the blue skies we wait on are gonna have to come after the rain · sky&ellie

Partagez | .

the blue skies we wait on are gonna have to come after the rain · sky&ellie


DON'T LOOSE YOUR COOKIES™ :: New York et son rythme, We do not remember days, we remember moments ! :: Dépensons à Manhattan :: Le quartier de Chinatown
Kemila D. Ainsworth
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Mes messages : 212
► La boite à cookies : 2085
► Date d'inscription : 07/03/2017
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Kemila D. Ainsworth qui mange un cookie le Mar 25 Juil - 20:37 ► réponds-lui !

Il t'est souvent arrivé de faire semblant d'aller mieux. Tu passes tes nuits les yeux ouverts, rivés sur l'écran de ton ordinateur, ou une cigarette entre les dents. Même parfois, tu ne l'allumes pas. Tu la coinces juste dans ta bouche, pour la mâchouiller, comme un chiot mâchouille un os en plastique. Tu te compares à eux, parce que tu erres un peu dans ta maison, le soir, et t'aurais bien besoin d'un maître pour te redresser un peu. T'es nerveuse, mais tu te soignes. Tu aimes éviter le sommeil. Eviter les mauvais rêves. Eviter de trop penser. Au matin, le lendemain, tu retrouves Sky, au studio de Chinatown. Tu t'approches d'elle, et tu souris, avant de lui dire. « Hey, Sky. Tout va bien ? » Et d'un petit geste un peu timide, tu t'avances et tu l'embrasses sur la joue. T'es vraiment trop câline, faudrait voir à se calmer. Tu ne reparles que depuis peu. Et la voix, les mots, c'est presque une nouveauté pour toi. Tu as l'impression de ne pas avoir sorti de son depuis longtemps, alors que ça ne faisait qu'un an. Tu prends des nouvelles de Sky. Puis tu regardes autour de toi, tu cherches Ellie. « Elle est pas là, Ellie ? Elle devait pas être là ce matin ? » Tu sens bien, en écoutant ta propre voix, qui ne t'est déjà plus familière, qu'une pointe d'inquiétude s'y glisse. Tu aimes Sky et Ellie, et tu as cette tendance parfois fâcheuse à te faire du souci facilement. Bien trop facilement, c'était vrai. Tu t'écartes, parce qu'avec le contact, tu as encore du mal. Pourtant, avec elles, t'as peur de rien. Ou pas de grand-chose. Mais t'as souvent peur pour elles, par contre. C'est ton côté presque maternel, presque trop entière, et t'as toujours été fusionnelle, et attachée aux gens, quand seulement tu t'y attaches. T'es un peu lente à la détente, mais une fois que t'es lancée, ton amitié est pratiquement éternelle. Sauf si on te trahit. Mais ça, c'est quand même rare. Vous n'avez même pas commencé, mais quelque chose te contrarie. En ce moment, remarque, t'es souvent contrariée. Tu l'es quasiment tout le temps, mais tu te forces. Tu sais qu'on n'aime pas les gens trop déprimés, et puis tu préfères te focaliser sur les autres. C'est peut-être ton état d'esprit, ou alors tu perds un peu la tête, depuis la mort de Casey. T'en sais rien. Tu sais plus rien. Tu essaies de ne pas songer à ça. D'ailleurs, il ne vaudrait mieux pas, tu deviendrais vite folle. Tu essaies de supprimer tout ce qui te fait penser à lui. Autant dire que la liste a été longue. Tu ne fumes même plus la marque de cigarette que tu fumais près de lui. Tu ne fais plus rien de similaire. Alors tu te concentres sur ce que va te dire Sky, tu as l'envie de bien faire. Tu en profites pour observer le studio photo dans lequel vous vous trouvez. « Tu me montres... » Et tu t'aperçois que tu signes. Par instinct, par habitude, par façon d'être. Tu baisses les yeux, et tu dis à haute voix. « Désolée, l'habitude. Tu me montres ce qu'il faut faire ? » T'es novice en tout, sauf en écriture de scénario. Tu sais rien faire d'autre et ça te va bien. Tu sais même pas si tu sauras faire ce que Sky attend de toi. Tu l'espères, en tout cas. Tu ne veux pas la décevoir, tu détestes ça, la déception.

