s&s + bonsoir mon petit coeur

Partagez | .
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
sofia hawk-jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Ami à poil : Stitch, ton petit bichon blanc tout mignon
► Mes messages : 1648
► La boite à cookies : 38811
► Date d'inscription : 01/04/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2444-sofia-elle-etait-si-be
le petit mot doux de sofia hawk-jones qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 14:47 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur

Tu pars pour Atlantic City. Ho, tu es rancunière comme fille et il y a un certain type en peluche qui va bientot comprendre qu'il n'aurait pas du voler ton billet. Non parce que, tu ne sais pas trop ce qui t'énerve le plus. Qu'il t'ait volé ton prix ou le fait qu'il t'es embrassé pour pouvoir te le voler ? Disons que tu te vengeras pour les deux choses. Tu grognes dans le train. Parce qu'évidement tu as pris le train pour y arriver, t'allais pas prendre un taxi ou pire, demander a ta mère! Tu aurais pu demander a ton beau père mais tu veux pas qu'il aille raconter tout cela a ta mère, pareil pour tes oncles. Du coup t'as juste dit que tu ne serais pas là pour le week end, que tu serais chez une amie pour un camp des pompomgirl, t'as menti, tu vas surement encore finir puni mais tu n'es plus vraiment a ca prêt. Non, mais ce week end, tu dois etre la bas, parce qu'il le sera et qu'il est hors de question qu'il passe un agreable moment. T'as du prendre l'argent que tu avais de coté, entre le boulot de mannequin pour Sky et ton argent de poche, heureusement que tu as un bon livret parce que tu aurais du emprunter de l'argent a tes oncles et c'est chiant de leur rendre des comptes. Tu aurais pu en parler a Sky, elle est un peu moins chiante que Jesse après tout. Surtout qu'Atlantic City c'est sa ville natale. Une fois arrivée sur place, tu prends ta valise, prennant un taxi pour aller jusqu'à l'hotel ou tu as fait une reservation.  

tenue + tu l'auras, ta revenche. Mais puisque tu ne peux pas profiter de cette nuit il ne pourra pas en profiter non plus. Hors de question qu'il s'amuse, hors de question qu'il s'éclate et hors de question qu'il pense emballer une donzelle ce soir. Tu seras son cauchemar, le bouton qui ne fait que gratter et qui prend de la place sur le visage. Tu vas ruiner sa nuit, sa soirée, son week end. Et tu sais déjà comment. Tu enfiles ta jolie robe de soirée, digne de l'hotel ou vous êtes. Dans le fond, les organisateurs de la soirée d'halloween ne se sont pas foutu de la gueule des gens pour leur prix. Un vrai hotel étoilé avec toutes les options gratuites. Toi qui revais déjà d'un massage et d'un petit sauna. Mais ce n'est rien, parce que maintenant tu sais a quoi il ressemble, et même si tu te souviens de ce baiser qu'il t'a donné pour se permettre de te voler, ca ne change rien. Tu ajutes tes cheveux, prennant ta pochette noir et tu sors de ta chambre pour rejoindre le hall. Tu petit coups d'oeil partout et tu le vois. Il est là, avec une fille. Il ne perd pas de temps celui là, mais il reve le coco ! Tu finis par approcher, prennant ton air de comédienne et tu esperes que tu seras credible mais il n'y aura pas de soucis, tu es tellement en rogne contre lui que ca fera très réaliste. Les talons de tes chaussures claquent au sol avant de se stopper net a quelques centimètres de lui, tu penches le minois, une main sur la hanche pour finalement, enfin, lui montrer qu'il va le payer. « ho, chéri, te voilà enfin ! j'ai eu du mal a trouver mon chemin dans ce si grand hotel.. » tu soupires, secouant la tête et jouant un peu de mimique avant de poser tes yeux sur cette demoiselle. « Hm.. et c'est qui, elle ?! Non mais sérieux quoi ! Je te plait déjà plus ? Je me suis faite toute belle, j'ai mis de la lingerie fine comme tu aimes, j'ai même lu des trucs pour que ce soir on s'amuse bien au lit.. mais non.. t'es là avec cette pouff dès que j'ai le dos tourné ! tu m'énerve ! c'est toujours pareil ! Et pas besoin de me sortir tes excuses bidons comme quoi vous faisiez que parler ! » tu gueules, tu t'en fiche qu'on vous regarde, tu t'en moque d'entendre les messes basses sur ta petite scène. Tu tournes les yeux vers la demoiselle, pauvre fille, mais toi, intérieurement, tu jubiles. « casse toi de là toi ! vas te trouver un mec et prends pas celui des autres ! » Une fois qu'elle est partie, tu approches, posant une main délicate sur son épaule et tu marmone d'une voix suave. « bonsoir mon petit coeur, alors, je t'ai manqué ? » et tu l'as, là, ce sourire satisfait, ce sourire malicieux, ce sourire de peste, de garce.

_________________
J'AI ENCORE LE GOUT DE NOS NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES DE L'ECUME DES JOURS AGRIPPEE A TON CHEVET DE L'ECHO AU SOMMEIL DE L'EAU J'AI ENCORE LE GOUT DES NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES C'EST TOUT CE QU'ON A C'EST TOUT CE QU'ON A CA BRULE ENCORE C'EST TOUJOURS LA C'EST TOUJOURS LA QUAND L'ON S'ENDORT
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Hale
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 76
► La boite à cookies : 2699
► Date d'inscription : 13/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Stephen Hale qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 14:48 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur

