bryn ಎ underneath your clothes

Partagez | .
Bryn A. Williams
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Nashoba, un chien aussi grand qu'un loup et tout aussi sombre
► Mes messages : 6
► La boite à cookies : 118
► Date d'inscription : 05/11/2017
► Date de naissance : 13/04/1992
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Bryn A. Williams qui mange un cookie le Dim 5 Nov - 21:27 ► réponds-lui !

bryn anastasia williams
featuring ❖ bridget satterlee & groupe ❖ skates and nappies

surnom ⬗ contente-toi de Bryn, ok ? Stagiaire au cabinet du gouverneur de nyc date de naissance ⬗ 21.12.1994 (22 ans) à nyc. statut matrimonial ⬗ je n'ai pas besoin d'un homme plus que quelques nuits. orientation sexuelle ⬗ hétérosexuelle à tendance flexible, elle n'est pas difficile dans ses affinités. métier ⬗ chieuse, ça compte ? études ⬗ étudiante en sciences politiques et en droit international à Columbia. porte-bonheur ⬗ un vieux collier, un héritage. passe-temps ⬗ c'est une joueuse de golf émérite, elle est même classée mondialement. Elle est aussi passionnée de photographie et de dessin, elle essaie depuis peu de sculpter quand elle en a l'occasion autres  ⬗ Tatouages, maladies, phobies, allergies, animaux... tant que tu mets au moins un détail, ne laisses pas la section vide et encore moins avec un smiley pour combler.

❖ With enough garlic, you can eat The New York Times
New York, New York… Tu cries sur les toits ton amour de cette ville chaque jour que Dieu fait. C’est la ville où tu es née, c’est la ville où tu vis, c’est la ville où tu veux reposer à jamais. Certains vantent Paris ou Londres mais aucune d’elle n’a le panache de NYC. Tu la connais comme ta poche et tes endroits préférés ne sont pas forcément les plus huppés contrairement à ce que l’on pourrait croire. Ton endroit préféré ? Il était étonnamment proche de chez toi. Tu aimais monter sur le toit de l’immeuble, sur votre terrasse pour admirer la ville en contre bas. Toutes ces magnifiques petites lumières qui crevaient les ténèbres environnantes… Ça te rappelait à quel point vous étiez tous petits face à l’immensité du monde. Evidemment, tu avais grandi dans un écrin privilégié. Les Williams ne pouvaient pas avoir grandi ailleurs que dans l’Upper East Side. Dans un penthouse à la grandeur de leur nom. Bien loin du Bronx ou d’autres « ghettos ». Mais tu n’y passes pas tant de temps que ça. Tu passes autant de temps que possible hors de chez toi. En fait, tu passes pas mal de temps à la fac à bosser, à essayer de te faire un nom, à essayer d’impressionner ton monde. Ca grouille de monde mais tu as toujours l’impression que c’est étrangement paisible, allez savoir pourquoi. Tu adores aussi le baseball et ne rate jamais une occasion d'aller voir jouer les Yankees au Yankee Stadium.

❖ If you love life, don't waste time
Tu as un goût prononcé pour les choses simples, comme l’odeur de la pluie par exemple. Elle a une passion pour les sensations fortes : elle adore les provoquer, les sentir, les savourer. Elle a une certaine tendance à trop aimer se mettre en danger d’ailleurs. Elle aime l’ordre et le contrôle, elle ne laisse jamais rien au hasard. Elle aime les jeux d’esprit et de réflexion, pour elle, la vie est un jeu de chaque instant où elle s’efforce de vaincre le sort chaque jour que Dieu fait. Elle raffole des fringues et inutile de dire qu’elle ne sait pas jeter, c’est bien la seule chose où on peut l’accuser d’être tout bonnement superficielle. Mais elle l’assume.

