Tell me your secrets and ask me your questions - Pearl & Alessandro -

Partagez | .
 

Tell me your secrets and ask me your questions - Pearl & Alessandro -


DON'T LOOSE YOUR COOKIES™ :: New York et son rythme, We do not remember days, we remember moments ! :: Dépensons à Manhattan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Alessandro L. Lucenzo
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Un Pitbull Noir aux yeux bleus nommé Léo
► Mes messages : 473
► La boite à cookies : 10945
► Date d'inscription : 02/02/2017
► Date de naissance : 19/10/1997
Voir le profil de l'utilisateur


le petit mot doux de Alessandro L. Lucenzo qui mange un cookie le Jeu 27 Juil - 16:40 ► réponds-lui !

Tell me your secrets and ask me your questions



Alessandro était parti de son bureau plus tôt, curieux de cette nouvelle qu'il venait d'apprendre. D'après un de ses sbires qui était sur Instagram, sa fille venait de poster une photo étrange sur ce site. Alessandro n'était pas du genre  à aller sur ce genre de réseaux sociaux. Techniquement, il savait se servir des ordinateurs et des téléphones portables. Il avait des smartphones et des téléphones plus anciens mais il trouvait que les réseaux sociaux ne servaient à rien. Enfin, il pensait cela jusqu'à découvrir un infime détail dans la photo de sa fille. Un minuscule détails  qui pourrait être insignifiant. C'était juste une bague sur un doigt. Cependant la bague avait l'air  d'être une de fiançailles. D'autant plus qu'elle le portait à l'annuaire. Il avait une question à poser à sa fille. Leur relation n'était pas au plus beau fixe mais elle n'était plus un champs de bataille. Ce n'était plus la première guerre mondiale, genre comme une trêve. Il avait besoin de se prouver qu'il pouvait être un bon père pour son enfant à naître. Gemma était enceinte et Alessandro était en proie à des doutes. Pourrait-il être un bon père ? Pourrait-il regarder cet enfant tout en sachant qu'un jour il saurait pour la mafia et ce qu'il faisait. Tout en sachant qu'un jour, cet enfant le haïrait pour ça. Cet enfant vivrait bien, il ferait tout pour qu'i vive bien avec un héritage conséquent. Vêtu d'un pull beige et d'un jean bleu, Alessandro se dirigeait là où elle avait l'habitude d'aller. Le zoo. Personnellement, il n'était jamais allé dans ce genre de choses. Même enfant, il avait autre chose à faire, il avait à survivre dans un monde cruel fait de pauvre et de cruauté. Il devait survivre à la faim, au froid, et à la dangerosité des coups de son père et de la rue.

Il mit des lunettes de soleils aux verres bleutés, il rentra dans Central Park pour se diriger vers le Zoo de celui-ci. Central Park était très beau, dommage qu'il était pas dans une campagne loin de la ville. Il regardait les cheveux de traits qui tiraient les carrioles se baladant dans les rues de New-York. Ils avaient l'air fatigué, blasé et malheureux. Pauvre chevaux. Il ne trouvait pas cela très romantique, ses ballades en calèches. Il regardait partout, même dans les petits chemins pour finir par l'apercevoir.  Des cheveux bruns presque noirs comme les siens, une peau halée comme la sienne et des yeux de biches comme les siens mais il avait l'impression de voir les lueurs de Tia dans celui-ci. Ah , elle ressemblait à Alessandro mais lui, il ne voyait que le reflet de Tia. Alessandro eut un petit sourire avant de s'approcher d'elle, touchant doucement son épaule.

- Pearl, déclara-t-il d'une voix un peu rauque. Je te cherchais partout, ajouta Alessandro d'une voix clame.

Oui, il la cherchait partout. Il voulait savoir si la rumeur était sérieuse. Elle s'était mariée avec un homme ? Elle ne l'avait pas dit ? Et si cela était vrai. Qui est cet homme qu'il devait descendre ?     
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pearl L. Kostas-Hamilton
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Kitty (chaton)
► Mes messages : 347
► La boite à cookies : 6848
► Date d'inscription : 04/11/2016
► Date de naissance : 14/02/1989
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/
Fondatrice

Fondatrice
le petit mot doux de Pearl L. Kostas-Hamilton qui mange un cookie le Ven 28 Juil - 2:00 ► réponds-lui !