Atlantic city est connu pour être une ville de la nuit sur la côte est. Ca faisait un moment que tu voulais t’y rendre depuis que tu avais gagné New York, il y a trois ans de cela maintenant. L’aubaine quand tu as gagné ce bon qui t’offre un week-end d’excellence dans un des plus beaux hotels de la ville. T’hésites pas vraiment, pas du tout même. Bon, il est vrai que tu n’as pas gagné à la loyale ce prix lors de la fameuse soirée d’Halloween. Mais toi quand tu joues, tu fixes tes propres règles. Et si cette petite ingénue n’avait pas juste fini en pamoison dans tes bras alors que tu lui volais un baiser, et bien elle aurait surement fait plus gaffe à ses poches. T’es qu’un connard parfois. Souvent même mais c’est comme ça que tu fonctionnes. T’as profité de la faiblesse d’une petite étudiante grâce à tes beaux yeux et deux belles paroles, mais tu t’en veux pas le moins du monde. Puis, après tout, t’es sûr qu’elle peut se payer facilement une suite dans un hôtel de ce genre. Tu ne feras pas non plus gaffe au portier du grand hôtel alors que tu arrives sur une Yamaha noire, sublime bijou de mécanique. C’est peut-être le seul bien de fortune que tu possèdes réellement. Et pour le coup, tu en prends vraiment soin. Débarrassé du casque, tu plisses les yeux en regardant le garçon de service te tendre la main. Un peu surpris tout d’abord tu regardes sa main, puis son visage juvénile. Il doit pas dépasser la vingtaine, il bosse surement là pour payer ses études. Finalement tu finis par ricaner en comprenant ce que veut cet automate. « dis mec, tu crois quand même pas que je vais te filer les clés pour que tu me la plantes au prochain carrefour ? » tu sens qu’il a honte, il rougit un peu. « t’inquiète, elle va dormir ici et, toi et elle vous pourrez vous faire des clins d’œil toute la nuit, comme ça je suis sûr que personne ne la touchera » tu tapotes amicalement l’épaule du jeune homme avant de te diriger vers l’entrée du bâtiment colossal. Sac jeté sur le dos, t’ignores complètement les costards-cravates et les robes de cocktails. Toi et ton jeans trouvé, tes cheveux lâches et tes bottes aux lacets défaits c’est complètement atypiques dans ce genre de hall qui pue le fric et le luxe. Et la discordance te plait totalement.

Une heure après, t’as pris tes aises et t’es déjà accoudé au salon du bar, en pleine discussion avec une jolie brune. Tes consos sont illimités, compris dans le service. C’est vraiment le jackpot que tu t’es octroyé. En plus de ça les nanas sont canons. Mais le mieux, c’est encore le casino privatif que tu as vu au sous-sol. Peut-être que plus tard, tu pourras tenter un coup de maître avant d’aller siroter ton verre dans ton jacuzzi personnel. Quand tout à coup… « ho, chéri, te voilà enfin ! j'ai eu du mal a trouver mon chemin dans ce si grand hotel.. » tu manques de t’étouffer lorsque le bruit clinquant des talons raisonnent et cette voix te ramène directement  à la soirée qui t’a valu de récolter ce week-end haut de gamme. « qu’est-ce… » c’est une blague non ? Biensur que tu l’as reconnu. Joli petit cul, lèvres pulpeuses, poitrine désarmante et yeux de biche. Mais surtout un caractère de merde qui a failli te faire passer Atlantic city sous le nez. Qu’est-ce qu’elle fait là la gosse ? « Hm.. et c'est qui, elle ?! Non mais sérieux quoi ! Je te plait déjà plus ? Je me suis faite toute belle, (…) Et pas besoin de me sortir tes excuses bidons comme quoi vous faisiez que parler ! » Belle comédie, on y croierait presque. Bon elle donne carrément le spectacle car plusieurs têtes se tournent vers vous. T’es sur qu’on te catalogue déjà de goujat. Bon c’est pas que ça t’emmerde, elle est jolie la brune mais tu te rappelles déjà plus de son prénom. Mais ce qui t’emmerde le plus c’est surtout qu’elle est venue te casser les pieds comme une gamine de douze ans à qui on a refusé un tour de manège. « casse toi de là toi ! vas te trouver un mec et prends pas celui des autres ! » malgré le fait que ça t’énerve, tu ne peux pas t’empêcher de sourire alors qu’elle vire l’autre. « bonsoir mon petit coeur, alors, je t'ai manqué ? » dit-elle enfin en s’asseyant à tes côtés, touchant doucement ton épaule. T’empêche pas ton regard de trainer sur la cuisse où la robe noire se fend avec goût et désinvolture. Mais avant de flancher, tu te ressaisis pour la foudroyer du regard « t’aimerais bien, avoues… » voilà ta réponse. Tu fais signe au barman « servez lui un verre d’eau bien fraîche avec des glaçons. Désolé pour le dérangement, j’essaye juste de lui faire comprendre depuis le mariage qu’elle doit prendre ses médicaments comme le médecin lui a prescrit » tu fais un mouvement de la main vers ta tête pour signaler la folie de la jeune femme. Alors que la barman s’exécute et tu te tournes vers la blondinette « pas mal pour une gamine, t’as pris la robe de ta mère ? fais gaffe y’a tout qui dépasse, le régime c’est pour quand ? » tu sais pourquoi elle est là, elle veut surement te faire payer ta traitrise, mais là tout de suite t’as d’autres chats à fouetter, t’as pas envie de te prendre la tête avec les désirs d’une gamine capricieuse juste parce qu’elle n’a pas eu son gateau. T’ignores cependant que c’est plus que ça. Parce que la petite, elle en a dans le ventre, elle retient trop ton attention, et ça… bah t’en veux pas. Tu finis ton verre d’une traite. « amuse-toi bien, y’a un flipper dans la garderie au deuxième étage » tu quittes le bar sans un regard pour voguer vers le casino de l’hôtel.
Revenir en haut Aller en bas
sofia hawk-jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Ami à poil : Stitch, ton petit bichon blanc tout mignon
► Mes messages : 1648
► La boite à cookies : 38811
► Date d'inscription : 01/04/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2444-sofia-elle-etait-si-be
le petit mot doux de sofia hawk-jones qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 14:50 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


