s&s + bonsoir mon petit coeur - Page 2

Partagez | .
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
sofia hawk-jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Ami à poil : Stitch, ton petit bichon blanc tout mignon
► Mes messages : 1645
► La boite à cookies : 38750
► Date d'inscription : 01/04/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Administratrice
En ligne
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2444-sofia-elle-etait-si-be
le petit mot doux de sofia hawk-jones qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:18 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


Tu ne sais pas trop sur quel pied danser cette fois. Il te surprend autant qu'il t'énerve ce type. Il t'a quand même embrassé dans le simple but de te voler pendant que tu etais encore sous la surprise de ce baiser ! non mais le pire c'est qu'il embrasse comme un dieu quoi ! du coup tu es trop en colère contre lui, tu ne le déteste pas, n'allons pas jusque là mais il a ce don de te faire grogner, et pas de plaisir ! Et puis là, le voilà qui te donne une part des gains et qui te propose même de faire un billard.. Il tente de t'amadouer encore une fois, pour que tu ne sois plus méfiante et pouvoir s'en tirer ! Mais hors de question, tu vas rester sur tes gardes parce qu'il est hors de question que tu te fasses de nouveau avoir. Il propose un pari, soit, t'es pas sur de gagner, t'as surement jouer une fois ou deux en prenant un verre dans un bar mais rien de plus. tu connais les régles et c'est déjà ça. Mais il va forcement te ratatiner. Tu n'aurais pas du accepter mais tu dis jamais non a une compétition. enfin presque jamais non. Tu aurais du proposer un truc plus sportif, tu avais largement tes chances là. Non ! Tu ne crois pas en la chance, alors tu feras de ton mieux pour le battre et tant pis si tu perds, tu vas bouder un peu mais bon. Tu attaches tes cheveux, ça sera bien plus pratique, et tu lui demande ce qu'il veut pour le pari, après tout, tu t'attends déjà à ce qu'il demande que tu lui foutes la paix. « si je gagne… tu prends un bain gelé dans l’océan ce soir. » C'est tout ? T'es quand même surprise avant qu'un sourire ne naisse sur le coin de tes lèvres. Un bain de minuit, si ce n'est que ça pas de probleme, au pire tu chopperas un rhume et t'iras pas en cours, c'est presque tout bénéf finalement. Tu acquiesces, tu pensais vraiment qu'il allait demander autre chose. Tu attrapes la queue de billard qu'il te file, avant de prendre le bleu pour en mettre a ton tour sur ton instrument de la soirée. « et pour moi, le châtiment ? » Tu refléchis. Tu pourrais simplement réclamer ton prix, lui demander de te filer la suite, mais au final, tu veux uniquement le jacuzzi et les accès au spa et massage. Parce que la suite, ca reste qu'un lit et pour dormir, tu t'en fiche. Du coup tu réfléchis un peu alors qu'il se met en place pour mettre les boules sur le tapis dans l'ordre réglementaire. Tu t'appuies sur ta canne, puis finalement tu reprends avec un sourire. « si tu perds...  » tu refléchis encore, parce que bon, il faut que tu choisisses parfaitement. « tu me donne l'accès au jacuzzi de la suite.. » Ouai, tu veux le jacuzzi, tu pourrais meme demander le spa mais bon, t'es sur de ne pas gagner ! Tu attrapes la boule blanche pour la mettre en position avant de venir de placer pour casser ce trop joli triangle. Honneur aux filles, après tout, tu te mets en position, respirant lentement alors que tu te penches pou offrir une magnifique vu sur ton postérieur. Quoi qu'il doit pas voir grand chose de la ou il est.. sauf ton decoleté, ouai, il a une vu plongeante sur ta poitrine. Tu tire, la boule blanche frappe alors le triangle de plein fouet pour séparer les rouges et les jaunes mais, aucunes ne tombent.  

_________________
J'AI ENCORE LE GOUT DE NOS NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES DE L'ECUME DES JOURS AGRIPPEE A TON CHEVET DE L'ECHO AU SOMMEIL DE L'EAU J'AI ENCORE LE GOUT DES NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES C'EST TOUT CE QU'ON A C'EST TOUT CE QU'ON A CA BRULE ENCORE C'EST TOUJOURS LA C'EST TOUJOURS LA QUAND L'ON S'ENDORT
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Hale
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 70
► La boite à cookies : 2578
► Date d'inscription : 13/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Stephen Hale qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:19 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


