CHARLIE ✘ Again ?

Partagez | .
 

CHARLIE ✘ Again ?


DON'T LOOSE YOUR COOKIES™ :: New York et son rythme, We do not remember days, we remember moments ! :: Dépensons à Manhattan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
A. Charlie McPreston
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Batman, un berger allemand tout doux
► Mes messages : 2401
► La boite à cookies : 38006
► Date d'inscription : 12/03/2017
► Date de naissance : 14/03/1991
Voir le profil de l'utilisateur


le petit mot doux de A. Charlie McPreston qui mange un cookie le Sam 30 Sep - 23:31 ► réponds-lui !

CHARLIE & CHARLIE
Again ?

La vie n'avait pas été simple ces dernières semaines. Je m'étais laissé avoir par l'alcool, la connerie, j'avais complètement dérapé. Puis Ellie m'avait tourné le dos avec le bébé, Sky m'avait secoué les bretelles et j'avais enfin réalisé ce que j'étais en train de devenir. Me redresser n'avait pas été simple, mais je l'avais finalement fait. Et ce n'était que bien trop tard que j'avais réalisé que Charlie ne m'avait plus donné de nouvelles depuis plusieurs semaines. Je m'en étais un peu inquiété au début, avant d'être aspiré par ma spirale infernale. Maintenant que j'avais la tête au clair je m'inquiétais et je la cherchais. Je remuais ciel et terre pour découvrir ce qui lui était arrivé. Et tout ça je le faisais seul, à l'abri des regards, sans que personne ne le sache.
Puis le matin du 29 septembre j'avais reçu un appel étrange de l'hôpital qui me disait de venir au plus vite. Je n'avais pas tout de suite compris qu'il s'agissait de mon ex femme et qu'elle était mal en point, mais j'avais quand même tout fait pour arriver rapidement là où on m'avait indiqué. Une infirmière m'avait brièvement raconté ce qu'elle savait tout en préservant le secret médical avant de me laisser entrer dans la chambre où était allongée Charlie. Elle paraissait si pâle, si fragile. Il lui était encore arrivé des horreurs, mais quoi ? Ca, seule elle le savait. J'avais presque l'impression de revivre son retour de Russie, sauf que cette fois j'étais encore plus perdu. Je ne comprenais absolument rien et j'avais envie de comprendre. Besoin de comprendre.
« Babe... » Murmurais-je en prenant place sur une chaise à côté de son lit. Je ne savais pas si elle dormait ou si elle était inconsciente, mais je lui pris la main pour qu'elle sente au moins que j'étais là avec elle. Son corps était chaud - ce qui était une bonne chose -, elle était toujours aussi belle malgré les nombreuses plaies qui couvraient son visage. Comment faisait elle pour toujours se fourrer dans ce genre d'affaire. C'était déjà ce que je lui reprochais au moment du divorce, et pourtant elle s'était fait entrainer à nouveau dans cette vie dangereuse. « What is wrong with you Babe ? » Demandais-je sans attendre de réponse en venant passer une main sur sa joue. J'avais presque envie de l’engueuler, de l'embrasser aussi, de la secouer, de la consoler, de panser ses plaies... Charlie était toujours aussi important pour moi, même si ma vie était passée à autre chose. Charlie était et serait toujours mon premier vrai amour, ma première femme, ma Chalie.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Charlie E. Harper
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Mes messages : 1060
► La boite à cookies : 17629
► Date d'inscription : 12/03/2017
Voir le profil de l'utilisateur


le petit mot doux de Charlie E. Harper qui mange un cookie le Dim 8 Oct - 21:22 ► réponds-lui !


Again ?
Charlie & Charlie
Je ressentais des frissons incontrôlables dans tout mon corps ainsi que des courbatures. La douleur ne se faisait pas encore trop ressentir en raison de l’effet de la morphine qu’on me donnait. La pâleur de ma peau montrait le peu de lumière que j’avais vu ces dernières semaines, et le creux de mes joues trahissait une certaine dénutrition. J’étais blessée, meurtrie mais ne m’en rendais pas encore compte. Il était difficile pour moi d’évaluer ce que j’avais subi d’autant plus que ma mémoire me faisait défaut.