Finalement ce n'était pas bien difficile de jouer les comédiennes du dimanche, tu es même étonnée que ca aie marché parce que si tu n'as aucun doute sur tes compétences physiques et sportives, on ne peut pas dire que le théatre soit une chose qui t'inspire. Cependant, t'es bien contente quand même de voir cette fille qui file et toi qui pose ton petit cul sur la chaise au bar. Tu as ta carte d'identité, la fausse, celle avec quelques années de plus pour pouvoir entrer seule dans ce genre d'endroit, parce que de toute façon tu n'as pas l'intention de consommer de l'alcool, c'est contre tes principes et mauvais pour ton corp. Et comme tu le dis toujours à ta famille, ton corps est un temple. Ouai tu rabaches ça depuis l'adolescence, tu ne sais pas trop si c'est pour rassurer les gens ou pas, mais de toute façon tu ne bois pas donc ca ne servira pas pour ça. Tu tournes donc les yeux vers lui, le petit sourire sur tes lèvres alors que tu croises les jambes. « t’aimerais bien, avoues… » Ou pas ! Toi, t'es juste là pour ruiner son week end et lui faire comprendre qu'il ne fallait pas te voler parce que du coup, il passera pas un bon séjour mais toi, tu pourras revenir, quand ta mère aurait lever toutes les punitions que tu subiras en rentrant chez toi. Parce qu'elle va apprendre que tu as menti, que tu es partie loin de New York sans lui dire, que tu n'as prévenue personne de ta destination, bref, t'es dans la merde et tu le sais. Mais il fallait pas voler ton prix ! T'aurais pu y aller avec ta mère, essayer d'arranger les choses entre vous parce que tu sais que depuis la perte de ton père, vous vous éloignez. « servez lui un verre d’eau bien fraîche avec des glaçons. Désolé pour le dérangement, j’essaye juste de lui faire comprendre depuis le mariage qu’elle doit prendre ses médicaments comme le médecin lui a prescrit » Tu roules des yeux, tu vas parfaitement bien dans ta tête. Tu n'es pas comme ces gens qui viennent voir ta mère. Bon c'est faux, tu sais que tu aurais besoin de parler à un psy.. si ce n'était pas ta mère mais même s'il y a le secret professionnel, t'as trop peur que ces comparses lui raconte ce que tu dis. « pas mal pour une gamine, t’as pris la robe de ta mère ? fais gaffe y’a tout qui dépasse, le régime c’est pour quand ? » Le régime ? Il croit peut etre que c'est comme ça qu'il te vexera ? Il t'a pris pour une bombasse petasse qui a peur de se casser un ongle ? Tu ricanes presque, ça te passe au dessous mais d'une force. tu remercies le barman pour le verre d'eau, que tu apportes à tes lèvres après tout, autant en profiter. « amuse-toi bien, y’a un flipper dans la garderie au deuxième étage » Hey, il part ou comme ça ? Non non, t'en as pas finis avec lui. Tu finis par te redresser, remerciant et saluant le barman avant de suivre ce petit con. Tu presses le pas pour te retrouver a sa hauteur et tu reprends finalement « ho mais mon trésor, attends moi, je ne te lacherais pas du week end ! » reprends tu en minaudant un peu pour te moquer. Tu le suis jusqu'au casino. Il pense peut etre pouvoir t'échapper de la, après tout si tu n'as pas vingt et un ans, tu ne peux pas passer. Mais c'est sans compter à ton génie, et a ton porte feuille aussi, surtout depuis que tu sors en boite. Tu reste bloqué à l'entrée, comme prévue, le vigile va vouloir controler ta pièce d'identité et tu perds Stephen du regards. Tu montres ta carte d'identité au vigile, échangeant quelques mots avec lui avant de finalement lui souhaiter une bonne soirée et avancer. tu ne joues pas, enfin pas d'argent, parce que tu ne sais pas jouer. Tu n'as pas confiance au hasard et a la chance, tu as confiance en tes compétences et tes capacités mais pas dans un possible facteur chance. C'est pour ça que tu ne joues pas, que tu ne joues ni aux cartes, ni à la roulette mais tu veux bien jouer aux flechettes cela dit ! Tu finis par le retrouver, et tu t'approches, te glissant dans son dos et venant murmurer « ho et non, c'est ma robe. et mon régime alimentaire est parfait. c'est pas avec ça que tu me vexeras, trésor ! » ouai, tu vas continuer de l'apeller comme ça, ca t'amuse. Tu finis par regarder a quoi il joue. « hm.. tu joues a quoi ? » Bah quoi ? Autant se renseigner sur les divers jeux de casino.


_________________
J'AI ENCORE LE GOUT DE NOS NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES DE L'ECUME DES JOURS AGRIPPEE A TON CHEVET DE L'ECHO AU SOMMEIL DE L'EAU J'AI ENCORE LE GOUT DES NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES C'EST TOUT CE QU'ON A C'EST TOUT CE QU'ON A CA BRULE ENCORE C'EST TOUJOURS LA C'EST TOUJOURS LA QUAND L'ON S'ENDORT
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Hale
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 76
► La boite à cookies : 2699
► Date d'inscription : 13/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Stephen Hale qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:04 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