Pearl & Alessandro
Tell me your secrets and ask me your questions
Il y a des aspects de ma vie que je ne gérais pas en ce moment pourtant je n’avais pas le choix. Avancer. Tout allait tellement vite et quand je parle de tout ? C’était surtout le temps. J’avais peur que l’an prochain soit demain et que hier soit passé depuis 10 années. Je ne savais pas comment gérer ce que j’avais appris… il y a 3 mois. Je ne savais pas non et pourtant ? J’avançais. Le pire étant ce que j’avais fait lors d’une soirée trop arrosée. Enfin… Je n’étais pas si bourrée que ça. Un jour, j’allais devoir lui avouer que je l’avais épousé par ce que je ne voulais et non par ce que j’étais sous l’emprise de l’alcool. Bon d’accord, l’alcool avait aidé à me dire : allons-y mais j’étais consciente de mes actes. Aujourd’hui ? J’avais fait une erreur. Une petite erreur. Toute petite. Je priais pour que peu de monde soient au courant. Non seulement par ce que mon père était actuellement avec Romy à Silver Lake en train de profiter du soleil et qu’ils auraient pu voyager sur instagram sans que je ne le sache mais aussi par ce que Ana l’avait vu. C’était bon. Leo était planqué chez moi comme une petite souris en refusant de lui répondre. Une erreur. Une bête erreur. D’habitude ? Je retirais ma bague pour le boulot, pour la famille et une partie de mes amis. Pas pour tout le monde. Non. Pas du tout. Je ne la retirais pas pour mes cours de judos. Pourquoi ? J’arrivais encore difficilement à me dire : Je suis une femme mariée. On voulait prendre notre temps. Profiter de ça et évaluer si on était trop rapide ou pas du tout. On voulait… savoir ou on allait. Mais une erreur. Une bête et simple erreur. Je prenais une profonde inspiration. Après avoir attendue pour répondre avec plus de franchise à Ana, j’avais décidée d’aller au zoo. Tout simplement. Comme toujours en ce jeudi. J’y allais souvent en été, j’adorais le zoo. J’adorais aller au courir et m’échapper du monde. Je ne saurais dire pourquoi car ces animaux sont tous en cage. Pourtant ? J’aimais être ici. Je prenais toujours mon appareil photo avec moi pour jouer d’une de mes passions. Je ne pouvais pas aimer seulement la boxe, ce n’est pas sain pour une fille. La moto garée à l’entrée, j’étais rentrée. Vêtue d’une robe et d’escarpins. Je profitais de ce doux été pour sortir de jolis tenus. Mes cheveux tombant sur mes épaules. Le zoo était mon endroit. Ma forteresse de solitude. Cet endroit où je pouvais être seule avec moi-même. Je le partageais rarement. Oui, rarement. Pourtant j’adorerais y emmener Leo. Soudainement je pensais à Owen. Merde. Et s’il avait vu la photo ? Je prenais une profonde inspiration tandis que j’observais les singes. Je pense à lui au rayon des Monkeys. Un signe ? Je n’en savais rien. Je souriais, assez amusée à cette idée et prenant alors quelques autres photos. Cette main sur mon épaule me mit dans une position de repli directement. Il ne faut pas surprendre un agent du FBI. Je me retournais rapidement. Je reculais. Posant par réflexe ma main sur mon sac à main dans lequel était ranger mon arme mais je me rétractais en regardant Alessandro. Une moue boudeuse. C’est mon moment de solitude quand même. Je me demandais bien ce qu’il faisait ici tout de même. J’haussais doucement les épaules en le regardant. Ma tête se penchant alors. « Eh bien, tu m’as trouvée ! », disais-je alors d’un ton assez sceptique. J’ignorais pourquoi. Cette photo ? Il est sur les réseaux sociaux ? Mince si la mafia squatte aussi mon instagram… Je n’avais donc plus de chances de respirer. Pour moi ce n’était pas possible. Mon père ? Mon dieu. Je ne lui avais pas dit qu’il était en ville. Mon père ignorait simplement tout et c’était vraiment mieux ainsi. Je ne me sentais vraiment pas à l’aise de lui garder des secrets mais c’était mieux ainsi ? Vraiment mieux. Je ne voulais pas le voir souffrir. J’haussais les épaules. « Pourquoi ? », demandais-je alors, assez nerveuse de la réponse. « Tu voulais prendre des photos des lions avec moi ? » questionnais-je sur le ton de l’humour mais surtout un ton d’humour noir. Oui, je voulais prétendre que les lions n’ont pas encore mangés, je peux les nourrir avec ses sbires peut-être ? Un sourire sournois se dessinait sur mon regard. Je tentais de sympathiser avec cet homme. Enfin… Je ne tentais pour le moment pas de le tuer. Disons que c’est étrange. Je n’étais pourtant pas toute câline et bisounours avec lui. Loin de là. Pour le moment, j’apprenais à le tolérer sans vouloir le mettre en prison. C’était une grande étape de franchie. Non ? En tout cas, l’alliance était encore là. Je prévoyais de la retirer avant de rentrer au cas où Romy et notre père rentrent à la maison.

