BLUE&LEE ⬗ j'ai faim avant tout mais joyeux anniversaire de rencontre...

Partagez | .

BLUE&LEE ⬗ j'ai faim avant tout mais joyeux anniversaire de rencontre...


DON'T LOOSE YOUR COOKIES™ :: New York et son rythme, We do not remember days, we remember moments ! :: Dépensons à Manhattan :: Le quartier de Hell's Kitchen
Blue-Leen L. Callahan
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Fondatrice
► Ami à poil : Winter, un labrador
► Mes messages : 212
► La boite à cookies : 6262
► Date d'inscription : 26/08/2016
► Date de naissance : 10/01/1985
Fondatrice
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Blue-Leen L. Callahan qui mange un cookie le Sam 9 Sep - 20:57 ► réponds-lui !

« Il est né le divine enfant, trois poils au cul… », disait-il alors dans mes rêves. Ce bonhomme qui se secouait le bidou déguisé en danseuse Hawaïenne. Je souriais doucement dans mon sommeil. Je m’étais endormie tôt. Trop tôt. Après tout, je n’arrêtais pas de dormir. Je devais me reposer. Encore. Et encore. Et encore. Bien trop. Je n’en pouvais plus pour tout vous avouer. Dormir ? Oh merde, arrêtez de me dire de me reposer. Mais je me réveillais. Un coup dans le bidou. Deux. Trois. Merde. Ils ne peuvent pas faire la java à un autre moment. Pas la nuit. Quand même pas. Et puis soudainement, je me rappelais d’un truc. Je me levais simplement du lit, allant chercher le gâteau que j’avais fait livrer et planqué dans le frigo. J’espérais vraiment qu’il ne soit pas tombé dessus en rentrant du boulot. Je revenais vers le lit. Le ventre bien trop gros. J’en suis à quoi ? 7 mois. Oh mon dieu. Comment j’avais fait ? Enfin comment je faisais ? Je ne voyais clairement pas les semaines passer. Pourtant je m’ennuyais toujours à la maison. Et ça commençais à ressembler à un grenier avec les trucs pour bébés partout dans un appartement bien trop petit. Je me glissais alors dans le lit sur les genoux enfin le ventre prédominant qui poussait presque Lee hors du lit. Je posais le gâteau sur le bord, un briquet sur l’assiette et j’ouvrais le paquet de bougie avant de surveiller s’il bavait encore dans son sommeil. Je ne voyais rien. Trop sombre. Je me penchais alors pour allumer la petite lampe de cheveux. En fait, j’avais surtout envie de manger le gâteau. Ne cherchez pas pourquoi j’étais motivée à le faire au milieu de la nuit. Ça arrive souvent. Le plus traumatisant a été la nuit ou je voulais à tout prix me faire livrer une pizza et comment dire que les pizzerias sont rarement ouvertes la nuit. Mais cela m’arrivait souvent. Trop souvent. Je me penchais alors, déposant un baiser sur ses lèvres. Encore un. Encore un autre. Roh et zut, j’avais presque envie d’un gros câlin aussi. Ouais mais avec ce bide. Oubliez quand même. C’était un défi d’athlète de refaire des bébés en ce moment. Rien que me lever du lit était un marathon alors prendre mon pieds… métaphoriquement. « Lee… », soufflais-je alors avant de souffler… vraiment souffler, oui délicatement sur son nez. Je souriais doucement. J’avais envie d’être douce mais de l’ennuyer à la fois et je glissais une main sous la couette. Très baladeuse. Mais non, pas à ce point… Pas dans la zone chaude, juste la peau. « Réveilles-toi… », commençais-je alors avant d’arquer un sourcil. « J’ai perdu les eaux ! », rajoutais-je également. Oh la menteuse. Bah quoi, j'ai faim...

_________________

I've been looking so long at these pictures of you that i almost believe that they're real i've been living so long with my pictures of you that, i almost believe that the pictures are all i can feel. Remembering you quiet in the rain as i ran to your heart to be near and we kissed as the sky fell in holding you close how i always... Held close in your fear remembering you !
Revenir en haut Aller en bas
Lee W. MacMorran
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Fondateur
► Mes messages : 164
► La boite à cookies : 1622
► Date d'inscription : 25/08/2016
Fondateur
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Lee W. MacMorran qui mange un cookie le Dim 1 Oct - 20:32 ► réponds-lui !