Si tu avais eu envie d’avoir de la compagnie ce week-end, t’aurais invité une connaissance de New York. Mais non, ça n’avait pas été dans tes projets. Alors pourquoi tu serais sympa avec ce microbe en fait ? Qui était surement là juste te montrer sa rancune et te pourrir ce séjour durement gagné. Bah oui ! T’avais du rusé jusqu’à la dernière minute mon brave, n’est-ce pas ? Certes, t’étais pas sans savoir que ta chevelure de lion et ton sourire faisaient fondre les nénettes comme des pâquerettes, il t’était arrivé d’en jouer plusieurs fois. Ceci dit, les femmes usaient bien de leur charme pour avoir ce qu’elles désiraient alors pourquoi un mec ne pouvait pas faire de même ? En revanche, tu n’étais pas certain de t’être forcé dans ce baiser. T’avais carrément bousculer son rencard pour lui passer devant. Cette bouche trop pulpeuse t’avait tenté depuis le début de soirée. A te jeter de piques bien acides, bien placées, t’avais juste eut envie de punir ces lèvres. Alors certes, tu utilisais cela pour tes intérêts, mais réellement c’est encore pire d’y avoir gouté. Parce que le souci, dans cette fougue, dans ce violent corps à corps qui n’a duré que quelques secondes, t’as trop apprécié pour ne pas songer à recommencer. Mais trêve de plaisanterie. Ce n’est qu’une jeunette, t’as déjà eu ton lot de jolies ingénues, alors même si elle est bien golée elle reste quand même la jeune demoiselle qui crie au loup quand elle n’a pas ce qu’elle veut. Et ça toi, t’aimes pas ça. T’aimes pas les enfants pourris gâtés qui n’ont rien affronté de la vie et qui jouissent de tout un confort sans avoir eu à suer. Ouai tu sais, t’as un problème avec les gosses de riche. Mais bref, t’as pas l’intention de la laisser t’envahir, donc tu t’en vas tranquillement en la laissant derrière toi. T’espères qu’avec tes petits mots bien acides, elle aura saisi le message. Pas besoin de trop s’énerver, elle jubilerait un peu trop. Mais comme si au fond tu t’y attendais, les talons t’avertissent de suite qu’elle a quitté son tabouret « ho mais mon trésor, attends moi, je ne te lacherais pas du week end ! » Tu te stoppes net en fermant les yeux, soufflant d’exaspération. Pourquoi ? De toute façon il est hors de question, tu ne lui laisseras pas la suite, c’est peu te connaître si elle croit que tu vas renoncer. Finalement tu continues ta route, en ne lui adressant pas la parole, comme si tu ne la connaissais pas. Elle se fait évidemment arrêté par le vigile, tu vois en lui le messi tout d’un coup lorsque tu prends de la distance en t’engouffrant directement dans la salle réservée aux jeux. Encore une fois le luxe profuse à foison. T’es attiré par la table des joueurs de poker, évidemment. Ca ne fait aucun doute que c’est le seul endroit qui t’attire. « ho et non, c'est ma robe. et mon régime alimentaire est parfait. c'est pas avec ça que tu me vexeras, trésor ! » t’entends le murmure dans ton dos et il semble que tu ne puisses arrêter ce frisson. Le même que celui du soir d’Halloween. Et cela n’a rien d’un frisson de peur ou même de dégout. C’est une chaleur trop avenante pour que tu ne puisses l’oublier. Un sourire se loge au coin de tes lèvres sans que tu ne le retiennes. Ce caractère te plait un peu trop à l’évidence. Aucune femme n’aurait apprécié un mot désagréable sur son physique, pire sur son poids. Mais t’es certain que Miss Sofia sait très bien qu’elle est parfaite alors tu n’auras pas besoin de lui dire. « hm.. tu joues a quoi ? » te demande-t-elle. Apparemment elle ne connaît pas grand chose à tout ceci, tu ricanes tout bas. T’es pas du style machines à sous ou black jack, très peu pour toi. La chance ou le comptage de cartes c’est pas dans ton délire, t’aimes pas t’en remettre qu’au hasard. Toi t’aimes le jeu, le vrai. La manipulation et le risque. Et il n’y a pas plus belle provocation que le poker. Car même avec un jeu minable tu peux troubler ton adversaire pour qu’il te fasse gagner. Une place se libère alors qu’un homme vient de tout perdre. Tu prends cette place directement. « poker. Tu connais ? » à la base, tu ne voulais pas lui donner trop d'importance mais finalement tu choisis quand même de lui répondre. le croupier commence à distribuer les cartes. « si tu trahis mes cartes, je te défrise dans l’océan ! » grognes-tu à la jeune femme. T’espères peut-être au fond qu’elle se lassera et qu’elle partira de cet endroit pour aller jouer ailleurs. Mais la vue de la jeune femme a l’air de plaire aux autres joueurs masculins de la table qui lui lancent déjà des regards très insistants. Peut-être que tu pourras en profiter alors ? La partie commence alors. Tu poses alors tes deux cartes sur la table en face cachée pour suivre la mise. Connaissant ton jeu maintenant, tu peux t'amuser à analyser chaque mimique ou expression de tes adversaires. Mais la présence derrière toi, tu ne sais pas si elle va te laisser te concentrer comme il le faudrait. Rien que cette chaleur dans ton dos pourrait te déstabiliser ?

Revenir en haut Aller en bas
sofia hawk-jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Ami à poil : Stitch, ton petit bichon blanc tout mignon
► Mes messages : 1648
► La boite à cookies : 38811
► Date d'inscription : 01/04/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2444-sofia-elle-etait-si-be
le petit mot doux de sofia hawk-jones qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:05 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