T’aimes jouer avec le risque, c’est l’essence même de la vie, ce pourquoi tu respires. Pourquoi attendre que la vie passe et s’ennuyer mortellement sur tout un tas de principes alors que tu seras passé à côté du meilleur peut-être. T’es pas un mec qui se prend la tête c’est vrai. Par contre, si des fois, t’aimes faire des choses insensées, tu restes un mec loyal. Alors certes t’as pas été le mec le plus correct de la terre à la soirée d’Halloween mais tu ne comptes pas cela comme une trahison, tu as joué selon tes propres règles et si elle t’en veut c’est que tu l’as bien voulu. Cette situation te plait vraiment trop. A vrai dire, tu ne réalises pas forcément encore toute l’importance de tout ça. Son âge, son statut juvénile plutôt conséquent ou encore les mondes différents dans lesquels vous évoluez. C’est bizarre à expliquer mais pour toi, les choix que tu fais tu les vis par instinct. Et tu te fous complètement de ce que la jolie Sofia pourrait en penser. Vraiment ? Pourtant tu viens clairement d’imposer le fait qu’elle se joigne à toi pour au moins quelques heures de plus. Mais t’es sur qu’il n’y a pas de lien à faire là-dessus. Tu veux juste t’amuser, profiter de ce week-end ‘gagné’ à Atlantic City. La canne de billard posée au sol, tu soutiens ce regard de guerrière avec le tien afin de savoir quelle sentence elle aura prévu pour toi. Après tout, tu n’es pas à l’abris qu’elle te rétame au billard. Ta fierté en prendrait encore une fois un coup, parce que bon t’es pas vraiment nul non plus à ce jeu. Mais la chance du débutant peut toujours tourner au profit de l’adversaire. « si tu perds...  » ça te fait doucement sourire alors que tu contournes la table pour lui laisser le plaisir de commencer. C’est comme si tu sentais qu’elle tenait à commencer. Soit. T’es pas misogyne à ce point. Puis t’as envie de voir de quoi elle est capable. « tu me donne l'accès au jacuzzi de la suite.. » t’annonce-t-elle enfin. Ta mâchoire se serre instinctivement alors que tu plisses le regard. Ouai, ça t’emmerde un peu tu dois l’avouer. C’est ton jacuzzi bordel ! T’avais prévu un truc sympa en plus en rentrant ! La vue est tellement splendide que t’imaginais tellement un moment de tranquillité absolue avec toi et une petite collation, posé dans le bain à remous avec une bonne musique en fond sonore. Ouai, parfois t’aimes les moments de plénitude totale. Tu finis cependant par hocher la tête. Il n’est pas question qu’elle gagne cette fois et tu t’en fais la promesse. La blonde se déplace alors jusqu’au bon côté de la table, afin de se positionner pour casser le triangle parfait. Tes yeux font un vrillement direct sur cette vue plongeante sur cette poitrine magnifique avant de suivre le coup qu’elle vient de tirer. Aucune boule n’est rentré. C’est à ton tour du coup. Dommage pour elle, elle devra se contenter d’un bain glacé. Tu rentres une rouge. Forcément. Puis une autre. Et une troisième. Malheureusement elles ne sont pas encore toute placée, mais c’est pas grave, tu réussis à la coincer pour qu’elle doive faire une manœuvre afin de toucher une jaune sans devoir te laisser deux coups d’office le tour prochain. Mais alors qu’elle prend position pour jouer, tu t’approches lentement afin de passer près d’elle. « naturellement… tous les coups sont permis » chuchotes-tu en te redressant pour cette fois tirer doucement sur l’élastique de son chignon et libérer la chevelure dorée de la jeune femme. Tu recules, jusqu’à reprendre ta place en face d’elle, le sourire toujours si malicieux. Posant la canne contre la table, tu attaches alors ta propre tignasse en lui lançant un clin d’œil. « ça te va mieux comme ça » et c’est vrai. Alors même si tu la provoques, cet aspect sauvage qu’elle te présente, cette image avec ses longs cheveux déployés c’est un cadeau pour tes yeux. Tu reprends la queue de billard pour lui montrer que t’es prêt à la laisser jouer enfin.   
Revenir en haut Aller en bas
sofia hawk-jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Ami à poil : Stitch, ton petit bichon blanc tout mignon
► Mes messages : 1645
► La boite à cookies : 38750
► Date d'inscription : 01/04/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Administratrice
En ligne
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2444-sofia-elle-etait-si-be
le petit mot doux de sofia hawk-jones qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:21 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


Au vu de la petite moue quand tu as dis ce que tu voulais, tu es bien contente de ce que tu viens de demander. Tu ne sais pas si tu vas gagner, et tu n'y crois pas trop mais tu esperes tout de même pouvoir profiter du jacuzzi, et s'il est sage, tu le laisseras peut etre t'accompagner. Mais bon, tu ne crois pas en la chance et tu sais déjà que tu vas finir dans l'eau glacé. Mais bon, ce n'est pas vraiment que ça te fasse peur, tu auras froid pendant quelques minutes et ensuite tu auras juste choppé la crève. Tu joues, mais tu ne mets aucune boule dans les trous alors tu le laisses jouer et effectivement, il est balèze. Mais tu t'en doutais, c'est pas le genre de gars a savoir jouer au rami après tout, le billard, c'est bien un truc de bar de toute façon, tu t'es deja faite une raison mais tu te battra tout de même, t'es une guerriere.  Il met quand même trois boules à la suite et t'as même l'impression qui va finir la partie sans que tu n'ais le temps d'en mettre une. Mais finalement c'est à toi, prenant une moue sur le jeu qui se déroule sur la table verte. Cependant, alors que tu allais prendre place, il passe près de toi pour te souffler. « naturellement… tous les coups sont permis » Tu t'attends au pire, à de la triche, ça ne serait pas étonnant de la part d'un voleur après tout. Mais non, voilà qu'il tire sur l'elastique de tes cheveux pour libérer la cascade blonde qui tombe sur tes épaules et tu roules des yeux. Sérieusement ? c'est ça pour lui tout les coups sont permis ? tu soupires, non mais quand même. « ça te va mieux comme ça » Tu souris intérieurement quand même, tu prends ce compliment comme il vient. Pourtant tu pourrais très bien les attachés a nouveau, il suffit de trouver un stylo, un baton, une baguette et le tour est joué. Mais t'as pas le temps puisque c'est à ton tour de jouer. Tu analyses alors le jeu, regardant les coups possibles, après tout il reste encore toutes les boules jaunes. Tu te places et tu te penche a nouveau pour pouvoir tirer. Tu tires mais tu soupires quand tu vois que tu as tirer trop fort. Tu touches une boule jaune, qui fait un rebond contre une autre boule jaune pour finalement aller tout droit dans un trou chacune. Heu... tu hausses un sourcil en regardant, mais tu tentes rapidement de cacher ta propre surprise, parce que c'etait vraiment un gros coup de bol cette fois. Tu fais comme si tout etait calculé, et tu te remets en place pour tirer. Cette fois, un coup facile et la jaune tombe illico. Cependant, quand tu retires, tu ne fais que bouger une jaune sans pour autant mettre le point. Tu prends une petite moue, te décallant pour lui laisser la place de ce mettre ou il veut. Tu es plutot sage, contrairement a lui qui a piquer ton elastique. Et puis malgré tout tu passes un bon moment, mais hors de question de lui dire ! Tu t'adosses contre le mur, ramenant une jambe plié, en posant le pied contre ce même mur. Evidement il s'agit de la cuisse qui passe dans l'échancrage de ta robe, laissant a vu cette cuisse parfaite. Pourtant, de là ou tu es, tu profites quand même pour le regarder. t'es pas vraiment discrete, mais tu ne cherches pas a l'etre. tu veux juste regarder un peu mieu de quoi il a l'air. en tout cas c'est sur, la nature l'a bien gaté, c'est surement pour ça que c'est un connard. comme ton oncle Sterling d'ailleurs. Tu tentes un peu de savoir son age, enfin, de le déduire.. pas plus de trente.. mais pas moins de vingt-cinq. trente-deux maximum. c'est difficile de donner un age en fait.