J'ai faim mais avant tout,
Joyeux Anniversaire de rencontre

Blue & Lee
" "

La journée terminée je n'étais pas mécontent de rentrer. Je retrouve mon appartement dans le noir à huit heures du soir. Je doute que Blue soit sortie elle est peut-être déjà couchée. La pauvre n'a pas de chance avec cette grossesse. Pour une première elle avait droit à des jumeaux et elle avait dû être alitée au début de celle-ci. Je m'en voulais un peu parfois même si je n'y pouvais pas grand chose. J'aurais volontiers partagé son fardeau mais c'était impossible malheureusement. Alors je faisais comme je pouvais pour essayer d'arranger les choses, d'être attentif même si parfois ses lubies me rendait dingue. Je crois que je ne me suis pas encore remis de la glace melon "spéciale". Eurk... Rien que d'y penser j'en avais encore des hauts le coeur. Tant pis pour l'italien que j'avais ramené ce soir, je le mangerais donc en célibataire. Je déballai la boite de pâtes qui m'était destinée et renversai le contenu dans une assiette creuse et m'autorisais même à m'ouvrir une bière. Habituellement je m'abstenais de boire de l'alcool en la présence de ma dulcinée. Je me montrais solidaire dans l'effort de guerre mais je m'autorisais aussi quelques écarts en son absence. Avec mon repas et mon réconfort je me laissais tomber dans le canapé et allumait la télévision en baissant le volume au maximum pour ne pas risquer de réveiller la belle endormie dans la pièce à côté. Je libérais la télécommande une fois arrivé sur une chaîne de sport qui retransmettait un match de la NBA qui m'intéressait. Je peinais à garder les yeux ouverts pour voir les dix dernières minutes du match et après une lutte de tous les diables je vis le coup de sifflet final et put aller me coucher l'esprit tranquille.  

Je déposais un baiser sur le front de Blue qui ne broncha pas d'un poil et qui ronflait légèrement. Je souris avant de faire le tour du lit et de me faxer sous la couette sur la bordure du matelas que la jeune femme au ventre proéminent avait bien voulu me laisser. J'aurais peut-être dû rester sur le canapé finalement... Craignant de réveiller la future mère de mes enfants je restais néanmoins dans le lit et Morphée s'occupa du reste. Je ne sais après combien de temps on vînt perturber mes songes. Un contact puis un autre et une voix m'appelant. Quelques geignements plus tard la voix se manifesta à nouveau et la fois suivante finit de me réveiller. J'ouvris les yeux d'un coup  « QUOI ?  » fut la première chose à sortir de ma bouche. La lumière était déjà allumée et il me fallut quelques seconde pour m'y habituer mais j'étais définitivement réveillé. Je me redressais sur un coude et lut tout sauf de la panique ou une quelconque angoisse dans les yeux de Blue. Elle avait l'air amusée au contraire.  « T'es sûre d'avoir perdue les eaux ? » demandais-je alors en haussant un sourcil à mon tour.

©️ Captain FreeBird
Revenir en haut Aller en bas
Blue-Leen L. Callahan
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Fondatrice
► Ami à poil : Winter, un labrador
► Mes messages : 212
► La boite à cookies : 6262
► Date d'inscription : 26/08/2016
► Date de naissance : 10/01/1985
Fondatrice
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Blue-Leen L. Callahan qui mange un cookie le Mar 10 Oct - 13:29 ► réponds-lui !

Quand je dors, je dors. Cela semble vraiment logique parfois mais mon sommeil se trouvait bien étrange. Il n’y avait vraiment que ces coups de footballeurs qui arrivaient à me réveiller en ce moment. Mon corps ne pensait un peu qu’à eux. L’équipe de deux enfin de trois mais ça ? C’est encore leur petit secret. Les coquins. J’avais donc bien dormi pendant qu’il me déposait un baiser. Il aurait pu le faire partout même aux endroits improbables que j’aurais dormis sans broncher. C’était sans attendre le réveil surprenant des bébés. Oui, debout maman. Et sans vraiment savoir comment j’en arrivais à ce moment précis où je feignais la perte des eaux pour manger un gâteau, je pourrais pratiquement me demander comment j’en étais arrivée à être ce monstre. Cette femme enceinte totalement cinglée qui est capable de ce genre de blague. Vraiment. C’était possible ? Oui, cela pouvait même être invivable à l’heure actuellement alors qu’il me demandait soudainement quoi. Au moins, ça fonctionne et cela soulageait une part de moi pour le jour j même s’il n’allait plus me croire. Je souriais doucement. Oui, contente qu’il soit réveillé. Et lui, il semblait assez troublé en me demandant si j’étais sûre. « Non mais j’ai perdu ma bouteille d’eau ! », lâchais-je alors faussement menteuse sur le coup car le ton employé montrait bien que je racontais des bêtises. Je ne voulais pas lui mentir. Comment ça ? Je ne l’avais donc pas fais ? Roh mais j’ai menti à son subconscient pas à lui. Cela ne compte pas. Hein ? Oui, cela ne compte pas ? Rassurez-moi. Enfin soit. Je riais doucement en m’approchant. Déposant furtivement un baiser sur ses lèvres et vu son état actuel, c’est presque un viol plus vite qu’un baiser sur ses lèvres mais bon. Détail. Je sortais alors le gâteau de sa cachette, toute contente et pétillante. « Joyeux anniversaire de rencontre… », m’écriais-je alors, pas trop fort. Je ne voulais pas réveiller l’immeuble et tuer ses tympans. « Enfin c’est pas juste une raison pour dévorer un gâteau… bon d’accord, l’heure est juste une raison… J’en avais envie… Tu ne m’en veux pas hein ? », lui disais-je avec une moue toute mignonne tandis que je relevais mon regard de la montagne de chocolat pour le regarder dans les yeux. Un petit sourire craquant pour dire d’éponger la rancœur d’un réveil abrupte. Je ne voulais pas qu’il m’en veuille. Oh non. Pas du tout. En fait, je faisais en général tout pour lui rendre la grossesse facile mais tout aussi pour lui rendre infernale sans m’en rendre compte avec les mélanges. Je me doutais bien dans le fond que cela devait être chiant pour lui mais moi ? J’étais bien coincée entre 4 murs et quelques depuis un mois. Souffrance mutuelle.

