Couverture découverte ft. Keegan - Page 2

Partagez | .
 

Couverture découverte ft. Keegan


DON'T LOOSE YOUR COOKIES™ :: New York et son rythme, We do not remember days, we remember moments ! :: Dépensons à Manhattan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
avatar
Ea A. McBrown
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Prend soin de [i]Pollock[/i], le golden retreiver (4 ans) de Logan, la meilleure amie de Keegan.
► Mes messages : 155
► La boite à cookies : 4484
► Date d'inscription : 01/05/2017
► Date de naissance : 13/03/1992
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t1474-ea-a-mcbrown-le-m


le petit mot doux de Ea A. McBrown qui mange un cookie le Jeu 27 Juil - 20:54 ► réponds-lui !

Ea s'était arrêté dans le salon de thé d'un hôtel de Brooklyn pour y prendre une boisson chaude. Elle repensait à tout ce qu'il s'était passé aujourd'hui. Paxton, ses avances, son insistance, la confrontation avec Keegan et son départ précipité du bureau. Elle se sentait mal, rongée par la culpabilité d'avoir mis son petit ami dans cette situation plus que délicate. Il n'avait pas à payer les pots cassés pour elle, il n'avait pas à mettre sa carrière en danger pour elle. Ils étaient ensemble depuis quelques mois et déjà, elle lui bousculait sa vie entière, d'abord par leur relation, puis avec cet enfant et maintenant en mettant en péril sa carrière. Elle s'en voulait, il ne méritait pas ça, il méritait bien mieux que ça. C'était injuste. Ea passa l'après-midi à essayer de comprendre ce que Paxton avait voulu dire en disant qu'elle l'avait allumé, et puis aussi, à essayer de trouver une solution pour ne pas mettre Keegan dans l'embarras. Elle se creusait la tête, ne parvenant pas à trouver une solution. Le mieux étant encore de dire que tout était de sa faute, et d'en prendre la responsabilité complète et totale, non ? Ea se rongeait les sangs. Mais les heures passaient, sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte. Les verres vides de son chocolat viennois s'entassaient sur sa petite table et finalement, son téléphone sonna. Keegan lui demandait de rentrer, parce que lui aussi. Se retrouver seule lui avait fait du bien, elle n'était plus énervée, juste déçue d'elle même et terrorisée par la suite des évènements qui semblaient s'annoncer pour eux. Elle régla sa note et arrêta un métro pour arriver chez Keegan. Une fois la porte passée, elle se sentie mal à l'aise, elle n'aimait pas être chez lui, sans lui. Elle ne se sentait pas encore chez elle, dans cette maison. Il n'y avait pas toutes ses affaires, la plupart étaient encore à Harlem. Elle n'avait pas encore résorbé son bail, elle payait donc deux loyers. Heureusement que son appart' était un taudis, ça ne lui coutait pas les yeux de la tête. La jeune femme prit une douche chaude, pour se détendre et voulu cuisiner, mais ne savait pas quoi faire, si bien qu'elle ne s'y mis finalement pas. La jeune femme venait tout juste de s'asseoir dans le canapé, vêtue d'un pull à Keegan extra large et d'un de ses caleçons quand son petit ami rentra. Il ne tarda pas à arriver près d'elle et à lui dire que tout était réglé, que Paxton était muté. Ea marqua sa surprise sur son visage. Comment ça tout était réglé ? Elle lui avait demandé de l'attendre, il ne l'avait pas fait ? « comment ça tout est réglé, tu es allé voir le chef ? » demanda t-elle. A sa réponse, Ea soupira et lança « je t'avais demandé de m'attendre, pourquoi tu y es allé tout seul ? » Elle passa une main sur son front, remontant ainsi ses cheveux et laissa tomber lourdement sa main sur le sofa, regardant dans le vide et sentant la colère remonter en elle. « C'est plus fort que toi hein ? Tu dois tout contrôler, tout le temps ! C'était à moi d'y aller Keegan ! » lança t-elle d'un ton froid et sec. Il avait reprit sa manie de tout contrôler, de jouer au père avec elle et ça, elle ne le supportait pas et le pire, c'était qu'il le savait très bien, elle le lui avait déjà dit. La jeune femme soupira, énervée. « J'passe pour quoi moi maintenant, tu peux me le dire ? Déjà qu'il ne m'aime pas, mais en plus de ça, ils vont vraiment le penser que j'couche avec toi pour ta protection et tes faveurs ! Tu comprends rien putain ! » elle se leva du canapé, énervée. Oui, elle lui en voulait d'avoir été parlé au chef sans elle, mais surtout parce qu'elle se sentait coupable de ce qu'il s'était passé aujourd'hui et qu'elle avait besoin de régler ça par elle même et de réussir à régler cette histoire pour se déculpabiliser, pour protéger Keegan contre elle-même et ses éventuelles erreurs et lui, lui il venait là, comme un chevalier servant et c'était « réglé » ? Et elle dans tout ça, sa dignité, sa fierté, son indépendance ? Elle n'était pas ce genre de femme, non. Elle n'était pas ce genre de femme à tout devoir à un mec, hors de question qu'elle en arrive à ça un jour ! « Tu t'en fous de ce que j'peux ressentir Keegan ? Si je t'ai demandé de m'attendre, c'est parce que je voulais vraiment aller lui parler, et régler ça moi-même, je passe pour quoi moi ? Hein ? J'ai pas besoin que tu viennes à mon secours à chaque fois ! J'ai pas besoin d'un homme pour me dire quoi faire et comment, j'ai pas envie d'être ce genre de femme ! C'est comme ça que tu veux qu'on élève notre enfant ? Tu veux que je t'attende à la maison sagement, en ne faisant pas de vague et lorsque j'en ferai tu nettoieras tout derrière moi, c'est ça que tu veux ? » elle déviait du véritable problème. Mais tout cela avait fait ressurgir ses angoisses se perdre sa carrière et de ne devenir qu'une simple femme et mère au foyer. Non, elle voulait rester indépendante mais ce bébé et cette maison... elle avait l'impression de s'enterrer ici et le comportement de Keegan ne la rassurait pas sur l'avenir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keegan Pratt
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Mes messages : 228
► La boite à cookies : 4899
► Date d'inscription : 18/03/2017
► Date de naissance : 17/03/1977
Voir le profil de l'utilisateur