Ma gorge en revanche était douloureuse, il me fallait boire régulièrement de l’eau. L’infirmière me prévint que certains membres de mon entourage avaient été avertis. Je ne comprenais pas ce que je faisais dans cet hôpital et savais encore moins comment j’étais arrivée là. A mon réveil, on m’avait expliqué que les frais avaient été pris en charge et que seul mon rétablissement comptait. La police ne viendrait qu’ultérieurement pour essayer d’éclaircir certains points sur lesquels je n’étais moi-même pas sûre de savoir répondre. Je m’étais réveillée il y avait une vingtaine de minutes et les soins venaient tout juste d’être octroyés tout comme le changement de pansements. Le médecin m’avait prévenu que les blessures cicatriseraient et finiraient par s’estomper au fil des mois. Certaines en revanche pourraient rester marquer ma peau un peu plus longtemps. Pas forcément celles visibles. Je ne savais pas encore lesquelles, je ne m’étais pas encore vue dans un miroir. Le soleil éclairait la chambre et mettait en valeur un gros bouquet de fleurs posé sur la table. L’infirmière venue plus tôt m’avait tendu la carte qui était accompagnée et je souriais en la lisant. Il viendrait me voir dans l’après-midi. La seule personne que je voulais voir dans l’immédiat. Je réclamais mon portable mais on m’annonça qu’il avait été retrouvé il y a quelques semaines, complètement détruit et inutilisable. Il contenait d’ailleurs une carte pré-payée. Aucune possibilité de me tracer avec. Heureusement que je me souvenais encore de son numéro, j’avais besoin de le voir. Enfin le re-voir car il avait été bien sûr prévenu de mon réveil et avait été à mes côtés mais j’étais encore dans le brouillard et m’étais assoupie après une crise.

Je me rendormis quelques temps, sans entendre la porte s’ouvrir. Faible j’avais du mal à rester éveillée trop longtemps. Lorsqu’une main se saisit de la mienne, je ressentais ce toucher qui pourtant avait été si familier dans le passé mais qui me semblait inconnu aujourd’hui. Mes yeux s’ouvrirent au contact d’une caresse sur ma joue. Doucement. Je crus que c’était lui mais en tournant ma tête lentement vers l’homme à côté de moi, je vis Charlie.
« Qu’est-ce que tu fais ici ? » demandais-je d’une voix faiblarde elle aussi. Je l’observais d’un regard peu pétillant comme il avait l’habitude de l’être, à moitié consciente de ce qui se passait. Je ne l’avais pas vu depuis longtemps et il me paraissait changé. Plus le même.
Je réalisais en retard de ce qu’il venait de dire. La première chose qu’il me sortit eu des tons accusateurs. « Qu’est-ce que tu cherches à faire ? Me rendre coupable de ce qui m’arrive ? ». Je ne savais même plus ce qui s’était passé ces dernières semaines. Psychologiquement rien n’était clair et physiquement, seul mon corps laissait deviner les sévices subis grâce à des examens médicaux. Plus je le regardais et plus j’avais envie de pleurer car je ressentais mille choses à la fois. La dernière fois que je l’avais vu, il était avec une autre. Il l’était probablement encore ce qui rendait incompréhensible sa présence ici. Pourquoi n’était-il pas avec elle ? Qu’est-ce qu’il attendait de moi ? La force de demander toutes ces choses qui s’emmêlaient immédiatement dans mon esprit n’était même pas là pour que je puisse sortir de ma bouche les mots nécessaires. « Le médecin m’a dit que ça fait presque deux mois… » dis-je évoquant ainsi la durée de ma disparition. Ma main se tendait en direction du verre d’eau à moitié rempli qui se trouvait sur ma table de nuit pour l’atteindre avec difficulté. J’étais encore groguie. Ma tête se mettait à tourner et j’avais ce réflexe d’appuyer contre, de ma main droite ce qui m’interrompit dans la recherche d’hydratation.

Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
avatar
A. Charlie McPreston
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Batman, un berger allemand tout doux
► Mes messages : 2401
► La boite à cookies : 38006
► Date d'inscription : 12/03/2017
► Date de naissance : 14/03/1991
Voir le profil de l'utilisateur


le petit mot doux de A. Charlie McPreston qui mange un cookie le Dim 22 Oct - 1:00 ► réponds-lui !

