air trop cool » Même si pour moi, mon plus grand héros restait mon papa, même si je lui en voulais un peu, mais son père lui l’étais aussi. Elle me demandait alors si je faisais du sport en dehors de l’école. « Bah vraiment mais j’aimerais bien, plus petit j’avais des problèmes de santé alors assez souvent je pouvais plus en faire. Mais je suis du genre à toujours courir partout. » Je riais parce qu’en général, on m’appelait toujours la tornade, comme je retournais tout sur mon passage.

Et finalement je passais un petit moment avec Marley à parlé et m’entrainer quand je remarquais que l’heure avait bien avancé et que j’allais me faire taper sur les doigts car j’étais vraiment en retard. « Je crois que je vais devoir y aller, mais j’ai adoré alors je reviendrais ! » Je prenais mes affaires et la saluait quand je pensais à un léger détail. « Tiens au fait ? Tu aurais un numéro qu’on puisse se parler encore ? »
Revenir en haut Aller en bas
Marley D. Pratt
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : un chat, Vénus, elle est toute noire mais c'est mon porte bonheur ET un chien, adorable, bébé husky aux yeux vairons, Volt
► Mes messages : 183
► La boite à cookies : 4871
► Date d'inscription : 01/02/2017
► Date de naissance : 05/02/1990
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t398-marley-j-attend-mo
le petit mot doux de Marley D. Pratt qui mange un cookie le Jeu 28 Sep - 14:32 ► réponds-lui !

HEMINGWAY
Reed
Qui sauve qui ?
Je suis contente de bien m’entendre avec Reed, il est complètement différent de ce que j’ai put en entendre. Et c’est bien, car on est sur la même longueur d’onde tous les deux. La prochaine fois qu’on se croisera avec nos deux groupes d’amis rivaux, on se mettra de côté pour discuter et rigoler tous les deux. C’est possible que mes amis m’en veuille, mais je m’en fiche. Et même si on en avait pas parlé, je serais allé le voir, car maintenant que je l’aime bien Reed, je ne vais pas faire semblant pour éviter que mes amis pensent que je les trahis. Ils savent que je suis entière, je ne fais pas semblant. Et je m’en fiche de ce qu’ils penseront. Et puis ce n’est pas parce qu’il y a deux personnes qui ne s’apprécient pas, qu’on doit tous se faire la guerre. Et du coup, on perd toujours contre les plus grands qui nous virent et on peut jamais vraiment rouler avec nos planches.
« Ouais, tu as probablement raison, faudra quand même tenter la prochaine fois que les grands se ramènent pour nous virer, et on verra bien. Qui ne tente rien n’a rien. Et peut être même qu’après, tout ira mieux, même entre nos amis ! »
Je suis comme ça, je suis une grand optimiste, comme papa. Il m’a toujours apprit à voir le bon côté des choses et c’est ce que je fais. Et puis si ils ne veulent pas nous écouter, comme le propose Reed, on ira faire du skate juste tous les deux. Peut être que de nous voir nous amuser les fera changer aussi. Ou au contraire, la situation sera encore pire et on sera des traîtres pour nos deux groupes. Mais je m’en fiche, si ça se fini comme ça, c’est qu’ils n’étaient pas vraiment mes amis.
« Oui, pour une fois, elles nous serviront ! »
Cette drôle d’aventure nous aura au moins permis à nous connaître un peu mieux et dépasser les préjugés !

