you don't get sick of sulking? (damon)

Partagez | .
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Noctis R. Parfny
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 128
► La boite à cookies : 2104
► Date d'inscription : 14/08/2017
► Date de naissance : 08/11/1996
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2152-noctis-elastic-heart
le petit mot doux de Noctis R. Parfny qui mange un cookie le Dim 20 Aoû - 13:19 ► réponds-lui !

YOU DON'T GET SICK OF SULKING ?

Se mordillant la lèvre, Noctis était en pleine concentration. Pour une fois. Il faut dire que c’était rare de le voir à ce point intéresser par un cours. Mais le dessin était une part importante de sa vie, c’était pour ce cours-ci qu’il avait décidé de poursuivre ce cursus. Et non pas pour écouter un professeur lui parlait de tel peintre. Lui, ce qu’il souhaitait, c’était juste dessiner. Il se moquait bien des différentes façons d’art, certes il respectait et admiraient leurs talent mais tout de même, ce n’est guère en sachant différencier l’art cubique d’un autre art qu’il pourrait s’améliorer. La sonnerie annonçant la fin des cours le sortit de sa concentration et un grand trait vint barrer son croquis. Bien joué Noct ne put-il s’empêcher de penser. Quel idiot. Il jeta un regard noir à l’endroit où le bruit était diffusé, comme si cet appareil pouvait s’en offusquer. Il avait terminé sa journée, enfin hormis ce dernier cours, les autres avaient plutôt été ennuyants. D’ailleurs, ses notes étaient plus des gribouillis de dessin que des retranscriptions de ce qui disaient les profs. Le jeune homme rangea tout son matériel en vitesse, prendre l’air lui ferait le plus grand bien.

Un sourire franchit ses lèvres lorsqu’il franchit les portes du bâtiment. Pour une fois, il ne bossait pas après les cours et sa sœur n’avait pas besoin de lui pour la garder. De toute façon, à chaque fois, elle disait que c’était le contraire. Comme si Noctis avait besoin d’une baby-sitter, il était tout de même assez grand pour s’occuper de lui-même. Il redressa la lanière de son sac et décida de faire un petit tour en ville. Mais dans ce quartier, il n’y avait vraiment rien de bien passionnant. Ses pas le conduisirent jusqu’à la station où il grimpa à l’intérieur du premier transport en commun. Il laissait le hasard faire les choses. De toute façon, il n’allait tout de même pas se perdre dans sa ville natale. Certes, celle-ci était grande mais il arrivera à se débrouiller.

Noctis regarda les différents paysages défiler devant ses yeux avant qu’une voix ne retentisse à l’intérieur leur annonçant que c’était le dernier arrêt. Ok, il était alors temps pour lui de descendre. Manhattan. Il venait que très rarement dans ce secteur. Les mains dans les poches, il commença à marcher, ses yeux scrutant les alentours. Peut-être trouverait-il quelque chose d’intéressant à dessiner. Leur prof leur avait donné un thème à faire pour la semaine prochaine. Mais le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne le passionnait pas réellement. Enfin, il préféra celui-ci au thème qui avait été abordé et qu’une partie de la classe avait l’air d’apprécier. L’art du nu. Franchement, Noctis avait du fixer le professeur pour savoir si celui-ci était vraiment sérieux ou s’il allait se mettre à hurler un «  je vous ai eu » à ses élèves. Bon, qui sait peut-être que si le nu en question était un garçon, il pouvait vite changer d’avis. Le jeune homme se passa une main dans les cheveux alors que son regard se posa sur l’intérieur d’un café. Il aurait peut-être du prendre un peu plus d’argent dans ses poches, là il avait juste eu assez pour se payer l’aller dans ce voyage surprise.

L’odeur lui donnait envie tout de même. Il soupira en secouant la tête. S’il demandait une pièce aux passants, es ce que ça ferait mauvais genre ? Sans doute. Il se passa une main dans les cheveux quand il passa près de la dernière fenêtre où un client était attablé. Client qu’il connaissait bien. Damon. Un sourire éclaira son visage et sans réfléchir, il fit demi-tour pour entrer dans le café. « Hey, bonjour toi ! » dit-il de bonne humeur, voulant le surprendre alors qu’il s’installait à ses côtés.

Revenir en haut Aller en bas
Damon O'Connor
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Un chaton que j'ai appelé "Bolton"
► Mes messages : 642
► La boite à cookies : 10149
► Date d'inscription : 26/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Damon O'Connor qui mange un cookie le Dim 20 Aoû - 13:44 ► réponds-lui !