_________________
J'AI ENCORE LE GOUT DE NOS NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES DE L'ECUME DES JOURS AGRIPPEE A TON CHEVET DE L'ECHO AU SOMMEIL DE L'EAU J'AI ENCORE LE GOUT DES NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES C'EST TOUT CE QU'ON A C'EST TOUT CE QU'ON A CA BRULE ENCORE C'EST TOUJOURS LA C'EST TOUJOURS LA QUAND L'ON S'ENDORT
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Hale
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 70
► La boite à cookies : 2578
► Date d'inscription : 13/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Stephen Hale qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:22 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


T’as fait ça instinctivement. Ou presque. Dès que t’as vu cette élastique s’immiscer entre vous, c’était comme un besoin de le récupérer. Te débarrasser de ta tignasse et des mèches rebelles c’est le messi, au moins tu auras l’espoir de mieux te concentrer. Surtout depuis qu’elle met en avant autant d’atouts, autant de chair, auxquels tu ne pourras pas avoir main mise. C’est un jeu. Plus qu’un billard. Plus qu’une partie de poker. Plus qu’un défi sur cet hôtel. Tu sais pas ce qui se passe mais il est hors de question que tu perdes le contrôle de la situation. T’es habitué à bien pire voyons, Stephen. Ce n’est pas une petite mijorée avec des yeux de biche qui peut rompre tous tes engagements. Mais quelque part, au fond tu sais que tu n’es pas préparé à ce qu’elle te provoque. Cette esprit de compétition que tu trouves en elle croise directement le fer avec le tien. Et c’est assez troublant au final. C’est à elle de jouer, et contre toute attente elle se démerde même très bien. Tu sembles réprimer un grognement alors qu’elle rentre trois jaunes d’un coup. Un coup d’œil sur son visage, elle semble maitriser tout à la perfection. Toi qui a l’habitude de deviner les gens en partie grâce au poker, tu n’arrives pourtant pas à cerner cette demoiselle. Un nouveau challenge ? Tu ne sais pas. Pour le moment, il faut juste que tu gagnes cette partie. Mais alors que tu prends ta place pour tirer à ton tour, tu vois directement le manège alors qu’elle s’adosse au mur relevant cette jambe pour deviner une cuisse parfaite, là où la robe se fend. Mais tu te contrôles. C’est quoi ces conneries ? On dirait un gamin du même âge bientôt ! Tu tires. Tu marques ton point mais c’était quand même moins une si tu ne t’étais pas ressaisi à temps pour viser. Le même coup légèrement moins fort et tu perdais la manche. « désolé, j’aurais pas de brassards pour la baignade » ça te détend de lui lancer une petite pique. Bien que tu penses que tu aurais pu largement faire mieux dans d’autres circonstances. Tu en rentres une deuxième mais finalement la troisième ne rentrera pas cette fois. Tu souffles, tu laisses échapper un petit juron, mécontent de toi pour le coup. Pour te détourner de tout ça, tu préfères prendre le bleu pour de nouveau préparer l’embout de la canne de billard. Il te faut trouver une alternative, quelque chose qui fera qu’elle perdra le coup suivant. Pourtant rien ne vient. Si tu voulais gagner selon les règles, il fallait que tu reprennes le jeu pour toi. « Sofia… » tu joues sur les syllabes un instant. « ce n’est pas vraiment anglais… quelles sont tes origines ? » autant qu’à jouer ensemble pour une partie, si elle doit te tenir la jambe, il vaut mieux que tu en apprennes plus sur ton emmerdeuse professionnelle non ? Tu ricanes avant de te lancer « ton père avait besoin d’exotisme peut-être ? ou c’est ta mère… peut-être les deux… » tu cherches en fait. Tu veux appuyer et trouver le point sensible de cette jeune femme qui paraît si forte en apparence. Tu cherches la faille pour la voir faiblir. Car jusqu’ici il semble qu’elle n’est montré aucune faiblesse à part le fait d’être souvent énervée par toi. Mais c’est exactement ce que tu recherches. Tu veux trouver la chose qui la fera bondir alors tu tentes de tous les côtés.