❖ I hate to look at the stuff I've written
Tu détestes qu’on te donne des ordres. Tes parents aiment à faire penser qu’ils ont toujours un semblant d’autorité sur toi mais seulement parce que tu les y autorises, pour maintenir les illusions vous voyez. Elle déteste encore davantage qu’on la sous-estime. Le monde est pavé de gens qui la prenne pour une gamine écervelée alors qu’elle a un cerveau et qu’elle sait s’en servir. Elle prend un malin plaisir à châtier ceux qui l’ont sous-estimée. Elle déteste les insectes et la saleté. C’est à la limite de la phobie pour être honnête. Elle ne supporte pas non plus la vue du sang mais elle refuse de l’admettre.

❖ Your attitude is like a box of crayons that color your world
Implicitement, tu cherches toujours à attirer l’attention. En bien ou en mal. Tu provoques, tu intrigues, tu ne laisses jamais indifférent. Pour toi, c’est viscéral, tu ne supportes pas l’indifférence. Tu ne peux pas tenir ta langue, tu ne la boucles jamais. Tu parles trop et en plus tu n’as aucun problème pour flanquer la vérité dans la face des gens. On pourrait croire que tu es sans pitié mais tu es juste désespérée de provoquer chez eux une réaction. La vérité c’est que tu es sensible, observatrice, et c’est ce qui fait ta force. C’est ce qui te pousses à être perfectionniste, à ne jamais rien lâcher jusqu’à ce que tu aies obtenu exactement l’effet désiré. Contrairement aux apparences, c’est une vraie tête doublée d’un puit de culture. Elle ne supporte pas l’ignorance et elle le fait savoir. Assez imbue d’elle-même, elle ne se laisse pas facilement démonter. Elle ne s’en laisse pas compter non plus par ceux qui voudraient l’écraser. C’est elle qui écrase tout sur son passage. Elle a une volonté de faire et une détermination presque à toute épreuve. Elle dort énormément, c’est à la limite de la narcolepsie. Elle jure aussi comme un chartrier. Quant à sa chambre… Dieu bénisse la femme de ménage. Elle est incapable de maintenir un semblant d’ordre dans ce qui ne touche pas à son travail. Ton travail, c’est ton dada. Tu es une bosseuse, pas du genre à te reposer sur tes privilèges. Tu es toujours obligée de travailler trois fois plus que tout le monde du fait de ton nom et de ton physique. Mais tu es une vraie lionne et tu ne t’en laisses jamais compter. Tu es très rancunière, tu ne pardonnes pas facilement parce que l'on te fait du mal, tu souffres intensément même si tu t'appliques à ne pas le montrer. Tu ne veux jamais montrer de faiblesse à qui que ce soit, jamais.

pseudo ⬗ Maytherfucker. prénom ⬗ May. âge ⬗ 25 ans. date d'anniversaire ⬗ 13 Avril ♥️. tes goûts ⬗ le saucisson chanson favorite ⬗ IDGAF de Dua Lipa un peu de toi ⬗ je peux te mettre une cathédrale si tu m'énerves. fréquence de connexion ⬗ 5/7. préférence rp ⬗ moyen, en tu.

Code:
<n>[url=http://www.dontlooseyourcookies.org/u439]❖[/url] <pris>bridget satterlee</pris> ▬ </n>[i]bryn a. williams[/i]


Dernière édition par Bryn A. Williams le Mar 14 Nov - 21:42, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bryn A. Williams
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Nashoba, un chien aussi grand qu'un loup et tout aussi sombre
► Mes messages : 6
► La boite à cookies : 118
► Date d'inscription : 05/11/2017
► Date de naissance : 13/04/1992
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Bryn A. Williams qui mange un cookie le Dim 5 Nov - 21:28 ► réponds-lui !

There's so much grey to every story
quote ❖ citation libre à vous

Tu détestes qu’on te donne des ordres. Tes parents aiment à faire penser qu’ils ont toujours un semblant d’autorité sur toi mais seulement parce que tu les y autorises, pour maintenir les illusions vous voyez. Elle déteste encore davantage qu’on la sous-estime. Le monde est pavé de gens qui la prenne pour une gamine écervelée alors qu’elle a un cerveau et qu’elle sait s’en servir. Elle prend un malin plaisir à châtier ceux qui l’ont sous-estimée. Elle déteste les insectes et la saleté. C’est à la limite de la phobie pour être honnête. Elle ne supporte pas non plus la vue du sang mais elle refuse de l’admettre.