À la salle, Reed a peur de faire gringalet au milieu des autres gars costaud. Je rigole en le rassurant. Tout ira bien, après tout, il y a bien une catégorie poids plume en boxe et dans beaucoup de sport d’ailleurs. Je m’y connais un peu comme je pratique et aussi comme j’adore regarder les JO. Quand il dit qu’en effet, je fais pas forte du tout, je répond en rigolant.
« Hey ! C’est pas parce que je fais pas costaud que je sais pas me défendre ! »
Je file me changer pour revenir rapidement vers Reed et nous commençons par de simple exercices d’échauffement et de musculation comme je le fais habituellement. Même si j’en fait moins comme papa n’est pas là pour me surveiller, j’avoue un peu un profiter. Je souris à Reed qui s’amuse avec moi.
« Ce serait trop bien si ton papa est d’accord, j’aurais enfin quelqu’un de mon âge ici ! »
Il y a souvent des adolescents, mais ils sont quand même bien plus âgé que moi comme ils ont entre 15 et 18 ans. Et puis il n’y a presque jamais de filles. Alors parfois je me sens un peu seule. Et aujourd’hui, si Reed n’était pas là, je serais sans doute rentrée chez moi quand j’ai vue que papa n’était plus là. Probablement qu’il a eu un appel de son boulot, ce que je dis à Reed qui trouve ça trop cool. Je lui souris.
« Mon papa c’est comme un héro pour moi. »
Je parle bien avec Reed. Il me raconte qu’il a eu des soucis de santé, c’est pour ça qu’il ne fait pas trop de sport, mais que ça ne l’empêche pas de courir toujours partout. Je rigole un peu car on est pareil.
« On me dit toujours de me calmer, parce que je cours toujours partout aussi ! Mais je suis désolée pour tes soucis de santé, tu avais quoi ? »
C’est peut être indiscret, mais si il ne veut pas en parler, je ne l’obligerai pas à me répondre. Mais tous les deux, on est un peu pareil finalement, bien plus qu’on aurait put le penser. Surtout en écoutant nos amis. À force de parler, le temps passe. Reed me fait remarquer qu’il est déjà un peu tard et qu’il devrait y aller.
« Ho j’avais pas vue, mais le temps a passé super vite ! Je vais probablement rentrer aussi pour faire mes devoirs en attendant mon papa pour manger. Mais si tu reviens, ce sera avec plaisir qu’on s’entraînera ensemble de nouveau ! »
Enfin si il ne m’a pas laissé un message pour me dire de ne pas l’attendre ce soir. Je regarde Reed prendre ses affaires et commencer à partir quand il se retourne vers vers pour me demander mon numéro, ce que je lui donne avec plaisir.
« Bien sûr, note bien, car j’attendrai ton message !! »
Je lui souris avant de le voir vraiment partir cette fois. Je vais me changer pour moi aussi rentrer chez moi, me doucher avant de me glisser dans mon pyjama pour faire mes devoirs en attendant papa pour manger. Je n’ai pas eu de message, donc il va probablement pas tarder à rentrer.
PRATT
Marley

Revenir en haut Aller en bas
Reed I. Hemingway
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Un chien, mon fidèle acolyte Robin !
► Mes messages : 131
► La boite à cookies : 1202
► Date d'inscription : 24/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Reed I. Hemingway qui mange un cookie le Jeu 26 Oct - 22:51 ► réponds-lui !

« T’as raison ! Qui ne tente rien n’a rien ! »  Je ne me serais jamais douté de ce pouvoir de persuasion qu’avait Marley. Même sans cet événement si elle était venue voir mon groupe d’ami en leur expliquant à quel point cette petite guerre était idiote, j’aurais été le premier convaincu. La preuve étant qu’en quelques secondes seulement, moi qui croyais pourtant impossible que cette querelle s’arrête simplement, Marley était parvenu à me convaincre du contraire.  Et pourtant j’étais quand même du genre borné comme garçon. Et dans tous les cas, même si ça ne fonctionnais pas, j’ajoutais qu’on pourrait aller faire du skate tous les deux et utiliser un peu nos planches de skate, car c’était avant tout pour cela que j’allais jusqu’au skate parc, pas pour me prendre la tête avec des gens que je connaissais à peine. « Exactement ! »