 
Revenir en haut Aller en bas
sofia hawk-jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Ami à poil : Stitch, ton petit bichon blanc tout mignon
► Mes messages : 1645
► La boite à cookies : 38750
► Date d'inscription : 01/04/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Administratrice
En ligne
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2444-sofia-elle-etait-si-be
le petit mot doux de sofia hawk-jones qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:23 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


Tu le regarde jouer et ça te saoule de le voir mettre les boules rouges dans les trous. Ca t'énerve parce que tu sais que tu vas perdre et que tu vas finir trempée dans l'eau glacé avec cet idiot pour se foutre de ta gueule. T'aimes pas ça, même si le bain de minuit en plein mois de novembre ne te fait pas peur, t'es juste pas envie de le voir gagner à ce petit jeu. mais tu ne lacheras rien, hors de question. « désolé, j’aurais pas de brassards pour la baignade » Tu roules des yeux, de toute façon t'as pas besoin de brassards tu sais nager. Tu continues de regarder le reste de son jeu avant de voir qu'il s'agit de ton tour.  Tu souris quand il rate son coup tout de même, ça te laisse un peu plus de possibilité encore pour gagner. Parce que tu veux ton jacuzzi, tu veux barboter en bikini. Tu aurais même pu y aller a poil mais avec lui dans les parages c'est pas terrible, quoi que.. Non quand même, un peu de tenue ! « Sofia… » Tu redresses les yeux alors qu'il prononce ton prénom. Qu'est-ce qu'il tente de faire comme ça ? Pourquoi il le prononce de cette façon là d'aillers ? « ce n’est pas vraiment anglais… quelles sont tes origines ? » Tu ne réponds pas encore, te placant pour simplement jouer ton tour mais tu as un peu de mal a savoir quoi faire. Tu es loin d'avoir gagné mais ta défaite n'est pas encore imminente après tout. Tu essaies donc de visualiser la meilleure tactique si bien même que tu puisses la réaliser mais bon. « ton père avait besoin d’exotisme peut-être ? ou c’est ta mère… peut-être les deux… » Tu allais te mettre en position quand tu entends cette question et soudainement tu te figes.. Tu prends une respiration, pour reprendre ton jeu et te placer correctement. Tu tires, tu entres la première boule de justesse, elle a mis trois ans pour tomber quand même ! Puis tu te replace en faisant le tour de la table. « hawaienne et latine.. mes origines. » c'est une réponse breve et pourtant elle donne tout de suite l'origine de ton caractère bien trempée. Si physiquement les cheveux blonds ne font pas vraiment pensé a Hawai ou même aux latinos, tu sais que tu leur dois ton caractère, et que ta mère le leur doit aussi. Physiquement, tu ressembles juste à ta mère, avec un peu plus de poitrine. Quoi qu'actuellement elle te bat avec sa grossesse. Tu tires enfin, mais la boule n'entre pas, elle rebondi sur une bande et vient se positionner devant une rouge. « c'était le prénom de ma tante » voilà, c'est tout ce que tu diras de plus sur ce prénom que tu portes. Tu recules de la table pour aller chercher le bleu et en remettre un peu, avant de retourner t'adosser contre le mur où tu etais un peu plus tot. Tu le fixes, et puis tu finis par répondre « e lawe iaʻu i ka papa » que tu finis par dire avec un grand sourire. Soit il comprend et ça le destabilise, soit il comprend pas, et ca le perturbe. Dans tout les cas tu espères bien qu'il rate son coup. Parce que tu vas bientot finir a l'eau si vous continuez ainsi.

 

_________________
J'AI ENCORE LE GOUT DE NOS NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES DE L'ECUME DES JOURS AGRIPPEE A TON CHEVET DE L'ECHO AU SOMMEIL DE L'EAU J'AI ENCORE LE GOUT DES NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES C'EST TOUT CE QU'ON A C'EST TOUT CE QU'ON A CA BRULE ENCORE C'EST TOUJOURS LA C'EST TOUJOURS LA QUAND L'ON S'ENDORT
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Hale
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 70
► La boite à cookies : 2578
► Date d'inscription : 13/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Stephen Hale qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:24 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