Tu as un goût prononcé pour les choses simples, comme l’odeur de la pluie par exemple. Elle a une passion pour les sensations fortes : elle adore les provoquer, les sentir, les savourer. Elle a une certaine tendance à trop aimer se mettre en danger d’ailleurs. Elle aime l’ordre et le contrôle, elle ne laisse jamais rien au hasard. Elle aime les jeux d’esprit et de réflexion, pour elle, la vie est un jeu de chaque instant où elle s’efforce de vaincre le sort chaque jour que Dieu fait. Elle raffole des fringues et inutile de dire qu’elle ne sait pas jeter, c’est bien la seule chose où on peut l’accuser d’être tout bonnement superficielle. Mais elle l’assume.

Implicitement, tu cherches toujours à attirer l’attention. En bien ou en mal. Tu provoques, tu intrigues, tu ne laisses jamais indifférent. Pour toi, c’est viscéral, tu ne supportes pas l’indifférence. Tu ne peux pas tenir ta langue, tu ne la boucles jamais. Tu parles trop et en plus tu n’as aucun problème pour flanquer la vérité dans la face des gens. On pourrait croire que tu es sans pitié mais tu es juste désespérée de provoquer chez eux une réaction. La vérité c’est que tu es sensible, observatrice, et c’est ce qui fait ta force. C’est ce qui te pousses à être perfectionniste, à ne jamais rien lâcher jusqu’à ce que tu aies obtenu exactement l’effet désiré. Contrairement aux apparences, c’est une vraie tête doublée d’un puit de culture. Elle ne supporte pas l’ignorance et elle le fait savoir. Assez imbue d’elle-même, elle ne se laisse pas facilement démonter. Elle ne s’en laisse pas compter non plus par ceux qui voudraient l’écraser. C’est elle qui écrase tout sur son passage. Elle a une volonté de faire et une détermination presque à toute épreuve. Elle dort énormément, c’est à la limite de la narcolepsie. Elle jure aussi comme un chartrier. Quant à sa chambre… Dieu bénisse la femme de ménage. Elle est incapable de maintenir un semblant d’ordre dans ce qui ne touche pas à son travail. Ton travail, c’est ton dada. Tu es une bosseuse, pas du genre à te reposer sur tes privilèges. Tu es toujours obligée de travailler trois fois plus que tout le monde du fait de ton nom et de ton physique. Mais tu es une vraie lionne et tu ne t’en laisses jamais compter. Tu es très rancunière, tu ne pardonnes pas facilement parce que l'on te fait du mal, tu souffres intensément même si tu t'appliques à ne pas le montrer. Tu ne veux jamais montrer de faiblesse à qui que ce soit, jamais.