Il est évidement hors de question qu'il passe un très bon moment, sauf si tu es là, ca peut se faire. Parce qu'il est hors de question qu'il profite de cet endroit alors que c'est toi qui avait gagné. Tu as lutter jusqu'au bout de ce labyrinthe, terminant dans une petite cabriole digne de toi pour attérir parfaitement sur le sol et remporter la victoire. Non, hors de question qu'il profite de TON prix ! Tu le suis donc, passant le vigile après un controle rapidement d'identité et surtout, de ton âge, pour entrer dans le casino. Si tu cherches le Lion des yeux pendant quelques secondes, tu le rejoinds bien vite non loin d'une table de poker, mais toi les jeux de cartes ou les jeux d'argent c'est pas vraiment ton truc. Alors tu demande, après tout, tu peux lui pourrir sa nuit tout en essayant de connaitre ce monde. Après tout t'es pas vraiment une gosse de riche, tu bosses, tu economises. Oui, ta mère gagne parfaitement sa vie et son nouveau mec est blindé de fric, mais c'est pas ton fric à toi. Et puis t'en veux pas de son fric au Poisson Globe. Tu restes derière lui alors qu'il prend place, tu te penches même un peu pour pouvoir parler « poker. Tu connais ? » tu acquiesces, juste le nom, tu n'y as jamais joué à vrai dire. Tu as toujours préféré passer tes soirées au skatepark plutot que dans ce genre d'endroit. t'as beau savoir te tenir en société et porter la robe de soirée avec classe, c'est pas vraiment ton univers. « si tu trahis mes cartes, je te défrise dans l’océan ! » Tu roules des yeux, tu veux ruiner son week end mais pas sa vie, tu veux pas lui faire perdre d'argent. t'es rancunière certes mais pas horrible à ce point. Tu ne dis rien pour le moment, tu laisses le jeu commencer et tu suis simplement la partie sans trop savoir sur quoi te baser. Tu ne sais pas trop comment on gagne a ce truc, c'est quoi déjà le plus fort ? La suite ? Le carré d'as ? T'en sais pas plus que ce qu'on apprend en jouant toute seule avec un paquet de cartes finalement. Mais tu ne dis rien, t'es drolement sage même. Tu te penche un peu, une main se posant sur le dossier de son siège et l'autre se posant sur ta hanche. Tu souris, un petit sourire en coin alors que les types devant on le nez plongé dans ton décoleté. Tu l'as fait exprès ? Pas vraiment, tu voulais juste lui répondre mais finalement tu as bien remarquer leur regard qui se delecte surement de tes rondeurs divines. « t'en fais pas, je serais sage comme une image. » Tu susures a son oreille, tes lèvres si proche de son lobe que tu pourrais aisement prendre entre tes dents mais tu ne fais rien, un petit regard en coin vers les autres joueurs. Ils sont concentrés sur leur jeu ou sur tes seins ? Tu dirais plutot la seconde solution. Tu te redresses, replacant une mèche de cheveux. Tu sais pas pourquoi mais ça te plait, t'as même envie qu'il gagne pour voir la mine déconfite des autres types qui te mate sans vergogne et sans aucune discretion. Pourtant tu devrais prier pour qu'il perd sans que tu n'ais besoin d'ouvrir la bouche pour mettre son jeu en danger. Le jeu se poursuit devant toi, mais tu sais pas vraiment qui gagne comme tu n'y comprends rien. Une serveuse passe avec un petit plateau et tu lui piques un jus de fruit, y'avais du champagne aussi mais t'as pas envie et pas les moyens pour ca. Tu en bois une gorgée, tenant ton verre dans tes mains avant de poser tes yeux sur le type face a vous. Tu lui souris, gentiment, le regard plein de malice pourtant.


_________________
J'AI ENCORE LE GOUT DE NOS NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES DE L'ECUME DES JOURS AGRIPPEE A TON CHEVET DE L'ECHO AU SOMMEIL DE L'EAU J'AI ENCORE LE GOUT DES NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES C'EST TOUT CE QU'ON A C'EST TOUT CE QU'ON A CA BRULE ENCORE C'EST TOUJOURS LA C'EST TOUJOURS LA QUAND L'ON S'ENDORT
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Hale
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 76
► La boite à cookies : 2699
► Date d'inscription : 13/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Stephen Hale qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:07 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


« t'en fais pas, je serais sage comme une image. » le chuchotement caresse ton oreille mais tu ne te sens pas troublée sur ton jeu, du moins tu ne laisseras rien transparaitre. Contrairement à ce que tu aurais pensé, la petite blonde ne perturbe en rien ton jeu. Du moins, elle reste étonnamment sage derrière toi, sans dire un mot. Tu te demandes même à un moment si elle comprend le jeu. Ca doit être barbant si elle ne pige rien. Est-elle vraiment prête à rester là, te coller aux basques, juste pour te faire payer sa présence ? Ces doutes t’envahissent un peu trop, tu ne devrais pas penser au fait qu’elle soit là. Alors tu chasses toutes ces questions, après tout c’est elle qui a décidé d’être là, tu n’as rien forcé. Elle se démerde, elle est assez grande après tout pour prendre ses propres décisions. D’ailleurs tu ne peux pas nier que sa présence joue en ta faveur. Les gros riches en face de toi en pince clairement pour le sublime décolleté. Allons bon, tu ne leur en veux pas s’ils veulent se rincer l’œil, du moment que tu as la main sans qu’il s’en doute. Ton jeu n’est pas formidable. T’as un huit et un dix de pique. Tu pourrais viser la couleur mais les cartes que rabat le croupier sur le tapis ne comptent pour le moment que du rouge. Pourtant tu ne laisses rien transparaitre, tu continues à miser, à suivre le mouvement. T’es pas du genre à jouer ta chemise ou perdre tout pour un jeu. Par contre t’aime le challenge, te mesurer aux autres. Ton passé t’a toujours appris à affronter les choses de face, pas tête baissée, mais justement en parant à toutes les éventualités, tous les coups bas. Tu t’es pris des gamelles pas mal de fois, mais l’endurcissement en valait la peine. Tu sais que tu ne peux compter que sur toi. Toi, ta cervelle et tes dix doigts. Une serveuse passe et tu lui prends un verre de rhum brun. Juste un. L’alcool réveille tes sens mais tu n’iras pas jusqu’à t’enivrer. Te porterait-elle chance ? Au bout d’un moment, il ne te reste qu’un seul adversaire. Il a bien plus de jetons que toi pourtant t’es sûr de ne pas te laisser démonter. Tant que tu ne mets pas ton tapis, tu es encore à bord donc tout va bien. En plus par chance, il a l’air totalement décontenancé par la demoiselle à tes côtés. T’aurais jamais pensé qu’elle ferait autant d’effets. Mais hors de question que tu lui dises, elle se sentirait bien trop importante. Au final, la partie se termine pour le vieux grisonnant quinquagénaire en face de toi. Il grogne un peu lorsque tu ramasses le pactole et tu souris en coin. Tu laisses une poignée de jetons au croupier, bien plus que la raison. Mais tu t’en fous, t’as joué pour le jeu et t’as gagné, tu as de quoi dépenser vu le joli petit tas déjà. Le perdant arrive vers toi pour te serrer la main, il ne semble pas vraiment défaitiste. « c’est votre fiancée ? » tu ricanes alors qu’il jette un regard sur Sofia. « pas du tout mon brave, tu peux y aller » sérieusement Stephen ? Malicieux t’adresse un petit regard conquérant à la demoiselle, libérant le passage au vieux plein aux as. Finalement tu vas peut-être pouvoir t’en débarrasser. L’homme riche ne se fait pas prier et il commence sa parade dès que t’as le dos tourné. « promis, je te ferais pas de scène bébé… » murmures-tu à ton tour en passant près de son oreille. Petit sourire carnassier et tu t’échappes un peu plus loin pour aller poser ton verre au bar et filer au guichet pour récupérer l’argent gagné. C’est de sa faute, elle était trop sage et en même temps un peu trop perturbante, si tu pouvais l’éloigner de toi quelques instants ton esprit s’en trouverait bien mieux.
 