_________________
Turn out the light, just say goodnight, to yourself ! May I remind you, when you find you, you're all alone, is when you've got to be strong ! Cause that's when they call you, in the night, he's got your picture, in his mind ! Could you save yourself, For someone who, loves you for you, Give it away to someone who, someone who... Will cherish your name
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Alessandro L. Lucenzo
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Un Pitbull Noir aux yeux bleus nommé Léo
► Mes messages : 473
► La boite à cookies : 10945
► Date d'inscription : 02/02/2017
► Date de naissance : 19/10/1997
Voir le profil de l'utilisateur


le petit mot doux de Alessandro L. Lucenzo qui mange un cookie le Sam 12 Aoû - 23:07 ► réponds-lui !

Tell me your secrets and ask me your questions



Leur relation était complexe. Jamais, leur relation serait simple. Etait-ce leur destinée ? A se regarder, à se jauger et à se juger. Seraient-ils toujours en guerre ? Toujours en train de tâter le terrain de l'un et de l'autre ? Pearl était devenue inconsciemment une personne importante dans sa vie. Alessandro venait parfois à penser à elle, surtout en ce moment. Gemma était enceinte, il avait parfois l'impression que son ventre s'arrondissait à vue d’œil. Il avait l'impression que le bébé allait sortir d'une seconde à l'autre. Non, ce n'était pas de l'impatience, c'était toute autre chose. C'était quelque chose qu'aucun être humain pouvait contrôler. La peur, la crainte. Derrière l'homme sûr et craint de beaucoup de personnes, ce n'était qu'un petit garçon terrifié à l'idée d'être papa. Il ne comprenait pas pourquoi sa peur , il était déjà un père techniquement. Il avait déjà eu plusieurs enfants mais il n'avait jamais eu la chance de les connaître, de les comprendre. C'était idiot, mais Alessandro était terrifié à l'idée d'être père. Le parrain de la mafia, un homme qui avait passé sa vie à vivre dans la peur. Il avait été un garçon apeuré et battu, un prisonnier qui avait peur d'être abusé durant son sommeil. Il avait tué , torturé, battu des gens. Et pourtant tenir un bébé dans ses bras, en être responsable était quelque chose de plus terrifiant que son monde sombre. Il ne savait pas pourquoi. Il avait déjà tenu des bébés dans ses bras, être responsable. Cependant, quand il pensait à son enfant qu'il avait à peine connu durant sa vie, à Serena, son bébé mort né et surtout à Pearl et son regard noir. A ce moment, quand il repensait à Pearl, au mal qu'il lui a été infligé à cause de lui, il finissait par comprendre sa peur. Le regard noir de Pearl, ce regard rempli de haine incarnait pour Alessandro, l'échec. Il avait échoué dans son rôle de père.  Il avait échoué dans un tas de choses.  Alessandro avait peur d'échouer avec ce bébé. Il avait peur pour lui, pour ce bébé. Après avoir tant souffert dans sa famille à cause de son père qui n'était même pas son géniteur biologique, à cause de sa mère qui ne l'avait jamais aimé. Il ne voulait pas de ça, pour aucun de ses enfants. Dans un sens, il était heureux que Pearl et Romy ont été aimées par  leur mère et son mari, que cet homme qui n'était pas leur père les avait aimés et leur avait donné tout ce qu'elles voulaient ainsi qu'une bonne éducation. Il espérait que Lucia ait donné de l'amour à leur enfant tout comme elle avait pu en donner à Serena, hélas morte avant d'avoir pu ouvrir les yeux. Il regardait Pearl dans un zoo et il se surprenait à imaginer elle, en petite fille et lui dans un zoo partageant un moment de complicité. Il s'était imaginé cela mais c'était impossible. Tia lui avait enlevé ce plaisir. Le plaisir d'être un père. En remarque, elle avait peut-être bien fait, peu de temps après Romy, il était allé en taule. Elles l'auraient vu sans doute en prison, dans un parloir sordide et crade avec des insultes écrits sur les murs. Non, ce n'était un environnement sain pour deux gamines, et même pour cet enfant à venir, ce n'était sain. Quel avenir aura ce petit bébé ? Elle avait comme père, le parrain de la mafia. Un meurtrier, un dealer, un tueur à gage, un taulard. IIl devait protéger ce bébé plus que tout, quitte à se faire haïr de lui mais il préférait mille fois se faire haïr et voir son enfant réussir dans la vie, devenir médecin ou avocat plutôt qu'il termine comme lui.