La guerre de volonté durait depuis plusieurs rendez-vous déjà. Vous restiez plantés là, à vous fixer d’un bout à l’autre de la pièce, sans échanger un mot. Puis quand l’heure venait, tu lui glissais ton chèque et tu tournais les talons. C’était comme payé une putain sans avoir le luxe d’en profiter au passage. Mais tu n’avais pas le choix. Il paraît que tu ne supportes pas la contrariété et que tu as quelques soucis de gestion de colère. Après avoir foutu à la poubelle dans le bureau de ton père, à quoi tu t’attendais ? Il n’allait sûrement pas t’envoyer chez les flics mais il n’avait certainement pas hésité à t’envoyer chez le psy. Pour certaines filles de ton monde c’était un sport national, au même titre que le shopping. Qui n’aime pas s’étendre sur ses « Daddy issues » ? Pas toi. Non, en fait tu voyais la chose comme une espèce de séance de torture où on essayait de te disséquer. Le Dr Favreau prônait que le patient devait parler de son propre chef. Sauf qu’il n’avait sans doute pas imaginé que tu étais assez têtue pour ne pas ouvrir la bouche pendant vos séances hebdomadaires. Tu devais bien avouer que tu ne t’attendais pas non plus de ton côté à ce qu’il se montre aussi… patient en fait.
Mais qu’est-ce qu’il attendait de toi au juste ? Que tu lui parles de ton enfance dorée pourrie ? Oui, l’association de ces deux mots n’est pas une erreur. Tu étais la dernière des Williams, et cela venait avec une facture assez salée. De l’extérieur, tu avais tout ce don tu pouvais rêver : de l’argent, de l’influence, de la notoriété malgré ton jeune âge… Et pourtant, chez toi tu avais l’impression d’être un meuble. Tu n’étais jamais que la petite dernière des Williams, une de plus à foutre sur le testament. Juste un meuble de plus dans l’immense habitation familiale. Tu n’as jamais l’impression d’exister vraiment aux yeux de tes parents. Aux yeux de ton père surtout. On attendait rien de toi, si ce n’est de ne pas ternir le nom de la famille. Si ça n’avait pas été pour ta maîtresse, on aurait jamais su que tu étais précoce. Et même ça, ça n’avait guère impressionné dans les rangs familiaux. A peine si on t’avait félicité. On était rarement présent à tes anniversaires et on essayait de te le faire oublier sous une avalanche de présents. C’est assez clichant dans le fond, non ? Alors tu t’es jurée très tôt d’exister, de les forcer à te voire, qu’ils le veuillent ou non. Tu t’es appliquée à attirer la lumière le plus possible : excellence scolaire, excellence en équitation, une attitude impeccable, ou presque. Parfois, quand ça te pesait trop, ton seul exutoire c’était de littéralement tout foutre en l’air. Tes crises de colère étaient connues de tous, tu étais aussi très douée pour l’auto-sabotage. Tu n’étais jamais à court d’idées, c’était l’avantage d’avoir un cerveau qui carbure aussi bien. Qui aurait cru que les écoles privées étaient un tel bonheur pour créer des emmerdes ? Très vite, tu as appris à manipuler, contrôler, feindre. Qui aurait cru que l’école pouvait autant ressembler à un échiquier politique ? Et c’est sans doute ça qui avait tracé ta vocation future.
Quand on boucle le lycée avec deux ans d’avance, on a la chance de pouvoir choisir à peu près toutes les études de son choix. Surtout quand son père est riche comme Crésus. Mais toi tu savais déjà ce que tu voulais faire, tu voulais mettre à profit les talents que tu avais développé ces dernières années. Les sciences politiques semblaient toutes indiquées. Tu aimais les challenges, être stimulée, c’était juste parfait pour toi. Tu étais ambitieuse, comme toujours. Tu te plaisais à te prédire un brillant avenir que tu étais toute prête à réaliser.
Tu avais bossé dur pour en arriver là où tu en étais et tu détestais que l’on croie que tu avais franchi tous ces paliers grâce à ton nom de famille. Tu détestes qu’on dénigre ton travail de la sorte. Tu as fait tellement d’efforts pendant tellement d’années pour être au top, pour être toujours la meilleure, pour qu’on te voit et on refusait toujours de reconnaître qui tu étais ? C’est de ça qu’il voulait que tu lui parles ?
Ou bien de ta mère, morte trop tôt et dont tu ne te souvenais pas. Ou peut-être de tes six autres frères et sœur ? Non, vraiment. Tu n’avais rien à dire à ce bon vieux docteur. Rien.


Dernière édition par Bryn A. Williams le Ven 17 Nov - 23:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aélys K. Hemingway-Grey
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Ami à poil : Schnapps, mon bébé, mon touffu, mon poilu. Mon bouchon, mon poison, mon p'tit con.
► Mes messages : 255
► La boite à cookies : 1937
► Date d'inscription : 20/01/2017
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Aélys K. Hemingway-Grey qui mange un cookie le Dim 5 Nov - 23:51 ► réponds-lui !