_________________

READ ALL ABOUT IT Je suis en mal d'être avec toi. La machine à café est détraquée. Les cendriers tous renversés. Des heures et des heures passées devant la mire de ma télé. Des nuits sans dormir à me demander où tu peux bien aller. Faut pas m'laisser traîner là, seule avec ces idées-là. J'suis pas si forte que tu crois. Un doute en moi s'est figé. Tu n'vas plus rentrer. Je peux faire une croix sur toi. Comment ne pas m'imaginer.


Dernière édition par Kemila D. Ainsworth le Dim 10 Sep - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sky K. McPreston-Jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Fondatrice
► Ami à poil : Je viens d'adopter un chat abandonné, Window ! Noire à reflets brun, une vraie perle !
► Mes messages : 1662
► La boite à cookies : 23211
► Date d'inscription : 24/04/2017
► Date de naissance : 10/01/1989
Fondatrice
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Sky K. McPreston-Jones qui mange un cookie le Sam 9 Sep - 16:51 ► réponds-lui !

Non, je n’allais pas bien. Quand la jeune femme était arrivée, elle me demandait comment j’allais. Je n’en savais rien. Enfin oui et non. Je n’arrêtais pas d’aller mal. Parfois pour des raisons différentes et d’autres encore plus différente. Un coup, tout allait bien et l’autre coup, pas du tout. Cela tombait assez soudainement. Je me sentais fragile. Je me sentais faible et j’avais horreur de ça autant que des nausées que je subissais encore plus depuis quelques jours. Non. Je n’allais pas bien et j’avais l’impression que mon monde s’écroulait. Je me sentais parfois aussi seule. Parfois pas du tout. Je m’enfermais un peu. Mais Kemilla ne savait rien. Non. Elle ne savait pas que j’étais malade. Je n’allais pas le crier aussi facilement sous tous les toits. Pour ma part, j’ignorais aussi que j’étais enceinte. Par contre je me sentais incapable de lui mentir. Donc je ne disais rien. « Et toi ? », me contentais-je simplement de lui demander. Il y a des gens à qui je pouvais mentir. D’autres pas. Elle était si adorable que lui mentir me semblait vil même si c’était pour une bonne cause. Les câlins ne me dérangent pas pour être aussi assez tactile. Je regardais alors la jeune femme, faisant tourner mon alliance autour de mon doigt tandis que j’haussais les épaules. M’inquiétant. Ma meilleure amie était enceinte mais surtout… amoureuse d’un type sans neurones. Bon d’accord, c’est mon père ce type. J’inspirais doucement en prenant mon téléphone pour envoyer quelques messages à Ellie mais qui avait oubliée qu’elle devait nous rejoindre. Je comprenais rapidement ce qui se tramait mais ça c’est un autre chapitre. Tandis qu’elle disait qu’elle allait arriver, je tournais mon regard vers Kemilla. « Elle va arriver ! », lui disais-je alors. J’arquais alors un sourcil quand elle signait. Je ne comprenais rien du tout sur le coup et je riais quand elle s’excusait. Je secouais doucement la tête ce qui la fit tourner aussitôt mais non, je ne tombais pas dans les pommes. Je ne saignais pas non plus du nez. Je lui souriais. « Ce n’est rien et bien sûr… », disais-je avant de lui montrer la salle. « Bon là, c’est un peu en chantier et on l’utilise comme studio pour les photos mais ça sera… la boutique en fait. Je ne sais pas si Ellie t’avait déjà fait un topo à propos de ça mais on va abattre ce mur pour agrandir, là-bas, on va faire un mur de brique… on ignore encore la couleur, rouge ou blanc mais pour donner un style assez New Yorkais. Là-bas, on va mettre le comptoir donc les caisses. Pas ici, on aura tout ce qui est… enfin je ne crois pas que tu voulais savoir ça mais plus vite comment poser sur les photos ? », demandais-je en riant doucement. « Disons que c’est tout simple, là-bas, il y a environ 10 tenues, les dernières que j’ai réalisée. Il suffit de les mettre et de rester naturel pour les photos. Ce n’est pas bien sorcier sinon tu peux simplement remonter tes manches et nous aider à faire la peinture ! », lui disais-je en haussant les épaules. Je riais aussitôt.