J’avais rendez vous avec mon agent cet après midi. Je n’avais pas vraiment envie d’y aller, parce que bon, je savais très bien pourquoi elle voulait me voir. Pour me parler de mon prochain libre, savoir l’avancée, ou alors même si j’avais eu l’idée du siècle. J’allais devoir lui dire que je n’avais rien du tout, et que je n’avais pas envie de faire une suite. Pas pour le moment.Je n’avais rien à raconter, rien d’intéressant, pas plus intéressant que l’histoire de la mère de Nathan. Mais ça, elle s’en moquait bien, elle me voyait d’abord comme un homme lui ramenant du fric, et pas vraiment un homme. Mais bon, j’avais aussi besoin de ça de temps en temps pour me pousser à écrire. Alors je lui avais parlé de mon projet, celui que j’avais mis en stand bye, le thriller sur l’enfant disparu dans le parc d’attraction.

Etrangement, elle avait plutôt été intéressée, mais son sourire s’était effacé quand je lui ai dis que je n’arrivais pas à écrire la suite. Elle m’a fait un sermon de plusieurs minutes, beaucoup trop long d’ailleurs, me faisant bien comprendre qu’il ne fallait pas que je m’absente trop longtemps des ouvrages, et que limite ma carrière était en jeu. Je n’ai jamais vraiment espéré faire carrière, mais je mentirais en disant que je n’avais pas été grisé par le succès du roman… Je suis sorti de son bureau, un peu sur les nerfs, je l’avoue. Mais bon, j’ai pris mon téléphone, et j’ai téléphone à une mère d’élève, un copain de Nathan, lui demandant si elle pouvait garder Nathan un peu plus longtemps. Apparemment, le jeune garçon avait déjà négocier avec la maman pour rester manger le diner là bas. Parfait.

Du coup, j’ai été dans la première librairie que j’ai trouvé, et ait acheté un cahier et un stylo bille. Tout pour pouvoir écrire, en allant me poser autre part que dans mon duplex. Qui sait, peut être que le manque d’inspiration venait de là, du fait que j’étais dans un cocon, et que je n’avais pas spécialement envie d’en sortir… En tout cas, mon premier arrêt allait être un café. Pas un starbucks. Les souvenirs de Noctis et Ellie dans ma salle de bains étaient beaucoup trop récent, et je ne devais pas y penser maintenant. Je n’allais pas pouvoir écrire, sinon. Devant le serveur, j’ai demandé un café serré. Noir. Sans crème. Le truc bien hard, mais c’était la seule chose que j’avais envie de boire. Un chocolat et paf, j’allais juste en profiter, et pas écrire.

Oui, je sais, j’ai des manies assez étrange, quand j’écris. Par exemple, jamais je ne pourrais faire ça dans le silence complet. À la maison, c’est la musique. Ici, le fait que ma voisine parle au téléphone avec je pense, son petit ami, était assez pour m’occuper l’esprit. Sauf que bon, savoir qu’elle l’avait trompé avec apparemment, quelqu’un dont elle voulait taire le nom, n’allait pas m’aider dans mon écriture. Tiens, en parlant de chose qui n’allait pas aider…. Cette voix, il ne la connaissait que trop bien. Noctis.

« - Salut »Simple, mais efficace. Quoi ? Il s’installe ? Ah.. « - Qu’est-ce que tu fais là ? »

Là, avec lui, dans un lieu public. Bon, bien que j’ai eu le réflexe de regarder autour de nous quand il s’est assit, une part de moi sait très bien qu’il n’y a pas beaucoup de risques que je connaisse quelqu’un. Mais il suffit d’un rien, maintenant. Un tweet, sur quelqu’un connaissant mon statut d’écrivain, et après… la fin. Malgré tout, je sors un billet de mon porte feuille, et le lui tend

« - Prend toi un truc, j’offre »

Et comme ça, j’aurai le temps aussi de ranger mes notes, et mon esprit ayant divagué sur ce cahier, ne parlant pas forcement que du petit garçon disparu, mais de tout ce qui pourrait faire le fameux roman de ma vie, volume 2.
Revenir en haut Aller en bas
Noctis R. Parfny
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 128
► La boite à cookies : 2104
► Date d'inscription : 14/08/2017
► Date de naissance : 08/11/1996
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2152-noctis-elastic-heart
le petit mot doux de Noctis R. Parfny qui mange un cookie le Dim 20 Aoû - 15:34 ► réponds-lui !

YOU DON'T GET SICK OF SULKING ?

Le jeune homme venait de prendre place à ses côtés, d’autres auraient sans doute demandé ou bien ce serait assis face à lui. Pas Noctis. Lui avait pris la première place qu’il pouvait et comme par hasard, c’était à ses côtés. Il n’allait pas s’en plaindre après tout. Puis si jamais cela posait un problème à l’autre homme, il songerait peut-être à changer de place. Ceci dit connaissant le caractère du jeune Noct, il se pourrait qu’il n’en fasse qu’à sa tête et décide de ne pas bouger du tout. Il ne voyait pas le problème, des tas de gens s’installaient de cette façon et aucune personne ne semblait à y redire. Il n’y avait pas de crainte à avoir surtout que ce n’était guère écrit sur leur front. Il avait beau cherché à comprendre celui-ci, il y avait toujours ses zones d’ombre qu’il ne saisirait jamais. Le jeune homme se passa une main dans les cheveux puis avec un sourire, répondit. « Caches ta joie. » dit-il en roulant des yeux avant de prendre la parole de nouveau. « Je viens de terminer mes cours et je n’avais pas envie de rentrer chez moi. Du coup, je me baladais jusqu’à ce que je te voie par la fenêtre. » Il secoua les épaules avant qu’il jette un coup d’œil rapide sur les documents qui se trouvaient sur la table. Il se demandait bien ce que cela pouvait être.