Bienvenue toi ♥️
Bon courage pour ta fiche Leche Excité

_________________
❝ Like a sail in a storm ❞ With you I fall. It's like I'm leaving all my past in silhouettes up on the wall. With you I'm a beautiful mess. It's like we're standing hand in hand with all our fears up on the edge. So stop time right here in the moonlight. Without you, I feel broke. Like I'm half of a whole. Without you, I've got no hand to hold. Without you, I feel torn.
Revenir en haut Aller en bas
Léonie Fitzgerald
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Mes messages : 883
► La boite à cookies : 14354
► Date d'inscription : 18/03/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2446-leonie-au-pays-des-lic
le petit mot doux de Léonie Fitzgerald qui mange un cookie le Lun 6 Nov - 7:41 ► réponds-lui !

Bienvenue =) n'hésite pas en cas de besoin ♥️

_________________
abandonner la fièvre, ne plus regarder en arrière trouver l'essentiel pour enfin oublier le reste je n 'veux plus d'adresse je ne veux plus qu'en vain on se blesse je voudrais pouvoir éclore et demain sourire encore. en fait tout est clair, je rel've la tête. je veux vivre chaque seconde comme si demain était la fin du monde être libre pour de bon
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Bryn A. Williams
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Nashoba, un chien aussi grand qu'un loup et tout aussi sombre
► Mes messages : 6
► La boite à cookies : 118
► Date d'inscription : 05/11/2017
► Date de naissance : 13/04/1992
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Bryn A. Williams qui mange un cookie le Lun 6 Nov - 20:46 ► réponds-lui !

Merci à vous deux Smile
Revenir en haut Aller en bas
Jude Williams
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 17
► La boite à cookies : 264
► Date d'inscription : 28/10/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Jude Williams qui mange un cookie le Ven 10 Nov - 0:29 ► réponds-lui !

Bienvenue petite sœur !
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan J. Williams
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : j'ai offert un chien à ma fille. ça compte comme le mien
► Mes messages : 225
► La boite à cookies : 4653
► Date d'inscription : 08/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Maëlan J. Williams qui mange un cookie le Ven 10 Nov - 12:49 ► réponds-lui !

Bienvenuuuuuuuuuuu parmi nous ma belle
Tu es magnifique
Comme je t'ai dit en mp je te fais confiance pour la fiche et je reviens très bientôt
Hésite pas si tu as besoin
Revenir en haut Aller en bas
Elijah S. Sanders
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Modérateur
► Mes messages : 455
► La boite à cookies : 2553
► Date d'inscription : 27/01/2017
► Date de naissance : 03/12/1992
Modérateur
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t364-make-it-different-
le petit mot doux de Elijah S. Sanders qui mange un cookie le Sam 11 Nov - 18:43 ► réponds-lui !

Bienvenue ici et bon courage pour ta fiche Smile

_________________

   
I'll be with you from dusk till dawn

   
When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Léonie Fitzgerald
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Mes messages : 883
► La boite à cookies : 14354
► Date d'inscription : 18/03/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2446-leonie-au-pays-des-lic
le petit mot doux de Léonie Fitzgerald qui mange un cookie le Lun 13 Nov - 10:23 ► réponds-lui !

Coucou ma belle, ton délai d'une semaine est terminé et il te reste 7 jours pour terminer ta fiche. Si d'ici la fin de semaine tu vois que tu as besoin d'un délai supplémentaire, n'hésite pas a nous le faire savoir. cependant nous te demanderons de compléter la première partie de la fiche. bon courage à toi ♥️

_________________
abandonner la fièvre, ne plus regarder en arrière trouver l'essentiel pour enfin oublier le reste je n 'veux plus d'adresse je ne veux plus qu'en vain on se blesse je voudrais pouvoir éclore et demain sourire encore. en fait tout est clair, je rel've la tête. je veux vivre chaque seconde comme si demain était la fin du monde être libre pour de bon
©crackintime
Revenir en haut Aller en bas
Bryn A. Williams
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Nashoba, un chien aussi grand qu'un loup et tout aussi sombre
► Mes messages : 6
► La boite à cookies : 118
► Date d'inscription : 05/11/2017
► Date de naissance : 13/04/1992
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Bryn A. Williams qui mange un cookie le Lun 13 Nov - 20:26 ► réponds-lui !

Désolée, je m'y remets de suite o/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

bryn ಎ underneath your clothes


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-