Une fois à la salle mon enthousiasme avait assez vite été remplacé par de la crainte. Je n’étais pas forcement du genre à porter trop attention à mon physique mais du peu que j’en voyais, les gars ici avaient les bras bien gonflés, des abdominaux biens dessinés et un corps musclé en somme. Et moi mes bras étaient tout mous, mon ventre aussi et le seul muscle bien pendu que j’avais, c’était ma langue que j’employais trop à tord parfois. Heureusement Marley était rassurante et avait su me redonner confiance, je riais en l’entendant dire que sa carrure ne signifiait pas qu’elle ne savait pas se défendre. « Je sais bien je t’ai vu faire ! » Je riais, en effet jamais de ma vie je ne douterais de ses capacités d’auto-défense, je n’aurais pas envie d’une démonstration de force. Car de nous deux, Marley avait bien prouvé être celle se défendant le mieux, même si ma fierté de petit homme en prenais tout de même une claque. En tout cas à présent, je faisais les exercices avec elle en essayant de suivre son rythme même si j’avais plus de mal. Je n’y étais pas habitué et mon petit cœur me le faisait quand même sentir, surtout lors des exercices plutôt cardio. Dans tous les cas, je lui avouais être tenté pour m’inscrire au club de boxe mais il allait falloir que je demande à mon père. Il serait sans doute étonné que je m’intéresse à un sport considéré comme violent alors que j’en avais pas la moindre once en moi.  « J’espère »

Le sujet dérivait ensuite comme je me questionnais sur l’absence de son père que nous n’avions pas encore vu alors qu’elle m’en avait parlé. C’est alors que j’avais appris que son métier principal était pompier et je trouvais ça vachement cool et super courageux comme métier. J’aimerais tellement avoir ce courage aussi plus tard ! « J’comprend mais c’est tous les papas ! Le mien aussi c’est mon modèle et je l’admire, même si on se dispute souvent en ce moment ! » Je m’étais étonné de me confier auprès de Marley si facilement mais au fond j’avais avoué que j’admirais mon père. Je tenais tant de lui, ma gentillesse, ma maladresse, mon gout pour la musique. Je voulais vraiment lui ressembler mais depuis peu je ne voulais pas reproduire ses erreurs. Puis le sujet avait continué son petit chemin et était revenu sur moi, j’apprenais alors  à Marley que j’avais eut des problèmes de santé ce qui l’amenait à se soucier de moi et surtout à se demander ce que j’avais eu exactement. « J’ai eu… Des problèmes de cœurs, mais ils reviennent toujours. Là je crois que ça va mieux pour l’instant » Je lui souriais, ça me faisait bizarre de parler de ça. Je ne le cachais pas, au contraire j’en parlais ouvertement, j’avais accepté que cette maladie héréditaire faisait partie de moi mais je connaissais à peine Marley et j’avais l’impression de lui en avoir appris vraiment énormément sur moi.

Finalement et malheureusement, le temps s’était écoulé à une vitesse folle et j’étais presque en retard pour rentrée à la maison et j’allais devoir y aller. Marley aussi prévoyait de rentrer faire ses devoirs et attendre son papa pour manger. Elle m’avouait que si je revenais cela serait un plaisir de s’entrainer à nouveau avec moi. Je souriais. « J’aimerais beaucoup ! »  Juste avant de partir, je m’étais souvenue que je n’avais rien pour la contacter si je le souhaitais et j’avais alors prit son numéro. Juste après avoir fait trois pas, je lui avais envoyé un sms avec un emoji envoyant un bisous en forme de cœur. Lui souriant une dernière fois, je quittais l’enceinte de la salle de boxe et je m’empressais de rentrer à la maison.
FIN

Petit mot final:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

[Feat Reed] Qui sera le chevalier au final ?


Aller à la page : Précédent  1, 2 Page 2 sur 2

 Sujets similaires

-
» Demande à Charles CHEVALIER - AD Rouen - x Anvéville & Cliponville
» St Léonard- message à Charles Chevalier
» "Le chevalier des Touches" Barbey d'Aurévilly
» Buona sera a tutti
» ce sera noel nature !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-