Sachant son métier, cela devait en faire parti mais il ne put guère lire le moindre mot. Dommage. Il maudissait vraiment sa vue pour le coup, c’était bien la peine d’en avoir une très bonne si celle-ci ne pouvait pas servir lorsqu’il en avait besoin. Son attention fut troublée par la voix de Damon qui lui tendait de l’argent. Il fit mine d’être outré. « Je peux me le payer moi-même, tu sais ? » Phrase qui fut le contraire de son geste, il prit tout de même le billet. « J’accepte juste pour cette fois. » Noctis sourit légèrement, il lui sauvait un peu la mise pour le coup. Voir tous ces choix lui avaient donné drôlement envie. Le jeune roux donna un dernier regard à ses notes avant de se lever. Sa curiosité était piquée mais l’appel de son estomac fut plus fort. Pour le moment. Il n’avait pas dit son dernier mot. Noctis se dirigea vers le comptoir où ses yeux étaient fixés sur les différentes propositions. S’il s’écoutait, il en aurait pris plusieurs rien que pour testé. Néanmoins, lorsque le serveur débarqua et lui demanda ce qu’il souhaitait, il fit finalement son choix. « Un café noisette avec un surplus de crème et un cookie s’il vous plait. »  dit-il en lui souriant. « Et l’homme là-bas reprendra ce qu’il a commandé. »

Il montra ainsi Damon, espérant que ce soit le même serveur. Par chance, ce fut le cas et il retourna à la table, chargé d’un plateau. Il avait légère grimacé en voyant le fameux café de Damon et quand il lui tendit sa tasse, il ne put s’empêcher d’en faire la remarque. « J’ignorais que tu buvais ça. Comment tu fais ? » C’était bien fort non. Le jeune homme s’installa de nouveau à sa place, avant de boire une gorgée de sa boisson chaude. « Merci, sans toi, je n’aurais pas pu en boire. » Il lui adressa un grand sourire. « Qu’est ce que tu écrivais ? » demanda-t-il en le regardant. Ok, il n’avait guère pris quatre chemins pour poser la question. Il attendit sa réponse, espérant l’obtenir avant de croquer un bout de son biscuit. Il n’aurait pas pu souhaiter meilleure fin de journée. « Tu en veux un bout ? » Vu qu’il l’avait payé, autant qu’il le demande. C’était par pure politesse cependant, cela l’embêterait de devoir partager même avec Damon.


Revenir en haut Aller en bas
Damon O'Connor
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Un chaton que j'ai appelé "Bolton"
► Mes messages : 642
► La boite à cookies : 10149
► Date d'inscription : 26/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Damon O'Connor qui mange un cookie le Dim 20 Aoû - 15:50 ► réponds-lui !


La fin des cours.. Oui, je sais, il est jeune, et je ne devrais sûrement pas fréquenter quelqu’un de son âge. Mais bon, il a vingt et un an, du coup… je n’allais pas risquer la taule, bien qu’il soit plus jeune que moi. Mais il est vrai que ça aussi, quand j’y repensais, ça me faisait bizarre. Il était encore en cours, alors que moi, j’avais un boulot. Bien sûr, ce n’était pas quelque chose qui me ferait avoir des regrets, mais mon regard se porta sur lui à son explication. Donc il m’a vu par hasard. Heureux hasard ? Pour lui c’était sur, pour moi j’attendrais avant de me prononcer. Et puis… Je rêve où il se plaindrait presque que je lui paye à boire ? C’est bien un des seuls gestes que je peux avoir envers lui sans éveiller le moindre soupcon. Mais il finit par prendre le billet, et s’en alla vers le comptoir.

Cinq minutes de répit. Pourquoi est-ce qu’il fallait qu’il se colle à moi, d’ailleurs ? Il y avait de la place sur la banquette d’en face, mais non, il fallait qu’il vienne à côté ! Je commençais à connaitre le jeune Noctis, alors ça ne m’étonnait plus.. Mais ça me mettait encore plus mal à l’aise. Peut-être qu’à son retour, il se mettra en face ? En tout cas, j’ai rangé mes petites affaires, et me suit permis de le regarder, pendant qu’il était encore de dos, attendant sa commande. J’étais quand même content de le voir, c’est vrai. Mais j’en sais rien, une part de moi me motivait à ne pas maintenir se regard, et a fixer le fond de ma tasse. Hm, oui, le café c’est bien aussi. Sa voix me tira de ma rêverie, je me raclais la gorge avant de répondre