Revenir en haut Aller en bas
sofia hawk-jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Ami à poil : Stitch, ton petit bichon blanc tout mignon
► Mes messages : 1648
► La boite à cookies : 38811
► Date d'inscription : 01/04/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2444-sofia-elle-etait-si-be
le petit mot doux de sofia hawk-jones qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:08 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


Tu es sage, bien trop sage, mais en realité tu es fascinée par le jeu. C'est une véritable compétition finalement sauf qu'il ne joue pas avec leur muscles ou leur agilité. Mais avec leur capacité a mentir et a manipuler. C'est intriguant, tu l'avoues, et tu es même contente de voir qu'il tient le coup sur cette table. Tu commences a comprendre les choses, enfin le principal mais pas tout, au moins tu comprends ce qu'il se passe sous tes yeux sans avoir a demander sans cesse qu'on t'explique ce qu'ils font. Au final, il ne reste plus que le type bien trop vieux pour toi et Stephen, tu ne sais pas ce que tu préféres, qu'il perd ou qu'il gagne ? Mais t'es sage, tu ne dis rien, tu ne bronche même pas pour une fois. Et puis finalement, le vieux perd ce qu'il a au profit de ce type, ce voleur de prix. Tu pourrais presque le féliciter mais tu n'as pas vraiment le temps puisqu'il est interrompu par le vieux perdant. Il veut récupérer son fric ? T'es prête à te battre s'il le faut ! Han oui, t'aimerais bien frapper quelque chose, t'es trop calme là et ca bouillonne en toi. « c’est votre fiancée ? » Hein ? c'est de toi qu'il parle ? Tu te tourne pour regarder derière toi, mais non y'a personne.  « pas du tout mon brave, tu peux y aller » Ho l'enfoiré ! tu ecarquilles les yeux quelques secondes en comprennant qu'il te lance quasiment dans les bras d'un vieux ! Le type approche, attrapant ta main pour se présenter mais tu fulmines alors que Stephen passe près de ton oreille. « promis, je te ferais pas de scène bébé… » Tu grognes, vraiment, il te le paiera ! Tu reprends ta main pendant que le Lion quitte les lieux mais tu ne te démonte pas, tu le retrouveras. Tu ecoutes d'une oreille distraite le blablatage de ce type riche mais tu t'en fiche totalement qu'il a une suite, avec un jacuzzi, tu t'en fiche qu'il peut t'offrir des robes. Tu soupires.« Non mais hors de question que je couches avec vous hein, faut pas revez ! » tu tournes les talons, grognant de plus belle avant de finalement sortir des lieux mais à peine as-tu quitté le coin casino qu'une main attrape ton bras « reste ici ma beauté » tu grognes, alors que tu aggripes ton bras pour l'envoyer valser plus loin. Il fait boum, et tout le monde vous regarde une fois de plus. tu vas finir par etre connu dans cet hotel toi ! Tu secoues la tête, ton pied se posant sur ses parties intimes que tu presses légèrement, afin qu'il sache que tu ne plaisante pas. « quand une demoiselle dit non, ca veut dire non. ca veut pas dire que je veux qu'un vieux qui pourrait etre mon grand père m'aggripe pour me retenir. suis-je claire ? Maintenant tu vas lever ton cul et retourner dans ta suite de riche à la con et t'astiquer devant un porno merdique ! » Tu grognes, tu craches presque tes mots alors que tu reprends ton chemin. Tu soupires « il est ou cet enfoiré ! » evidement que tu parles de Stephen ! Mais pour le moment tu ne vois que des gens qui te regarde et qui ont presque de la peine pour ce pauvre type qui se releve. Tu finis, malgré la foule, a reperer Stephen et tu approches en faisant craquer ta nuque. T'es tendu, ce vieux t'as énervé là ! Au moins tu as pu presque frapper quelqu'un.
 

_________________
J'AI ENCORE LE GOUT DE NOS NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES DE L'ECUME DES JOURS AGRIPPEE A TON CHEVET DE L'ECHO AU SOMMEIL DE L'EAU J'AI ENCORE LE GOUT DES NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES C'EST TOUT CE QU'ON A C'EST TOUT CE QU'ON A CA BRULE ENCORE C'EST TOUJOURS LA C'EST TOUJOURS LA QUAND L'ON S'ENDORT
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Hale
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 76
► La boite à cookies : 2699
► Date d'inscription : 13/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Stephen Hale qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:09 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