Elle se démerde plutôt bien sur cette table de billard. La pression monte doucement dans tes membres. Tu pensais clairement que ce serait facile. Que tu pourrais enfin lui clouer le bec. Alors même si tu restes aussi impassible que dans une partie de poker, le fait que tu ne puisses cette fois avoir aucune main mise sur ton adversaire ça te déstabilise un peu. Tu n’arrives pas à déchiffrer cette demoiselle. Aurais-tu trouvé plus fort que toi ? Tu ris intérieurement. Non tu ne peux pas accorder autant d’importance à cette jeune femme. Après tout elle te divertit un peu. Au pire, même si elle gagne sur un coup de chance -oui parce qu’il est hors de question que tu perdes de façon loyal encore une fois, pas contre elle, son air suffisant t’emmerde un peu trop- tu lui fermeras la porte de la suite au nez et adieu le jacuzzi. Si elle tambourine à ta porte t’appelleras le service de sécurité ou pire tu mettra la musique à fond pour ne rien entendre. Après tout les murs des chambres sont insonorisés dans ce genre d’endroit. Non, y’aura toujours une alternative. Tu trouves toujours le moyen d’échapper à quelque chose qui ne te plait pas. En revanche, le nouveau challenge te plait. Tu espères la voir défaillir un peu, trouver la chose qui la fera encore une fois sortir de ses gonds. Peut-être alors auras-tu une chance de la faire perdre. Tu ne sais pas si ce sont tes yeux qui t’ont joué un tour mais t’as eu l’impression qu’elle se crispait légèrement alors qu’elle s’apprêtait à jouer. Tu parlais de quoi déjà ? Ah oui, de ses origines, ses parents. Y’aurait-il quelque chose à gratter là-dessous ou bien c’est seulement une pure coïncidence ? Tu ne peux pas encore prendre de décision. « hawaienne et latine.. mes origines. » dit-elle enfin après avoir rentrer une nouvelle jaune. Pas mal du tout, tu t’en fais la réflexion. Le jeu hein, pas elle. Tu ne te laisseras pas avoir par quelques bouts de chair. Elle tire de nouveau mais malheureusement la jaune ne rentrera pas cette fois. « c'était le prénom de ma tante » tu acquiesce doucement, fixant toujours ce regard de guerrière de l’autre côté de la table. Elle est forte. Très forte en restant si impassible. Et ça fait chier parce que ça te plait bien trop et tu veux aller encore plus loin dans ce vice. Sofia rejoint de nouveau sa place contre le mur. Tu baisses le regard pour juger du jeu à présent. C’est assez cocasse. Il ne te reste que deux boules, elle trois. Mais pour le coup la blanche n’est pas très bien placée pour que tu rentres l’une des tiennes directement, il va falloir faire une petite manœuvre si tu espères en toucher une des deux, sinon tu prends le risque de toucher une jaune pour t’aider mais si tu y vas trop fort tu pourrais lui rentrer une jaune. « e lawe iaʻu i ka papa » c’est doux, un peu suave aussi. Tu ne comprends pas l’hawaien mais le ton qu’elle a prit se répercute jusque dans tes sens, ton système nerveux pour le perturber d’un coup. Tu hausses juste un sourcil en la regardant de nouveau. « tu me jettes un sort vaudou ? » ricanes-tu gentiment, espérant jouer sur l’humour pour qu’elle ne voit rien. Elle semble s’amuser clairement. Cette position aguicheuse, ce regard trop éloquent, ça pourrait déstabiliser n’importe quel autre homme. Elle a conscience de son physique mais t’es résigné à ne pas lui donner le change. Finalement tu frappes très fort. Tu rentres la rouge mais la jaune dont tu t’es servi rentre également. Du coup, elle a deux coups d’office. Pourtant tu parais calme sur ton visage, malicieux même. « tu sais… si tu veux pas avoir à faire à des psychopathes, joues pas à des jeux comme ça » provoques-tu finalement en désignant cette position langoureuse qu’elle adopte, puis par un signe de tête montrant clairement qu’elle est encore épié par certains mecs aux machines à sous. « je comprends, t’es jeune, tu joues avec le feu mais tu pourrais finir par te bruler » tu lui laisses prendre sa place pour jouer, mais cette fois c’est toi qui prend le large en rejoignant le mur pour t’y adosser et croiser les bras « reconoce que todavía piensas en mis labios sobre tuyas, chiquita... » ça t’amuse c’est vrai. Après tout elle a commencé sur ce terrain, sauf que là du coup tu es sur qu’elle comprendra.

 
Revenir en haut Aller en bas
sofia hawk-jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Ami à poil : Stitch, ton petit bichon blanc tout mignon
► Mes messages : 1645
► La boite à cookies : 38750
► Date d'inscription : 01/04/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Administratrice
En ligne
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2444-sofia-elle-etait-si-be
le petit mot doux de sofia hawk-jones qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:25 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


« tu me jettes un sort vaudou ? » Tu ricanes avec lui a cette phrase. Un sort vaudou ? Ca serait très drole quand on connait toutes les légendes hawaiennes. Bon tu ne les connais pas toutes et pas par coeur, mais tu te souviens de ton père qui te les racontait quand tu n'arrivais pas a t'endormir quand tu etais petite. Cette période te manque, ce temps ou la vie etait simple, ou tu pensais que tes parents s'aimaient et que tu etais le fruit de tout cela. Avant que tu ne comprennes que tu n'étais que l'erreur de leur jeunesse, celle qui les a fait rester dans une illusion de sentiment juste pour que toi, tu sois entourée. Ca te dégoute maintenant, ça te met en colère mais tu ne peux blamer que ta propre existence. Même ton père est mort par ta faute, au final, c'est toi l'ange de la mort dans cette maison ou tu as grandi, et moins de temps tu y restes, mieux c'est. Surtout avec les deux gosses qui feront bientot le bordel dans ta maison, enfin, pour le temps qu'elle soit encore ta maison. Tu ne dis cependant rien, mais le sourire satisfait arrive quand tu le vois mettre une rouge mais surtout, une tes boules jaunes. T'es bien contente, finalement ça a quand même ces avantages. « tu sais… si tu veux pas avoir à faire à des psychopathes, joues pas à des jeux comme ça » Tu ne perd pas ton sourire, tu n'as encore jamais eu a faire a des psychopathes. Tu connais des schizophrenes, des depressifs, des alcooliques et des camés en cure, des nymphomanes, des mythomanes, des jaloux maladifs et tout les autres patients qui passent par le bureau de ta mère. Bureau qui se trouve sous ta chambre.. mais pas de psychopathes. Cependant, tu sais que tu es capable de te défence, et tu cours vite aussi. Bon c'est sur que tu pourrais etre une cible parfaite, mais bon, tu ne veux pas te croire dans un épisode d'esprit criminel. Mais tes yeux sur lui, toi, tu fais même pas attention a ces types qui matent au loin. Après tout tu es trop concentré sur votre jeu. Le billard ? Ou ce jeu, cette compétition qu'il y a entre lui et toi ? « je comprends, t’es jeune, tu joues avec le feu mais tu pourrais finir par te bruler » Tu hausses les épaules, tu reprends simplement ta canne en main pour aller te placer. Tu prends une petite moue le temps de réfléchir a ce que tu vas faire mais, alors qu'il prend ta place contre le mur, ses propos arrivent a tes oreilles.  « reconoce que todavía piensas en mis labios sobre tuyas » Tu comprends, évidement. Tu as avoué avoir des origines latines alors, si tu ne comprennais pas ça, tu n'aurais pas ce sourire sur les lèvres. Tu ne l'avoueras pas, mais c'est vrai que tu as longuement pensé a son baiser qui t'as totalement retourner ce soir là, c'est bien pour ça qu'il a pu te voler ton prix. Mais tu ne dis rien pour le moment, pour te placer et tirer. La boule blanche frappe la jaune qui joue le suspence en tapant une bande a l'autre juste en face du trou, pour finalement tomber. Tu es presque soulagée, tu avais retenue ton souffle en priant le dieu du billard. Tu rejoues finalement, et la boule tombe directement. Il te reste une boule. et lui aussi. Tu pries encore le dieu du billard. Mais finalement quand tu joue, la boule ne rentre pas mais vient se placer a quelques milimètres de la rouge. C'est pas si mal finalement. Tu redresses les yeux vers lui, et tu hausses les épaules comme si c'était dommage. « eso ? me olvidé ! » Tu ricanes un peu, mais tu enchaines cependant. tu le froles pour revenir a ta place mais tu susures finalement un « à ton tour ! » tu lui adresses un clin d'oeil alors que tu reprends cette place contre le mur. et puis, alors qu'il s'apprête a jouer tu demandes « ¿Todavía piensas en mi braga? » tu souris, amusée, en le fixant, tes dents jouant avec ta lèvre.