« - Je ne bois que des choses fortes quand je travaille. Parce que oui, je travaillais avant que tu débarques »


Il lui sourit quand même au merci, et ne pu s’empêcher de glisser une petite remarque

« - Je croyais que tu pouvais t’en payer hein ? »


Il faut dire que je n’avais pas vu de porte feuille, ou quoi que ce soit dans ses poches en arrivant. Oui, bon, je l’ai un peu regardé, c'est vrai. Mais ça, il est pas supposé le savoir. Personne n’est supposé le savoir. Je refusais le cookie d’un signe de main, avant de reprendre une gorgée de mon café

« - Un roman. Il est pas fini. Donc des idées en vrac, et non, tu n’en sauras pas plus pour le moment »


Parce que je sais que je ne pourrais pas répondre à d’éventuelles questions, moi même je ne savais pas dans quoi je m’étais embarqué.

« - tu peux pas t’assoir en face ? Ça fait bizarre côte à côte »


J’associais directement ça à un rapprochement. D’ailleurs, je finis par ressortir mon carnet, prenant une page vierge, et reprenant mon stylo pour y écrire quelques mots et le lui passer. Il pouvait y voir noté mes mots :

- Ne crois pas que tu vas mettre ta main sur ma cuisse
ou quoi sous la table sans que personne ne le voit.
Et j’ai toujours pas digéré la dernière fois. Il ne devait pas te voir -
Revenir en haut Aller en bas
Noctis R. Parfny
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 128
► La boite à cookies : 2104
► Date d'inscription : 14/08/2017
► Date de naissance : 08/11/1996
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2152-noctis-elastic-heart
le petit mot doux de Noctis R. Parfny qui mange un cookie le Lun 21 Aoû - 14:33 ► réponds-lui !

YOU DON'T GET SICK OF SULKING ?

Loin d’avoir tout dépensé pour lui, le jeune homme avait tout de même pensé à prendre un café à Damon, même s’il se demandait pourquoi il s’infligeait une telle torture. Rien que de sentir l’odeur, il ne pouvait s’empêcher de grimacer. C’était réellement buvable ? Enfin, il n’était pas là pour juger les goûts, chacun avait ses préférences et il fallait les accepter. Que ce soit pour un simple café ou pour autre chose. Néanmoins, de son point de vue, les choses étaient identiques, qui était l’être humain pour juger ? On naissait comme on était et il fallait vivre sa vie comme elle venait. Celle-ci était bien trop courte pour regretter ses gestes, peut-être que Noctis voyait un peu trop le monde de façon idyllique. Chez lui, tout le monde l’avait accepté tel qu’il était, il n’avait entendu aucune remarque. Alors, il supposait que c’était la même chose partout. Prenant bien soin de poser doucement les tasses, il s’installa de nouveau à la même place. « Je vois et bien dis-toi que je suis ta pause. Vu tout ce que tu as écrit, tu as du pas mal bosser non ? » dit-il avec un sourire. Ecrire n’avait jamais été son fort et il ne le faisait qu’en cas de nécessité. Pour les cours seulement. Et encore, lorsqu’il ne choisissait pas de faire des photocopies de ce qu’avait noté un autre étudiant.

Non pas parce qu’il était trop fainéant, juste qu’il préférait dessiner. « Oui c’est vrai, j’ai dis ça. » dit-il sur un ton un peu boudeur avant de profiter de la chaleur de sa boisson. Cela avait le don de le motiver de nouveau. « Mais c’est toujours meilleur quand c’est quelqu’un qui offre… Surtout si ça vient de ta part. » Un léger sourire vint naître sur ses lèvres avant qu’il ne décide d’attaquer son cookie. Il secoua simplement les épaules lorsqu’il refusa un morceau. Il ne savait pas ce qu’il ratait, qui sait peut-être qu’il faisait attention à sa ligne. Même si d’après ce qu’il avait pu voir, il n’en avait guère besoin.

Es ce qu’il pensait avoir une infime chance d’avoir plus de détail sur ce qu’il avait écrit, en l’occurrence son roman ? Oui sauf que son espoir fit vite brisé par les paroles du jeune homme. Son sourire disparut et il ne put s’empêcher de soupirer. A croire qu’il venait de lire dans ses pensées. « Tu sais que t’es vraiment pas marrant ? T’as peur que je gâche la surprise ? » Comme si c’était son genre mais une part de lui pouvait comprendre son geste. Lui-même n’aimait pas montrer ses dessins en construction. Il préférait les montrer une fois terminé lorsque Noctis en était satisfait, ce qui n’arrivait guère souvent. Il y avait toujours des légers détails qui le bloquaient. C’était sans doute la passion que le rendait si perfectionniste étant donné qu’il n’y avait que le dessin pour le rendre comme ça. « Je ne vois pas en quoi c’est bizarre. Ne sois pas parano. » dit-il en levant les yeux au plafond. Néanmoins, il ne put que sourire en voyant ses messages, ils allaient vraiment devoir communiquer par papiers. Cependant, lorsqu’il parla de la dernière fois, il le regarda. « Je n’ai pas fais exprès. » dit-il en se pinçant les lèvres. « Et je vais garder mes mains sur la table, même si je ne vois pas en quoi ça pourrait poser problème. Les gens ne sont pas là à te fixer mais si ça te gène tellement que je sois à côté de toi, je me bougerais. » Ok pour qu’il accepte, c’est qu’il avait une légère idée en tête.