_________________

Handle bars, and then I let go, let go for anyone ! Take me in, and throw out my heart and get a new one, next thing we're touching. You look at me it's like you hit me with lightning ! Oh, everybody's starry eyed and everybody goes and my body goes ! So we burst into colors, colors and carousels, fall head first like paper planes in playground games. Next thing we're touching, You look at me it's like you hit me with lightning…
Revenir en haut Aller en bas
Ellie Garroway
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Mes messages : 2444
► La boite à cookies : 31258
► Date d'inscription : 16/05/2017
► Date de naissance : 04/07/1989
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t2454-ellie-garroway
le petit mot doux de Ellie Garroway qui mange un cookie le Sam 9 Sep - 17:19 ► réponds-lui !

Autant dire que dans ta vie c'est vraiment la merde en ce moment. Tu pensais avoir passer une bonne soirée avec lui, vous aviez manger au kfc, rien d'extraordinaire mais ca t'avait fait plaisir de voir qu'il changeait ses plans pour te faire plaisir, vous aviez manger sur place avant de vous balader. tu te sentais bien avec lui, tu etais sereine et calme, vous parliez de tout et de rien, du boulot, du bébé, de sky. Vous passiez une bonne soirée, vous vous soutenez dans cette peur de perdre la personne la plus importante de votre vie. Tout allait bien à ton sens, vous vous étiez même posé sur un banc dans un parc, tu avais poser tes jambes sur les siennes et il te mentenait pour ne pas tomber. tout allait bien, jusqu'aux messages de damon qui reclame ton aide. il avait bu et tu ne savais pas où été Nathan, alors tu ne pouvais pas prendre de risque, alors tu pensais qu'il aurait compris. Quand tu as rejoind ton meilleur ami, charlie a commencé a faire sa crise et toi t'en peux plus de ces crises. T'en as marre de le voir agir comme un adolescent, de le voir faire sa victime à chaque fois sans rien comprendre. t'en as marre de voir ses conneries, de lire son egoisme. Au petit matin, tu as mal dormi, et surtout, tu as totalement oublié que tu devais rejoindre Kemila et Sky pour une séance photo. C'est finalement les messages de Sky qui te ramene un peu à la réalité. tu lui promet de faire vite, de prendre juste le temps de te doucher et de te changer pour les rejoindre ensuite. Pourtant rien ne va, parce que les messages avec Charlie reprennent de plus belle. Douche,vêtement, maquillage, et voilà que tu quittes ton petit appartement pour rejoindre le métro. tu ignores un peu le téléphone sauf pour répondre à Sky que tu arrives. tu es plutot pâle, assez fatiguée aussi, sans compter ses hauts de coeur qui te donne la nausée. Non mais ils peuvent pas nettoyer le métro ? Ou passer un coup de bombe désodorisante ? Une fois dehors, tu respires enfin. Tu presses le pas, avant d'arriver enfin à la boutique que vous devez refaire entièrement. Au moins, il ne doit plus y avoir la tache de sang. « salut... les filles. » dis-tu, essouflée, avant de leur sourire. Tu approches d'elles, embrassant Sky et Kemila sur leur joue respective. « désolée pour le retard. j'ai raté quoi ? » tu ne veux pas les embêter avec ça, avec le fait que tu es amoureuse du père de Sky, qui se trouve être un véritable idiot. Non tu ne veux pas les ennuyer avec ta grossesse et tes soucis, surtout que ça met toujours Sky dans une mauvaise posture.