 

_________________
J'AI ENCORE LE GOUT DE NOS NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES DE L'ECUME DES JOURS AGRIPPEE A TON CHEVET DE L'ECHO AU SOMMEIL DE L'EAU J'AI ENCORE LE GOUT DES NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES C'EST TOUT CE QU'ON A C'EST TOUT CE QU'ON A CA BRULE ENCORE C'EST TOUJOURS LA C'EST TOUJOURS LA QUAND L'ON S'ENDORT
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Hale
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 70
► La boite à cookies : 2578
► Date d'inscription : 13/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Stephen Hale qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:26 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


Tu joues un jeu toujours plus fou. Ca n’a presque plus rien à voir avec un rapport de force au billard, mais bien autre chose. Quelque chose qui a démarré ce soir d’Halloween. Pourquoi elle ? T’en sais rien. Tu ne veux pas savoir. Tu sais juste que quelque chose te retient dans ce regard. Dans ce visage qui ne cherche qu’à prouver des choses. Tu ne cherches qu’à la déstabiliser, qu’à prendre le dessus parce que pour le moment c’est la seule chose que tu veux. Tu t’imagines la petite donzelle qui a toujours eut tout ce qu’elle voulait, mais tu as hâte de lui montrer que cette fois elle est tombée sur bien plus fort qu’elle. Que cette fois, elle pourrait ne pas gagner. Que pour une fois dans sa petite vie dorée, elle pourrait juste redescendre de son nuage parfait. Il ne te vient même à l’idée de faire des conclusions hâtives sur cette personne. Non tu n’as pas envie de trouver d’excuses à cette nana. Et ça, tu ne l’expliques pas. Tu n’en as pas envie. Lorsque tu lui parles en espagnol, tu vois le même sourire se reflétait sur ces fameuses lèvres charnues. Elle a comprit, bien entendu. Mais elle ne répond pas avant d’avoir jouer son coup. Qu’elle gagne bien entendu. Dans ta tête c’est une alarme rouge qui se met en route. Au delà du fait que si elle gagne la partie tu ne comptes pas honorer ton contrat, ça t’emmerde qu’elle gagne encore une fois à un jeu où tu es sensé excellé pour avoir écumé des centaines de bar où résidait une table de billard. Elle n’est pas mauvaise, tu ne peux pas dire le contraire. Ou du moins le penser. Lui avouer serait bien trop malplacé pour un mec comme toi. Ou alors ça voudrait dire que tu prépares quelque chose pour pouvoir l’amadouer. Mais bref, tu réprimes un grognement insatisfait, histoire de rester toujours aussi neutre que possible. Au final, il ne restera qu’une boule jaune, et une boule rouge. Vous êtes ex æquo sur ce tapis vert. Sofia hausse les épaules comme pour te provoquer un peu plus. « eso ? me olvidé ! » sale gosse, que tu penses. Mais tu es sûr qu’elle ment juste pour t’emmerder un peu plus. Tu ne la quittes pas des yeux alors qu’elle vient te frôler. Le parfum de ta peau te chatouille jusqu’aux narines et tu ne te priveras pas de faire voguer tes yeux sur la cambrure éloquente de son dos jusque sur ses reins. Cette robe noire lui fait comme une seconde peau, et tu pourrais aisément deviner le corps qui s’y trouve. Intérieurement tu rages contre toi même, car en s’habillant ainsi c’est exactement ce qu’elle voulait. « à ton tour ! » tu te racles la gorge pour essayer de reprendre un semblant d’héroïsme. Elle fait chier. Tes pupilles ont largement changé de couleurs, plus sombres, plus vindicatives. Tu n’arrives plus à rester si neutre qu’au début car tu sens évidemment la colère s’amasser dans tous tes membres. Tu finis cette partie et tu te tailles, Stephen. Oui comme ça, c’est bien. Mais alors que tu réfléchis sur comment tu vas pouvoir éviter cette boule jaune afin de faire rentrer la tienne, la jeune femme te demande « ¿Todavía piensas en mi braga? » ça te fait sourire malgré tout. Tu ne la regardes pas et tu t’appliques à coucher la canne sur la table pour te préparer. Fixant le point parfait entre les deux boules, si tu mesures bien t’es sur de toucher le rouge en premier pour la faire rentrer. Pas trop fort pour ne pas faire tomber la jaune dans le trou opposé, et pas trop faible pour ne lui laisser aucune chance de jouer après. Tu expires doucement, éloignant jusqu’à la blondeur non loin de toi. Et au moment où tu frappes d’un coup sec, tu sais que c’est fini pour elle. La rouge tombe, la jaune s’éloigne doucement. Tu ne calcules plus la demoiselle et sans ménagement tu rentres la noire en une bande comme dans les règles de l’art. Seule la boule jaune reste sur le tapis. Tu la saisis, faisant quelques lancées en l’air avant de la faire tomber dans un trou. Ton regard se tourne sur Sofia. Un silence pesant pendant lequel tu te tiens calme alors que tu aurais pu clairement clamer ta victoire pour la narguer. Mais après tout, pourquoi trouver des mots alors que tout se trouve déjà résumé dans tes prunelles. Approchant de quelques pas, tu la regardes de toute ta hauteur alors que quelques centimètres vous séparent. Mais soudain tu la saisis par la taille pour la balancer sur ton épaule. Donc en fait tu ne lui laisses pas le choix puisque même avec sa petite force de sportive, la tienne lui maintiendra les jambes dans l’étau de fer de tes bras. Au pire tu te prends quelques coups de pieds, quelques cris mais tu traverses le salon. Tu fais pas gaffe aux autres clients de l’hôtel. T’ouvres une baie vitrée donnant sur un chemin qui descend de suite sur une plage de sable. L’endroit est désert est peu éclairé lorsque vous arrivez là où les vagues font un bruit mélancolique. L’air est frais, froid même et tu jubiles alors que tu la laisses descendre. « j’avais oublié de dire dans le contrat de quelle façon tu finirais dans l’eau » ricanes-tu. Comme ça t’es sur qu’elle n’échappera pas à sa sentence. Après tout, toi t’étais pas prêt à honorer ta partie si tu perdais. « je t'y jettes ou tu préfères affronter ça toi même ? » tu te moques à nouveau. La regardant de bas en haut, tu finis enfin par vouloir répondre à sa question de tout à l’heure « lo que pienso, es que no necesitas una braga »c'est chaud, brulant même dans la brise marine et salée. Mais on pourrait croire encore que tu te fous d'elle avec cette mimique agaçante sur tes lèvres.