Revenir en haut Aller en bas
Damon O'Connor
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Un chaton que j'ai appelé "Bolton"
► Mes messages : 642
► La boite à cookies : 10149
► Date d'inscription : 26/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Damon O'Connor qui mange un cookie le Lun 21 Aoû - 15:18 ► réponds-lui !


Ma pause ? Oui, il l’était, c’est vrai… Bon, habituellement, ce n’était pas vraiment pour ce genre de pause qu’il le voyait, mais pour quelque chose de plus… récréatif… Et surement pas dans un café. Dans un lieu public, en général, d’ailleurs. Et pas mal bossé? S’il savait que… non. J’avais quasiment rien fait en plus, du moins, pour mon roman prévu. Celui du petit garçon. Mais non, il avait noté deux trois arguments, pour la suite de son succès. Et étrangement, ça pourrait parler de ma sexualité. Si seulement j’avais envie d’en parler, ce qui n’était pas le cas. Ça serait la fin de tout. De mon fils, de ma mère, de moi, aussi. Ça n’apporterait vraiment rien de bon. Rien du tout. Autant rester dans l’anonymat le plus total. Ça faisait de mal à qui, de toute façon, mis à part peut-être à moi même…

Du coup, j’ai hoché la tête, gardant les mains autour de ma tasse, ne sachant pas trop pourquoi. C’est comme si maintenant que je n’avais plus mon stylo entre les doigts, je ne savais pas vraiment à quoi les occuper. Maintenant, je savais. Et puis, c’était aussi un moyen de cacher ma nervosité. Car oui, j’étais nerveux, comme à chaque fois que je lui parlais en public. Peur ? Totalement. De quoi ? J’en savais pas grand chose. Je le regardais manger son cookie, et profiter de la boisson que je venais de lui offrir. Je n’avais pas spécialement faim, et puis, il fallait que je fasse attention à mon physique, bizarrement mon agent m’avait bien fait comprendre que, selon ses mots : un beau gosse fait plus rêver qu’un gros lard. Très poétique. Surtout que j’adorais les cookies.

« - J’ai surtout pas envie de te montrer quelque chose qui va disparaitre. C’est ce qui arrive à la plupart de mes notes »


Alors à quoi bon ? Pour ce qui est du reste, je lui avais parlé par le biais d’un message papier. Et bien sûr, il me répondit oralement. C’était tout Noctis ça, à ne jamais aller dans mon sens. Je pouvais le comprendre, d’un côté. Il n’était pas moi, et il ne savait pas. Il avait l’air bien dans ses baskets, et moi, si je voyais deux hommes l’un à côté de l’autre sur la banquette, je me poserais des questions. Mais peut-être était-ce justement parce que c’était moi ? Hm. C’était possible. En tout cas, c’était aussi possible que je sois parano. Mais bon… J’ai un peu rougit, en l’entendant dire qu’il garderait les mains sur la table. Personne n’avait entendu ? Un petit coup d’oeil devant et derrière. Bon, fallait pas trop attirer l’attention… Et étrangement, il lui laissa le choix. Habituellement, c’était plus le genre à faire ce qu’il voulait, quand il voulait…

« - Tu sais très bien que c’est pas le fait que ça soit toi, qui me gêne.. »
Dis-je en chuchotant, le regardant dans les yeux « - Mais je préférerais que tu te mettes en face oui »

J’aimais pas lui demander ça, parce que bizarrement, j’avais pas envie qu’il le prenne mal. Ni qu’un jour, ça finisse par le gaver.

« - S’il te plait.. »


Oui, quand même, j’étais pas malpoli. Et je n’avais pas d’autres arguments, pour le faire bouger. Juste que je préférerais l’avoir en face de moi.

« - Et je sais que tu n’as pas fait exprès. Je dis juste que ça ne doit plus se reproduire »

Revenir en haut Aller en bas
Noctis R. Parfny
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 128
► La boite à cookies : 2104
► Date d'inscription : 14/08/2017
► Date de naissance : 08/11/1996
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2152-noctis-elastic-heart
le petit mot doux de Noctis R. Parfny qui mange un cookie le Mar 22 Aoû - 13:27 ► réponds-lui !

YOU DON'T GET SICK OF SULKING ?