Cependant, là n'était pas la question. Pearl s'était mariée. Quand ? Où ? Avec qui ? Il espérait qu'elle ne se soit pas mariée avec cet homme, ce boulet, ce dégénéré du bocal aussi sympathique qu'un poisson rouge. Il s'appelait comme son chien et il trouvait insultant, d'ailleurs. Pour son chien, pas pour l'homme. En plus cet homme venait du FBI et était un pompier, si sa mémoire était intacte. Avec son sevrage de cocaïne, il avait dû avec sa mémoire et son retour à la vie normale, sans drogue pour l'aider. Sa main sur l'épaule la mettait dans une position défensive. Elle se détendit, une mine boudeuse sur le visage. Il arquait un sourcil et un sourire amusé venait étirer ses lèvres. Il était heureux de la voir malgré que leur relation était très compliquée. Malgré qu'elle n'était même pas au beau fixe, elle avait un autre père mais il était curieux. Il voulait savoir ce qui se passait dans sa vie, à défaut de pouvoir jouer un rôle qui lui revenait de droit. Pas de sourire, pas d'étreintes chaleureuses.  Juste deux personnes qui se regardaient en chien de faïence, avec méfiance. Alessandro était une personne sombre, il n'était pas quelqu'un de bien comparé à Pearl et Romy, et cela, il le devait à Tia et l'autre. Elle finissait par lui demander avec un sourire ironique et amusant mais il n'était pas dupe, c'était de l'humour noir. Alessandro répondit par un air blasé, baissant son regard vers la main gauche où une bague se trouvait au bon endroit.

- Voyons Pearl, venons au fait, déclara-t-il avec un petit sourire. Tu es mariée, ajouta Alessandro sur un ton badin.

Il avait pas été invité au mariage bien évidemment mais il voulait savoir avec qui ? Il voulait la connaître à minimum. Il voulait qu'elle sache qu'il était là même si Alessandro était son ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pearl L. Kostas-Hamilton
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Kitty (chaton)
► Mes messages : 347
► La boite à cookies : 6848
► Date d'inscription : 04/11/2016
► Date de naissance : 14/02/1989
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/
Fondatrice

Fondatrice
le petit mot doux de Pearl L. Kostas-Hamilton qui mange un cookie le Dim 27 Aoû - 15:10 ► réponds-lui !