 
Revenir en haut Aller en bas
sofia hawk-jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Ami à poil : Stitch, ton petit bichon blanc tout mignon
► Mes messages : 1645
► La boite à cookies : 38750
► Date d'inscription : 01/04/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Administratrice
En ligne
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2444-sofia-elle-etait-si-be
le petit mot doux de sofia hawk-jones qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:27 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


BORDEL DE MERDE ! T'as perdu ! Voilà, il est plus fort que toi mais tu es tout de même fière de toi, il n'a pas gagné aisément après tout alors tu es tout de même contente. tu t'es battue a fond jusqu'au bout et bien que tu ne gagne pas la partie, tu vas juste finir a l'eau. Il jubile, il n'a pas besoin de clamer sa victoire, il suffit pour toi de regarder ses yeux pour le voir. Ca change de ce regard qu'il avait quand il avait remarqué que vous étiez a égalité au dernier tour. Mais tu acceptes ta défaite.. vraiment ? Bien sur que non ! Tu subiras le chatiment parce qu'il en va de ton honneur mais tu trouveras bien un moyen de te venger de ca. Il approche, il est largement plus grand que toi mais tu ne te laisse pas intimider pour autant. Sauf quand il t'attrape pour te poser comme un vulgaire sac à patate sur son épaule, les jambes bien serrer dans ses bras pour que tu ne t'enfuis pas, et en prime il a une vu parfaite sur tes fesses ! pervers ! Tu grognes alors qu'on vous regarde mais tu t'en fiche, t'es déjà repérer dans cet endroit de toute façon. Donc tu ne prive pas pour grogner et frapper son dos comme une furie. Tu allais y aller dans son bain glacé, pas besoin de jouer les hommes de cromagnon quand même !  Quand il passe pas la baie vitrée, tu sens immédiatement l'air froid te frapper. Bordel, tu vas chopper une pneumonie avec ça ! Mais finalement, après quelques minutes il te repose sur le sol, juste au raz des vagues. « j’avais oublié de dire dans le contrat de quelle façon tu finirais dans l’eau » Tu grognes, malgré l'obscurité qui régne dans ses lieux, tu grognes clairement. « je t'y jettes ou tu préfères affronter ça toi même ? » Tu vas y aller, il a pas besoin de te jetter la dedans, t'as pas besoin de son aide pour ça ! tu grognes de plus belle, le fusillant du regard alors qu'il enchaine. « lo que pienso, es que no necesitas una braga » T'es parcouru d'un frisson, qui te prend en bas des reins pour remonter toute ta colonne. Le froid ? Ou bien c'est le ton de sa voix quand il dit ça ? t'en sais rien mais tu ne laisse rien paraitre. Hors de question qu'il voit l'effet que cette façon de parler peu avoir sur toi. Tu grognes, lui tournant alors le dos pour faire fasse aux vagues. « j'y vais, pas besoin de ton aide ! » Tu avances, mais tu retires tout de même tes chaussures que tu laisses dans le sable en compagnie de ta pochette ou il y a ton téléphone. Tu finis par avancer, les pieds d'abord, tu prends la température puis tu y vas, toute entière. tu es frigorifiée mais tant pis. Tu avances dans l'eau jusqu'à ne plus avoir pied et plonger. Tu ne reste pas bien longtemps, parce que tu fais aussitot demi tour pour revenir sur le sable. Tu es trempée, les cheveux dégoulinent d'eau salé, se collant sur tes joues. La robe te colle et devient véritablement une seconde peau cette fois. La partie fendue fait n'importe quoi, se repliant pour laisser ta cuisse à l'air libre. « content ? » grognes-tu. tu lui lances un nouveau regard pour finalement reprendre tes affaires, l'eau perlant de ta robe et de tes cheveux. Tu as hate de retrouver la chaleur de l'hotel. Tu vas devoir prendre une douche pour retirer le sel de la mer, et te changer en même temps. Tu finis par te stopper devant lui. Et sans prévenir, tu plaques tes lèvres contre les siennes. Sauvagement, brutalement même. Tu viens poser tes mains sur son torse musclé, autant en profiter, et pendant ce cours moment ou il se demande ce qu'il se passe, tu le pousses à l'eau. Bon certes, il ne sera pas aussi mouillé que toi, mais au moins, il a le cul dans l'eau. « Recuerdo ahora! » faisant reference a son baiser d'halloween. Tu souris, une main sur ta hanche alors que tu grelottes de froid.