Bien sur que ça t’amuse de l’envoyer dans les bras d’un racoleur de première. Bon t’es pas aussi stupide à l’idée de la laisser se faire embobiner par un pervers. Mais le jeu t’amuse et tu comptes bien lui faire comprendre que toi aussi tu as tes propres combines, donc qu’elle ne se réjouie pas trop vite même si tu peux dire qu’elle est maligne la petite. Alors certes t’as lancé le truc pour qu’elle se fasse un peu draguer par le vieux riche, néanmoins tu restes dans le champ de vision pour admirer le spectacle. Ou surveiller ? T’es ptet un connard de première, mais t’es pas un criminel qui va pousser quelqu’un à se faire violer. Tu n’entendras pas ce qu’ils se disent, mais ça te fait sourire grandement lorsque tu la vois rebiquer et s’éloigner du pauvre quinquagénaire qui pensait passer la plus belle nuit de sa vie. Une furie. Tu sembles l’avoir mise en colère non ? Et ça, ça te plait. Car tu dois avouer que tu ne rates aucune expression sur ce beau visage de poupée. Elle est encore plus renversante lorsqu’elle paraît énervée. Finalement, même si elle s’est un peu incrustée dans ton séjour, t’aimes la tournure des évènements et elle arrive à te divertir. Mais alors que tu réceptionnes la bonne petite liasse de billet au guichet, un fracas te distrait là où tu as vu la blondinette s’arrêtait. Le pauvre homme a tenté le coup de trop et voilà qu’il se retrouve déjà à terre. Ca te rappelle le labyrinthe et sa prise de Bruce Lee. Cette petite nana est quand même assez impressionnante parfois. « quand une demoiselle dit non, ca veut dire non. ca veut pas dire que je veux qu'un vieux qui pourrait etre mon grand père m'aggripe pour me retenir. suis-je claire ? Maintenant tu vas lever ton cul et retourner dans ta suite de riche à la con et t'astiquer devant un porno merdique ! » les gens semblent s’offusquer de son langage, et tu sembles le seul à être complètement admiratif de cette jeune femme ainsi que de sa manière de parler. On ne croirait jamais que cette petite princesse est capable de ce genre de revirement. Ca t’amuse. Ca te plait. T’en redemanderais presque. Finalement elle n’a vraiment pas besoin qu’on lui vienne en aide. Tant mieux ! Tu te retournes pour donner un coup d’œil autour de toi, cherchant une nouvelle attraction pour la suite, quand… « il est ou cet enfoiré ! » Ah ! ça, on dirait bien que c’est pour toi. Tu te tournes vers elle lorsque les talons retentissent derrière toi. A cette vue, cette démarche colérique tu perdras complètement ton regard sur elle. Jusqu’à en mordiller ta lèvre tellement ses seins fermes et ronds t’hypnotisent. Elle sait qu’elle est sexy, ça se sent. Elle transpire cette confiance en elle et tu ne peux décidément pas l’avouer. C’est impossible, ce serait comme se jeter dans la gueule du loup. Avant qu’elle ne te gueule dessus, pire qu’elle te flanque une raclée, tu veux être le premier à frapper. Alors tu fais comme si tu comptais tes billets et tu en sors un petit tas que tu lui temps généreusement. « tiens, c’est ta part… » après tout, c’est comme si vous aviez fait équipe n’est-ce pas ? un bon binôme, plutôt inattendu. Si tu te comportes comme un connard, t’as aussi des principes et tu sais que sans elle, t’aurait sûrement eut moins de chances de ton côté. « finalement t’as bien fait de mettre cette robe, mais j’vais pas abuser et je pense que tu devrais aller dormir, princesse. Les hommes sont pas très gentlemen ici comme t’as pu le voir » tu lui fais un clin d’œil. Provocation gentille. « à moins que tu saches jouer au billard ? » tu sais pas vraiment d’où s’est sorti mais t’es quasiment sur qu’elle ne refusera pas. Si tu as bien cerné le personnage, tu sais déjà qu’elle ne refuse pas un match. « promis je ne te laisse pas gagner » signales-tu en avançant vers un petit espace en dehors des machines à sous, une sorte de salon ouvert où on peut trouver trois grandes tables de billard mais aucun joueur pour en profiter. « je te préviens, je ne joue pas sans pari »
 
Revenir en haut Aller en bas
sofia hawk-jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Ami à poil : Stitch, ton petit bichon blanc tout mignon
► Mes messages : 1648
► La boite à cookies : 38811
► Date d'inscription : 01/04/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2444-sofia-elle-etait-si-be
le petit mot doux de sofia hawk-jones qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:10 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


T'es en rogne. Parce qu'en plus de te livrer a un pervers aussi vieux que ton grand père, ce type pensait vraiment pouvoir te retenir comme ça ? voilà, la tronche au sol et tu ecrases ses parties intimes pour lui faire comprendre que tu ne plaisantes pas. tu ne plaisantes jamais avec ça. Tu lui as dit non et il n'avait pas à te retenir, il avait juste a aller pleurer dans son coin ou d'aller voir ailleurs s'il trouvait pas une fille qui aurait accepter de coucher avec lui. Tu es peut etre dans une mauvaise periode, comme dirait ta psychologue de mère, mais tu sais encore ce que tu veux et ce que tu ne veux surtout pas faire subir a ton corps. et quitte a perdre ta virginité ce soir, tu préféres que ce ne soit pas avec un vieux crouton. Tu finis par repérer ce Lion à la belle crinière et tu fonces vers lui, les talons fracassant le sol alors que tu t'apprête a lui sauter a la gorge pour lui faire mal. Il est là, avec son paquet de billet, mais tu te stoppes net quand il te tend un petit tas. « tiens, c’est ta part… » Tu te retrouves avec une petite liasse entre tes mains. C'est quoi cette arnaque encore ? Il va te demander de faire quoi contre cet argent ? Mais tu avoues que tu es quand même surprise, stoppant net cette gifle que tu aurais pu lui même, non pas une gifle, un coup direct dans le nez ça aurait été bien mieux. Après tout il t'a quand même balancé en pature a un vieux connard pervers ! « finalement t’as bien fait de mettre cette robe, mais j’vais pas abuser et je pense que tu devrais aller dormir, princesse. Les hommes sont pas très gentlemen ici comme t’as pu le voir » Ha, c'est ta part des gains au poker ? Sérieusement ? Tu hausses un sourcil mais tu ne vas pas dire non, ça remboursera bien une bonne partie de ce que tu as dépensé pour venir ici. Bon c'est sur que dépensé autant pour te venger c'est un peu, totalement, carrement, idiot mais t'es une impulsive et tu réfléchis généralement que plus tard. « à moins que tu saches jouer au billard ? » Tu finis par te dérider un peu et par sourire avec amusement. Bon, tu n'es pas une pro du billard, mais t'as déjà jouer une fois ou deux dans un bar dans brooklyn, quand tu allais rendre visite a ton père après la séparation avec ta mère. Mais on peut pas dire que tu sois très douée pour ça. Cependant, tu n'es pas du genre a refuser une compétition, c'est ton plus grand défaut, tu acceptes toujours les paris, sauf si tu es certaine de perdre. Bon, là, t'es certaine de perdre mais tu vas perdre quoi au pire ? ce fric ? « promis je ne te laisse pas gagner » Tu aimes cette façon de voir, et ça sonne doux a tes oreilles. t'aime pas qu'on te prenne pour une princesse, t'aime pas qu'on pense que tu es sans défence ou encore que tu pleures si tu te casse un ongle. T'aimes pas qu'on imagine tout de suite que tu es superficielle parce que tu es une cheerladers. « je te préviens, je ne joue pas sans pari » Tu roules des yeux en le suivant. Par contre tu avoues qu'en robe de soirée c'est pas terrible mais bon, tant pis, tu ne vas pas remonter dans ta chambre pour enfiler un jeans. Quoi que... Tu te stoppes non loin de lui, croisant les bras pour le regarder sans avoir peur de croiser son regard. « tu veux parier quoi ? je t'écoute ! » Tu veux savoir parce qu'il doit y avoir une idée derière la tête. il ne peut pas parler de pari sans savoir ce qu'il veut déjà. Il va surement dire que si tu perds tu te casse, c'est flagrant et vraiment pas amusant. Surtout que tu ne partiras pas pour autant. Tu finis par trouver un morceau de ficelle, d'élastique, tu sais pas trop, et tu t'attaches les cheveux pour ne pas etre embêter avec eux, tu glisses une mèche rebelle derière ton oreille et tu croises les bras en le fixant. Tu attends le paris qu'il souhaite lancer.
 