_________________

I've been looking so long at these pictures of you that i almost believe that they're real i've been living so long with my pictures of you that, i almost believe that the pictures are all i can feel. Remembering you quiet in the rain as i ran to your heart to be near and we kissed as the sky fell in holding you close how i always... Held close in your fear remembering you !
Revenir en haut Aller en bas
Lee W. MacMorran
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Fondateur
► Mes messages : 164
► La boite à cookies : 1622
► Date d'inscription : 25/08/2016
Fondateur
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Lee W. MacMorran qui mange un cookie le Sam 11 Nov - 10:24 ► réponds-lui !

J'ai faim mais avant tout,
Joyeux Anniversaire de rencontre

Blue & Lee
" "

Non fausse alerte. Je retire mon coude de son emplacement et me laisse retomber en position allongée. Je l'aime. Je l'aime vraiment. Vraiment beaucoup beaucoup MAIS ELLE VA ME RENDRE BARJO !! Je soupirais en me frottant le visage avec mes mains. On est au beau milieu de la nuit et elle ne trouve pas de meilleur moment pour me faire une blague. Toute heureuse de son effet, elle me vole un baiser et je ne dirais pas que cela pardonne tout mais cela contribue a effacer un peu la faute. Je sais, je suis faible. Et ce sera oublié si là maintenant elle me laisse me rendormir tranquillement. Voilà tout simplement. Sauf que ma dulcinée semble avoir d'autres plans en tête et je lui adresse un regard perplexe quand elle nous souhaite un joyeux anniversaire de rencontre. Et lorsque surgit de derrière elle un énorme gateau surmonté d'une petite bougie blanche dont la cire commençait à couler sur le glaçage chocolaté. Je plisse les yeux sentant la supercherie. ça ne pouvait pas attendre demain matin cet anniversaire ? Non, évidemment, il fallait que ça se passe à une heure indécente plutôt qu'au petit déjeuner. Après un nouveau soupir je décide de laisser couler. Elle est enceinte, elle a les hormones en vrac et des monstres insupportables en pleine croissance dans le ventre, ce n'est pas de sa faute. Je sais que je suis aussi responsable de la situation, je dois assumer. C'est ma pénitence pour avoir voulu goûter au plaisir charnel une seule fois avec la femme de ma vie. Je n'allais pas perdre patience pour une nouvelle lubie de la future mère de mes enfants. Je gardais on sang froid avec mes patients, mes internes, mes nièces et neveux, ma famille il n'y avait pas de raison pour que cela change. « Ok... Joyeux Anniversaire... » fis-je résigné. Ce ne serait pas sa dernière de toute façon et d'ici qu'elle arrive à terme j'en aurais encore que pour deux mois à tirer. Plus que deux petits mois et on aurait d'autres soucis mais au moins ils ne viendront plus de l'influence chimique et métabolique d'une grossesse. Maintenant que son petit cinéma est terminé, je vais peut-être pouvoir finir ma nuit, ou du moins essayer. Je tire un peu la couette sur moi et me tourne sur le côté.
 « Essaie juste de ne pas en mettre partout  » dis-je avant de fermer les yeux. Je suis un peu naïf de penser que Blue va me laisser m'en tirer à si bon compte mais sur un malentendu ça peut peut-être passer. Je croise discrètement les doigts sous la couette.

©️ Captain FreeBird
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

BLUE&LEE ⬗ j'ai faim avant tout mais joyeux anniversaire de rencontre...


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-