Noctis n’avait jamais eu peur de qui il était, même lorsqu’il avait commencé à se rendre compte qu’il avait d’autres préférences que ses amis. Lorsque certains garçons parlaient de filles, lui ne pouvait s’empêcher de lever les yeux au plafond et de vouloir s’échapper au plus vite. Encore aujourd’hui, il avait cette manie. Néanmoins, il n’avait jamais eu de souci d’acceptation, tout s’était bien passé. A croire qu’il était né sous une bonne étoile. Il pensait sincèrement qu’il était mieux de le dire à voix haute que de se cacher. A quoi bon le faire de toute manière ? C’était sans doute pour ça qu’il ne pouvait guère comprendre l’attitude de l’autre jeune homme. Certes, il avait entendu parler de ses personnes qui restaient dans le placard mais tout de même, Damon était intelligent. Noctis pensait réellement qu’à force, il finirait par prendre son courage à deux mains mais pour le moment, cet espoir s’était évaporé. Et ce n’était pas faute d’avoir essayé. Même juste assis à ses côtés le gênait. De quoi bien desespèrer le jeune roux mais il semblait l’accepter pour le moment. Puis, il devait voir le bon côté des choses, il ne l‘avait guère viré. Il aurait très bien pu lui dire de partir mais non, il lui avait même offert l’occasion de rester plus longtemps à ses côtés, alors il n’allait pas se plaindre aujourd’hui.

Toujours positivé ne put-il s’empêcher de penser. Il écouta Damon parler de ses notes et il secoua la tête. Même si c’était différent de lui, il pouvait le comprendre. Lui-même ne comptait pas le nombre de dessin mis à la poubelle parce qu’il les jugeait trop imparfait. Sa mère avait tendance à vouloir les garder ce qui avait le don de l’agacer. Pourquoi tenait-elle à garder de tels gribouillis ? Même s’il parvenait un jour à être célèbre, il ne se voyait guère exposer de pareils œuvres. « Et tu ne les gardes même pas ? Peut-être qu’elles ne sont pas ce que tu recherches pour l’instant mais qui sait, peut-être que pour un futur roman, elles pourraient servir. » dit-il avec un léger sourire. Puis, la conversation se fit par message. Il avait l’impression de se retrouver au lycée lorsqu’il essayait d’entrer en contact avec quelqu’un. Cela l’amusait légèrement même si le sujet des messages n’était guère aussi plaisant. « On pourrait le penser, tu sais ? A ton avis, combien de personnes font attention à nous ici ? » Il le regarda en se pinçant les lèvres. « Il faudrait vraiment que t’arrives à te détendre sur ce sujet. Ce n’est pas parce que deux hommes s’assoient côté à côté que toute suite, les autres s’imaginent des choses. » Ou alors c’était parce qu’ils n’avaient franchement rien à faire d’autre.

Noctis se contenta d’hocher la tête avant de se lever et de s’installer face à lui, ramenant vers lui sa tasse de café. « Promis, je resterais dans le lit la prochaine fois. » dit-il en souriant même si le cœur n’y était pas. Comment aurait-il pu savoir que son fils débarquerait et le prendrait pour un cambrioleur ? Puis, es ce qu’il avait réellement la tête d’un mec louche qui s’infiltrait chez des gens pour se laver ? « Enfin, vois le bon côté des choses, il m’a juste surpris dans la douche, seul. Tu aurais très bien pu être avec moi ou bien il avait pu vouloir venir te voir dans ta chambre, là ton imagination aurait du trouver une sacrée bonne idée. »

Revenir en haut Aller en bas
Damon O'Connor
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Un chaton que j'ai appelé "Bolton"
► Mes messages : 642
► La boite à cookies : 10149
► Date d'inscription : 26/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Damon O'Connor qui mange un cookie le Mar 22 Aoû - 13:56 ► réponds-lui !


Il n’avait pas tort, pour les notes. Mais si jamais je gardais toutes mes notes, j’imaginais déjà les placards pleins de journaux de notes, et que je risque de ne jamais réouvrir. Mais c’était peut-être un risque à prendre. J’hausse les épaules, puis dans mon carnet, je regardais les notes que j’avais mis. Hum… après, la plupart des choses mises dedans concernaient le jeune homme, même si jamais je ne mentionnais son nom dedans. Et une part de moi me disait que si jamais j’avais vraiment le courage d’écrire ce roman, je pourrais facilement retrouver les éléments que je voulais y remettre. La rencontre, les disputes, l’incident avec Ellie… Mais je voyais déjà mon agent me dire que ça se vendrait beaucoup mieux si c’était des hétéros. C’était sur et certains ! Et c’était déprimant, en vrai.

« - Pas besoin. Et puis j’ai tout dans ma tête »

Oh, il se lève ? Et va de l’autre côté ? Et bah… Sans rien dire de plus ? Okey, c’était inhabituel, je pensais avoir le droit à la colère de Noctis, ou même qu’il ne me parle pas sans me fusiller du regard. Comme quoi, peut-être qu’il commençait à me comprendre ? Non, ça serait beaucoup trop beau pour être vrai. En tout cas, j’étais quand même heureux de voir qu’il répondait sans ignorer. Et oui, il n’avait pas tort. Je sais très bien que la plupart des gens ne se doutent de rien, mais j’ai du mal à gérer ma parano.