 

_________________
J'AI ENCORE LE GOUT DE NOS NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES DE L'ECUME DES JOURS AGRIPPEE A TON CHEVET DE L'ECHO AU SOMMEIL DE L'EAU J'AI ENCORE LE GOUT DES NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES C'EST TOUT CE QU'ON A C'EST TOUT CE QU'ON A CA BRULE ENCORE C'EST TOUJOURS LA C'EST TOUJOURS LA QUAND L'ON S'ENDORT
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Hale
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 70
► La boite à cookies : 2578
► Date d'inscription : 13/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Stephen Hale qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:28 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


Maintenant tu peux jubiler. La voir s’énerver alors que tu la transportais comme une vulgaire charge sur ton épaule pour ensuite la forcer clairement à affronter les vagues. T’es sans pitié c’est peut-être vrai, parce qu’il fait vraiment froid pour le coup. La mer renvoie un vent glacial et l’écume salée ne fait qu’accentuer ce mot d’ordre. Elle va se les peler ! Mais tant pis, c’était le prix à gagner. Après tout c’était bien son idée de venir te provoquer alors tu étais tranquillement assis au bar à siroter ta boisson, bavassant avec une jolie créature. Elle avait joué, et bien maintenant elle savait ce que ça faisait de perdre face à plus fort. Alors oui, tu délectes de tout ça. Tu t’amuses de la voir se diriger vers les vagues, se débarrassant de ses chaussures ainsi que de son sac pour aller affronter l’eau froide. « j'y vais, pas besoin de ton aide ! » Tu rigoles, toujours aussi amusé. C’était a parier qu’elle préférait y aller d’elle-même. Une sorte de fierté, juste un petit choix de garder encore la tête haute. T’as bien saisi le personnage. Croisant les bras, tu restes un spectateur jubilateur attendant le moment fatidique du film, la partie qui te plaira le plus. Et c’est pas tellement le fait qu’elle aille dans l’océan à six degrés, non c’est juste voir son expression du visage harcelée par la suffisance qu’elle a envers toi. Sadique va. Sofia finit bien par respecter le pacte et entre alors dans l’eau toujours avec cette assurance. On remarquerait presque pas que l’eau est gelée tellement elle affronte la houle sans retenu. Elle plonge, et encore une fois tu ne lâcheras rien du spectacle lorsque tu la verras sortir de l’eau. Trempée forcément. Si sa robe t’avait semblé moulante tout à l’heure, là c’était carrément devenu un transcendance parfaite avec les courbes vertigineuses de ce corps. T’as pas envie de tourner les yeux quand tu vois ça. Tu ne peux pas. Le galbe de cette cuisse trop découverte, cette air de conquérante et cette bouche pleine… T’es même obligé de serrer les dents pour retenir une pulsion. C’est pas une sirène non, c’est une guerrière. Une lionne. « content ? » te dit-elle en grognant alors qu’elle ramasse ses affaires. Bien entendu, tu as gagné alors tu es plus qu'heureux ! Mais alors que tu crois que son courroux va la faire repartir en furie vers l’hôtel, elle s'arrête devant toi. Le sourire moqueur, t’es prêt à lui lancer une jolie vanne quand elle prend la liberté de capturer ta bouche. Un goût salé qui se mêle à ce parfum de colère, de sauvagerie que tu reconnais lointainement. Ses petites mains remontent tes pecteraux et t’apprécie un peu trop l’instant qui pourtant ne dure guère longtemps, ne te laissant même pas répondre à cette fougue. Et dans la surprise elle te pousse, tu perds l’équilibre en tombant quelques mètres plus loin au bord des vagues. Les fesses dans l’eau. «Recuerdo ahora! » Bien joué. Et t’hésites entre le rire et la folie d’une colère qui te brule maintenant les entrailles depuis des heures. T’en as soudain rien à faire que l’eau est gelée. T’es encore sous l’effet de ce baiser volé et le fait qu’elle vient clairement de t’humilier à son tour. Au final, elle vient de te rendre la monnaie de ta pièce alors que tu l’avais aussi embrassé pour la détourner de ton vol lors de la soirée d’Halloween. Tu te redresses, le jeans et les bottes trempés.  « copieuse » ricanes-tu en lui claquant un petit coup d’épaule pour la bousculer sur ton passage, contrastant totalement avec le regard brulant que tu lui lègues. Puis sans une remarque de plus, tu remontes le chemin jusqu’à l’hôtel. T’as plus qu’à regagner ta chambre pour te débarrasser de tes fringues. Et c’est volontairement que tu la laisses seule derrière toi, après tout t’as gagné, la soirée se termine. C’était sympa, mais il est temps maintenant d’arrêter les gamineries. Après tout, l'indifférence est la meilleure attaque non ?

 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

s&s + bonsoir mon petit coeur


Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant Page 2 sur 3

 Sujets similaires

-
» Me voiçi, me voilà, ça y est petit coeur est dans mon ventre!
» les cinq petits coeur (quints)
» mardi 10 juillet 2012
» Le petit coeur brisé (Moka)
» Un petit coeur à 6 SA et 3 jours: OUI!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-