CHARLIE & CHARLIE
Again ?
J'étais venu à l'hôpital pour voir Charlie sans vraiment savoir si c'était la bonne chose à faire. Elle n'avait peut être pas envie de voir ma tête maintenant que j'étais avec une autre femme - aussi rapidement après notre divorce -. Elle avait peut être besoin d'être seule. Avec des 'et si' j'aurais pu refaire le monde. Puis de toute façon j'étais là à présent et je ne voulais pas la laisser seule alors qu'elle était dans ce sale état. Son visage était marqué et je ne voulais pas imaginé ce que portais son corps. Elle paraissait faible, fragile et j'avais envie de la protéger. C'était surement parce que je tenais encore beaucoup à elle, plus comme avant certes, mais elle avait toujours une place très importante dans ma tête et dans mon cœur.
Quand enfin elle ouvrit les yeux suite à ma main sur sa jour, je ne la reconnue pas. Elle semblait éteinte. Où était cette lueur qui m'avait fait craquer pour elle pendant toutes ces années ? Qu'est ce qui s'était passé pour qu'elle finisse dans ce lit d'hôpital. C'est d'ailleurs comme ça que j'en arrivais à lui demander ce qu'elle avait bien pu faire pour en arriver là et elle ne manqua pas de répondre. Elle n'avait pas perdu son mordant. Charlie était sur la défensive et je comprenais clairement que je n'étais pas celui qu'elle voulait voir. J'étais peut être même la dernière personne qu'elle voulait sur cette chaise, mais j'étais là, je refusais de partir. « Non. Mais j'espère qu'en te faisant réaliser que ta vie est plus importante que tout le reste, tu pourras arrêter de te mettre en danger tout le temps. Si tu veux être heureuse, si tu veux retrouver quelqu'un, faire ta vie... Peut être qu'il est temps pour toi d'arrêter de jouer à la roulette russe juste pour faire plaisir à ton boss. » Mes mots étaient sortis plus brutalement que ce que je n'avais prévu, mais il fallait qu'elle réalise. On s'était perdu en grande partie à cause de son job, de ressentiments que j'avais envers elle après sa mission en Russie. Je pensais qu'elle aurait compris, mais apparemment non. Je l'observais, sans savoir quoi faire pour elle, perdu, en colère et à la fois inquiet. Charlie comptait trop à mes yeux pour que je la laisse faire n'importe quoi. Il était hors de question qu'on la découvre dans une allée froide et baignant dans son sang. J'étais peut être passé à autre chose, mais elle faisait toujours parti de moi. « Oui, deux mois. Tu as disparu du jour au lendemain... » Je me souvenais très clairement du moment ou j'avais réalisé qu'elle n'était plus là. Cette angoisse que j'avais ressentis. J'avais tout fait pour la retrouver les premières semaines, puis des tas de problèmes m'étaient tombés dessus et je m'étais mis à boire. Beaucoup. A tel point que la seule chose qui m'intéressait encore était de savoir si j'avais encore une bouteille à la maison. Yep, j'avais failli à mes devoirs, et heureusement quelqu'un avait trouvé la brunette.
« Attend, je vais t'aider. » Dis-je en tendant le bras pour attraper le verre à sa place en voyant clairement qu'elle ne se sentait pas très bien. Je ne savais pas trop si j'avais le droit de la toucher, de l'aider en étant présent physiquement pour elle alors je gardais une petite distance entre nous. « Tu veux une infirmière ? je peux appeler quelqu'un si tu te sens mal. » L'inquiétude se lisait dans ma voie. Je détestais la voir dans un lit d'hôpital et ça se produisait beaucoup trop souvent depuis le début de l'année.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?



le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas
 

CHARLIE ✘ Again ?


DON'T LOOSE YOUR COOKIES™ :: New York et son rythme, We do not remember days, we remember moments ! :: Dépensons à Manhattan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La 1ère fois que la voix de Charlie Chaplin fut entendue au cinéma
» Charlie sur le bucher
» droit de reponse a O.Buisson dasn Charlie Hebdo
» Dusty Men - Saule featuring Charlie Winston
» JE NE SUIS PAS CHARLIE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-