- On ne sait jamais si quelqu’un me reconnait -

Je détestais dire ça, ça faisait très… Vantard, mais c’était aussi la vérité. Ça pouvait aller vite, avec les réseaux sociaux. Et ma mère serait la première au courant ! Non, c’est mort, jamais. Il promit de rester dans le lit, et il sourit. Je souris aussi, sincèrement, et je ne pu m’empêcher de me dire qu’il fallait que je fasse quelque chose pour le remercier. Parce que mine de rien, c’est vrai qu’il a de la patience avec moi. Avec toute cette situation, en fait. Et qu’il continuait de me voir. Et c’est vrai, en y pensant.. la situation aurait pu être bien pire, ce matin là. Et que s’il était venu dans la nuit pour un sujet X ou Y, je n’aurais pas pu trouver de bonne excuse pour justifier un homme dans mon lit.

« - J’avoue qu’en pensant comme ça, on avait tout de même eu de la chance… »


Je referme le cahier, maintenant qu’il avait changé de place, je n’en avais plus besoin. Et puis, à mon avis, ce n’était pas quelque chose qu’il aimait, ou alors je ne comprenais plus rien.

« - Puis… ça va, on s’en est plutôt bien sorti. Mais quand-est-ce que tu pourras me soutenir, quand je sors une excuse, au lieu de lever les yeux au ciel ? »


Je finis mon café, et j’ai finis par prendre un petit morceau de cookie, parce que bon, il trainait sur la table.

« - Au fait, Ellie m’a proposé de garder Nathan, un soir. »


Oui, bon, je ne lui avais pas non plus proposé une sortie, mais c’était le cas. C’était juste… pas dit comme ça. J’espérais qu’il le comprenne, et que je n’ai pas à m’expliquer plus en détail.
Revenir en haut Aller en bas
Noctis R. Parfny
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Mes messages : 128
► La boite à cookies : 2104
► Date d'inscription : 14/08/2017
► Date de naissance : 08/11/1996
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2152-noctis-elastic-heart
le petit mot doux de Noctis R. Parfny qui mange un cookie le Mer 23 Aoû - 13:31 ► réponds-lui !

YOU DON'T GET SICK OF SULKING ?

Le jeune homme jouait avec sa cuillère qu’il tournait dans sa tasse alors que ses yeux étaient toujours posés sur le jeune homme. Il avait vraiment tout en tête, non pas qu’il doute de ce qu’il disait mais vu le nombre de notes qu’il avait pu apercevoir, cela lui semblait impossible. Sauf s’il avait un super cerveau. « Même tous les petits détails ? » Parfois, c’était justement ceux-ci qui manquaient le plus dans les romans, même si pour le coup, Noctis n’avait guère d’avis à donner. Il avait du lire seulement dix romans en entier au cours de sa vie et ils avaient tous été donné par ses professeurs. Certes, parfois il lisait pour trouver l’inspiration. Certains livres découvraient tellement bien les endroits, les personnages que Noct’ les voyait clairement dans son esprit. Et la plupart du temps, ils finissaient en croquis dans son carnet. Certes, ce n’était pas du grand art mais il n’avait pas la prétention d’être le futur Picasso. Même s’il aimerait bien, au moins cela lui permettrait de vivre décemment. Puis sans rien dire, il quitta sa place pour rejoindre celle d’en face. Attitude qui semblait encore plus étrange ne pouvait-il s’empêcher de penser. Qui changerait de place après s’être installé ? A moins de trouver les sièges inconfortables ce qui n’était pas son cas.

Enfin, il préférait se taire et se concentrer sur sa boisson. Jusqu’à ce qu’un autre papier fasse son apparition. Après l’avoir lui, il ne put s’empêcher de le regarder, un sourcil levé. Vraiment ? Non pas qu’il ne le pensait pas célèbre mais la plupart ne pensaient sûrement pas trouver une personne connue dans un petit café. « Et bien, je serais passé pour un fan un peu envahissant. » dit-il en levant les yeux au ciel. « Puis, même les célébrités peuvent partager un café avec un ami… bien que toi et moi, nous le sommes pas vraiment. » Sa jambe vint frôler la sienne comme pour lui faire passer le message avant de sourire, d’un air qui se voulait innocent. Même si clairement, il ne l’était guère en ce moment. Finalement, être en face, cela avait ses avantages. Puis, ils parlèrent de leurs dernières aventures chez Damon et Noctis trouva son café très intéressant soudainement. Il ne put s’empêcher de laisser échapper un rire. « Jamais ? Ou alors il faudrait que l’excuse soit vraiment stupéfiante. Que ça me sidère tellement que je ne puisse plus faire le moindre geste. Mais pour le moment, ce n’est pas encore le cas. Tu dois faire plus d’effort si tu veux être crédible… »

Mais après tout, ils n’avaient guère été préparés à cette confrontation dès le matin. Enfin, c’était une bonne chose que cela soit Ellie qui était présente, au moins Noctis la connaissait. Il n’osait même pas imaginer la réaction de Damon si cela avait été quelqu’un d’autre. Es ce qu’il aurait été encore vivant pour se poser la question ? « Et tu seras tout seul. » Logique. « Ceci est une invitation pour que je vienne te tenir compagnie ? »  demanda-t-il avec un petit sourire. Comme si, Noctis était du genre à refuser de passer du temps en sa compagnie, il ne pouvait que remercier la jeune femme pour cela. Il devrait penser à le faire lorsqu’ils se retrouveraient au boulot au même moment.