Pearl & Alessandro
Tell me your secrets and ask me your questions
J’avais un humour assez noir. Je savais que comparer à toutes les femmes de mon âge, je n’étais pas normale. Ma vie n’était pas comme celle de la fille d’à côté. Pas du tout. Ma vie était bien différente. Elle était différente. Elle était sombre. Elle était douloureuse. Peut-être était-ce la raison pour laquelle j’aimais conserver le bonheur dans une petite boite de velours avant de laisser les autres en profiter ? Peut-être. Mais le bonheur doit se partager à un moment donné. Sauf que c’est toujours comme une boite de pandore. Tu ne sais jamais comment cela se passera. Bien. Pas bien. Tu n’en sais rien. Je ne savais pas que ce post sur instagram aurait tellement de répercussions et encore moins que les tigres du parc n’avaient pas besoin de savoir que je portais une alliance. Ils avaient besoin d’être nourrie non seulement par des vilains méchants qui pourraient servir de viande fraiche. L’idée était tentante mais nous savions tous que j’étais incapable de tuer sauf en cas de défense. Non. Je croyais en la justice. Je savais que la mort ne faisait pas justice. La prison ? Si. Certes, la prison est difficile pour un criminel mais quand tu y mérites ta place ? Je ne m’en sentais pas coupable. Une chose est sûre, il ne me manquait qu’à signer un ou deux papiers et lui mettre les menottes pour qu’Alessandro rejoigne la prison pour un long moment. Toujours peut-être. Une part de moi savait tout ça. Une part de moi savait que je ne faisais pas mon job. Une part de moi savait aussi que je ne protégeais pas la population. Combien de personnes son organisme fait souffrir ? Je pouvais tout faire s’écrouler comme un château de garde. Tout. Pourtant ? Non. C’était en moi quoique je fasse. Je savais que j’échouais à mon propre devoir. Mes propres convictions. N’en dormais-je pas la nuit ? Non, j’en dormais mais je savais pourtant que des gens pourraient souffrir par ma faute. Comprenait-il ça ? La chance qu’il avait. Lui. Pas moi. Je n’étais pas comme lui. Pas du tout. Il était le ying et j’étais le yang. Et j’avais du mal avec tout ça. Mes yeux de biches l’observant alors qu’il baissait le regard sur ma bague. Ne pouvions-nous pas continuer à parler de nos lions et la façon de les nourrir ? C’était plus simple. J’inspirais doucement. « Oui et alors ? », disais-je alors d’un ton presque insolent. Je fronçais les sourcils en haussant les épaules. Pour moi, cela ne regardait personne ma décision de me marier. Je savais pourtant que j’allais avoir aussi mon père sur le dos. Pas Alessandro. L’autre. Je me mordais la lèvre inférieure en y pensant. Je ne lui avais toujours rien dis. Ma petite sœur le savait. C’était bien la seule. « Cela pourrait être aussi la bague que j’utilise pour mes couvertures au FBI. Qu’en sais-tu d’abord ? C’est pour ça que tu me cherchais ? Pour cette erreur sur Instagram ? », demandais-je en arquant un sourcil. Sur la défensive. Je ne voulais pas avoir l’impression d’avoir fait une erreur en cachant cela depuis des mois. Surtout par à Alessandro. Non. Je n’accepterais pas qu’il m’engueule de ça. Je secouais la tête doucement. « Et puis tu fous quoi sur instagram ? », demandais-je soudainement. Presque surprise. Il n’y avait pas d’autres façons pour qu’il puisse l’avoir appris. J’avais été claire que s’il me faisait suivre, j’arrivais et je lui coupais un doigt. Simplement. Peut-être deux. Peut-être dix. Il savait qu’il n’avait pas intérêt à recommencer un petit jeu avec moi du chat et de la souris.

_________________
Turn out the light, just say goodnight, to yourself ! May I remind you, when you find you, you're all alone, is when you've got to be strong ! Cause that's when they call you, in the night, he's got your picture, in his mind ! Could you save yourself, For someone who, loves you for you, Give it away to someone who, someone who... Will cherish your name
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?



le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas
 

Tell me your secrets and ask me your questions - Pearl & Alessandro -


DON'T LOOSE YOUR COOKIES™ :: New York et son rythme, We do not remember days, we remember moments ! :: Dépensons à Manhattan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Septembre 2010 - Les divins secrets des petites ya-ya
» Petits secrets entre voisins - "Une mère absente"
» [JEU] Les (nouveaux) secrets de Minecraft
» Captures "Petits Secrets entre voisins"
» Les produits "Les secrets de Loly"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-