_________________
J'AI ENCORE LE GOUT DE NOS NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES DE L'ECUME DES JOURS AGRIPPEE A TON CHEVET DE L'ECHO AU SOMMEIL DE L'EAU J'AI ENCORE LE GOUT DES NUITS BLANCHES SUR MES LEVRES C'EST TOUT CE QU'ON A C'EST TOUT CE QU'ON A CA BRULE ENCORE C'EST TOUJOURS LA C'EST TOUJOURS LA QUAND L'ON S'ENDORT
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Stephen Hale
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 76
► La boite à cookies : 2699
► Date d'inscription : 13/11/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Stephen Hale qui mange un cookie le Mar 14 Nov - 15:17 ► réponds-lui !

SOFIA&STEPHEN
bonsoir mon petit coeur


T’étais pourtant sûr de recevoir une gifle, aux vues de la façon dont elle te regardait, t’étais pratiquement certain de recevoir sa colère en pleine face. Mais elle paraît surprise de ton revirement. Après tout, tu ne peux pas lui vanter le mérite de te connaître. Surtout que la première fois tu l’as quand même voler effrontément, usant de malices un peu trop douteuses. Mais ça t’avait bien fait rire quand même. Au final t’avais juste profiter de la faiblesse d’une jeune demoiselle qui se fait embrasser pour se faire rouler. Tu n’avoueras pas bien sur que ce baiser t’avait trop tenté pour voir l’idée disparaître. C’était un tout. Puis bon, t’étais certain qu’elle pouvait se payer une suite ici quand elle le voudrait avec l’argent de papa. Sofia saisit alors les billets pour ensuite les ranger, tu captes son air satisfait, et tu souris en coin, ravi qu’elle ne pense que t’es pas totalement un pourri quand tu veux. Après tout, elle a fait sa part du travail et chaque labeur est payé ! C’est la règle. Après avoir lancé l’idée du billard, tu ne fais pas fausse route. Elle acquiesce, prête à affronter tous les maux si c’était possible. Tu ne sais pas encore si elle est une amatrice du jeu mais en tout cas si c’est l’inverse elle ne montre aucune faiblesse. Et loin de son jeune âge, cette nana t’intrigue de plus en plus. Prépare-t-elle un mauvais coup ? Parce qu’il t’est impossible de croire que cette nana a parcouru la moitié du New Jersey toute seule juste pour te faire payer ton action lors de la soirée d’Halloween. Ou alors cette nana est aussi tarée que toi. Au fond, au loin, tout au fond, l’idée te plait totalement encore une fois. Arrivée dans le petit salon où vous vous retrouvez à l’écart du beau monde des machines à sous et les roulettes de la chance, tu contournes la grande table de billard pour choisir deux queues de billard. Une de grande taille pour toi, une plus courte pour la demoiselle. Tu la dépasse d’une ou deux tête même en talons apparemment. « tu veux parier quoi ? je t'écoute ! » te demande-t-elle, toujours aussi belliqueuse, prête à affronter une tornade. Alors que tu t’apprêtes à passer le dé bleu sur les extrémités pour les préparer au jeu, du coin de l’œil t’es attiré par son geste. Elle remonte ses cheveux blonds, si longs pour les nouer. Tu l’envierais presque un peu, t’as perdu ton propre élastique dans la journée. Parier quoi ? Bonne question. Restant un moment à la fixer, t’empêche pas ce petit sourire provocant bercer le coin de tes lèvres, trahi par les fossettes sous les poils de cette barbe que tu portes. La première idée serait forcément de demander à ce qu’elle te lâche les baskets jusqu’à la fin du séjour. Mais t’es certain que même si elle accepte le pari, si tu finis par gagner elle ne tiendra jamais parole. C’est tellement inscrit dans son regard que tu sembles avoir trouvé plus têtu que toi. Elle est féroce la blondinette. Tu ne peux pas lui en vouloir vraiment, après tout tu lui as fait un sale coup. «  si je gagne… tu prends un bain gelé dans l’océan ce soir. » l’eau est froide, t’en es certain. C’est novembre, et même en t-shirt tu grelottes pour un mec qui a l’habitude de voyager aux quatre coins du monde. T’es plutôt fier de ton idée. Tu lui tends sa canne de billard avant de placer les boules sur le tapis verts. « et pour moi, le châtiment ? » parce que tu y tiens et que t’es sur qu’elle te trouvera un truc aussi vache. Tu attends sagement sa réponse en soutenant son regard, après avoir fait un triangle avec les billes rouges et jaunes.
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

s&s + bonsoir mon petit coeur


Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant Page 1 sur 3

 Sujets similaires

-
» Me voiçi, me voilà, ça y est petit coeur est dans mon ventre!
» les cinq petits coeur (quints)
» mardi 10 juillet 2012
» Le petit coeur brisé (Moka)
» Un petit coeur à 6 SA et 3 jours: OUI!!!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-