Revenir en haut Aller en bas
Damon O'Connor
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Un chaton que j'ai appelé "Bolton"
► Mes messages : 642
► La boite à cookies : 10149
► Date d'inscription : 26/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Damon O'Connor qui mange un cookie le Mer 23 Aoû - 14:31 ► réponds-lui !


Les petits détails ? Ici il pouvait s’agir de tout et n’importe quoi, comme par exemple, un baiser, donné avec une intensité donnée, ou même un frôlement de main, ou même le moindre petit mot qu’il lui avait dit. Je n’ai pas donné beaucoup de détails sur nos moments ensemble, sauf bien sur notre première soirée. C’est la seule où je me suis permis de donné tous les détails, et quand je dis tout, c’est vraiment tout… Chose que je ne mettrais jamais dans un roman, sauf si je voulais faire une concurrence à l’auteur des cinquante nuances. Bien que ça ne soit pas du tout dans le même type de relation. Pas de chambre rouge chez moi, seulement ma chambre, banale.

« - T’aimerais qu’on sache tout de toi ? Pas sur… »


Je n’avais même pas fait attention que par cette phrase, je venais de lui donner un indice sur la nature des notes. à la place, mon esprit s’était tourné vers cette tasse de café, à laquelle je portais d’un coup beaucoup d’intérêt. Ça m’évitait de croiser son regard, et de risquer de me faire avoir par ses paroles. Bon, je savais qu’il y avait quand même peu de chance pour que j’abandonne mes idées comme ça, c’était même sûr.. Mais je préférais ne pas tenter le diable. Incarné dans ce garçon au sourire me faisant pas mal d’effet. Un fan envahissant… C’est vrai, mais justement, ça rendait mon intervention encore plus normale.

Ami ? Non, nous ne l’étions pas, non. Peut-être un peu, dans le fond, mais comme tout amant non ? Un minimum. Mais je ne l’avais jamais considéré comme un ami, dès le début, j’ai toujours eu cette étincelle. Damon sentit la jambe de Noctis contre la sienne, et il eut un sursaut de… bah de surprise ! Il le regarda avec un air réprobateur, toujours pas peur d’être vu. Il fit tout de même en sorte de n’avoir aucun mouvement qui pourrait attirer l’attention.

« - Tu joues avec le feu, Noctis »


Je ne le repoussais pas, je savais très bien qu’il se serait remit en position. Alors nouvelle méthode ! Si je ne réagis pas, peut-être qu’il ne continuera pas ?

« - Oui, sauf que tu sais très bien que je ne pourrais pas donner la vraie raison. Je continuerais de trouver des excuses »


Il le savait, mais il fallait que je le lui répète, qu’il n’imagine pas que parce que Ellie le savait, j’allais commencer à le dire à tout le monde. Non, loin de là. Par la suite, la réaction de Noctis me fit beaucoup rire, car oui, c’était une invitation, mais j’espérais qu’il le comprenne tout seul.

« - Je ne comptais pas passer la soirée seul, effectivement »


Il faut dire que nous nous voyons à chaque fois la nuit, dès que le petit était en garde, mais vu que je mangeais souvent avec eux le soir, je n’avais Noctis que vers vingt trois heures, voir plus tard. Là, j’avais envie de changer un peu, et de le voir plus tôt.

« - Je pensais à une soirée dans mon jardin. Partager un repas, entre autre. Faire autre chose que ce que l’on fait d’habitude »


A savoir, du sexe. Parce que bon, bien souvent, dès qu’il franchissait la porte, nos salutations se passaient bien souvent sur l’oreiller. Un film, c’était déjà arrivé, mais jamais rien qui ne ressemblait à un vrai rendez vous. Puis franchement, le romantisme et moi, c’était loin d’être ça. Mais je savais que si je me permettais d’être aussi chiant au niveau du secret, il fallait que je compense, d’une certaine façon.

« - On pourra parler boulot.. »


Oui, bon, on parlera pas boulot, mais comme ça, ça permettait de ne pas se faire griller. Et puis, ça pouvait être aussi un mot de code pour le faire de parler de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

you don't get sick of sulking? (damon)


Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant Page 1 sur 3

 Sujets similaires

-
» Appeler son fils Damon
» Il faut sauver le soldat Ryan
» apo | she's sick and she's wrong (09/06)
» (ava) our brains are sick but it's okay.
» DAMON PETRIK

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-