_________________


charlie&ellie Comme si l'on pouvait arrêter le temps Et faire qu'un instant dure éternellement Comme ces montagnes de fer Ou l'éclat d'un diamant Juste une photo de toi et moi
Revenir en haut Aller en bas
Kemila D. Ainsworth
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Administratrice
► Mes messages : 212
► La boite à cookies : 2085
► Date d'inscription : 07/03/2017
Administratrice
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Kemila D. Ainsworth qui mange un cookie le Dim 10 Sep - 18:40 ► réponds-lui !

Tu ne sais pas tout de Sky, mais tu réagis en la voyant faire l’impasse sur ta question. Tu la regardes, sceptique. T’aimerais en savoir plus, mais est-ce que t’as la force d’accepter la vérité. Tu te contentes de lui sourire, avec ta douceur naturelle, celle que tu réserves à ceux que tu aimes. Les autres se partagent ta froideur, tes sarcasmes et ta distance. Tu ne te sens pas le droit d’insister. C’est seulement ton cœur qui s’affole un peu, mais tu essaies de te calmer, et de ne pas laisser paraître ta frustration et ton inquiétude pour elle. Tu espères qu’elle t’en parlera plus tard. Pourtant tu lui laisses entendre que tu aimerais en savoir plus. Même si tu ne sais pas si elle te répondras. « Tu me le dirais si quelque chose n’allait pas ? » Au risque de paraître lourde. Pour le reste, tu fais un signe de tête. Tu vas bien. Tu iras mieux plus tard. Mais quand même. T’es plus la même qu’avant. T’as encore du mal à réaliser que ta voix sort de ta bouche, c’est con quand on y pense. Mais t’as plus l’habitude de t’entendre. Tu la laisses te répondre, et tu souris en entendant qu’Ellie arrive. Tu ne te caches pas de l’amour que tu leur portes, à Ellie comme à Sky. T’en viens à ne plus penser à ce qui s’est passé quand t’es avec elles. Elles ont l’art de tout faire oublier. C’est presque magique. Et toi, tu préfères te concentrer sur elles plutôt que sur toi. Toi, t’es pas si importante que ça. Suivant Sky, tu ne perds rien de ce qu’elle t’explique. Tu en ris, presque. Non, c’était pas que tu voulais voir, mais t’es pas contre. Tu trouves ça bien agencé. Tu trouves ça presque plus joli que chez toi. Et au final, ça te rassure pas sur ton sens de la déco. T’imagines déjà le mur de briques et les couleurs qu’elles prévoient. Tes murs à toi, ils sont gris, un peu comme ton état d’esprit. Et t’en sortiras jamais, de ce gris. « D’accord. Je… » A cet instant, c’est la porte qui s’ouvre, et Ellie qui arrive comme une tornade. A bout de souffles et trop pâle. Bien trop pour que tu puisses lui cacher ton anxiété. Tu l’embrasses toi aussi. Tu lui souris, et tu réponds d’une voix un peu plus calme, en essayant de paraître normale. « Tu… Es sûre que ça va ? Reprends ton souffle, fallait pas courir autant, tu sais, on n’allait pas s’envoler. » T’essaies d’être gentille, et est-ce que c’est pas dans ta nature profonde ? T’es encore un peu timide, même si t’es plus libérée quand t’es avec elles, tu peux pas changer si vite.

_________________

READ ALL ABOUT IT Je suis en mal d'être avec toi. La machine à café est détraquée. Les cendriers tous renversés. Des heures et des heures passées devant la mire de ma télé. Des nuits sans dormir à me demander où tu peux bien aller. Faut pas m'laisser traîner là, seule avec ces idées-là. J'suis pas si forte que tu crois. Un doute en moi s'est figé. Tu n'vas plus rentrer. Je peux faire une croix sur toi. Comment ne pas m'imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

the blue skies we wait on are gonna have to come after the rain · sky&ellie


Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-