le petit mot doux de Keegan Pratt qui mange un cookie le Mer 2 Aoû - 22:37 ► réponds-lui !

Il pousse un soupir, ouais cette fois-ci il a en marre d'être le mec qui comprend tout, le mec qui doit supporter ses sauts d'humeurs, elle est venue le voir, qu'est ce qu'elle croyait ? Qu'il allait ne pas agir, elle connait non ? Il a encore une fois agit comme son « père » Ouais il en a marre de ça. Il en a marre de se prendre leur différence d'âge en pleine gueule même si elle ne la pas dit il sait très bien que c'est ce qu'elle pense. La tournure de leur discussion, ne lui plait pas elle part complètement dans un autre sujet et ça commence à le gonfler. Oui il se retient comme il peut pour ne pas la traiter, pour ne pas s'emporter, mais ça commence à devenir de plus en plus dur. Il a eu une journée de merde c'est claire ce qu'il aurait voulus c'est que sa femme soit là qu'il puisse enfin tourner la page et profiter de la soirée, mais apparemment ce n'est clairement pas possible. Il le sait s'il va prendre sa douche la laissant digérer nouvelle elle risque de péter un autre câble en disant qu'il ne parle pas, en disant qu'il fuit. Alors qu'il veut seulement passer une bonne soirée avec la mère de son futur enfant, il a comprit le message à l'avenir il va la laisser se démmerder seule comme une grande fille, parce qu'apparemment son comportement ne lui plait pas, lui qui pensait seulement lui rendre service, il vient de comprendre qu'apparemment il fait tout de travers. Seulement qu'aujourd'hui il est fatigué, il ne veut pas parler, il ne veut pas lui répondre, la rassurer, comme il l'habitude de faire, mais pourtant il va devoir répondre à Ea s'il veut éviter une énième crise de nerf.

« Pour commencer tu te calmes »

Son ton est froid comme son visage, on remarque tout de suite qu'il ne plaisante pas et qu'il est fatigué. Ce soir il ne faut le chercher et pourtant il va faire l'effort, le dernier effort de s'expliquer à Ea. Après avoir laissé quelques secondes s'écoulaient durant lesquelles il espère la blonde s'est calmé il reprend la parole.

« Si tu ne veux pas que je passe derrière toi fait les chose bien et n’agit pas comme une enfant »

Il sous entend le fait qu'elle est parti des locaux, laissant alors Praxton et son travail en plan. Keegan n'a fait que devancer Praxton qui aurait pu tout dire au boss, le boss n'aurait qu'a descendre aux archives et voir qu'Ea est parti laissant alors tous les dossiers en plan. Dossiers qui sont très importants et par la même occasion secret, c'est Keegan qui les a rangés et qui lui a donc ainsi évité une mise à pied. C'est toujours avec le même le ton qu'il répond

« Au lieu de toujours penser avec ta putain de fierté mal placé pourquoi tu me remercie pas ? »

Il pousse un autre soupir avant de reporter son regard vers elle et de reprendre la parole

« Je suis fatigué Ea alors s’il te plait ne me parle pas si tu es dans cet état, j’en ai marre d’être une éponge qui doit absorber ton surplus d’émotion et te rassurer »

C’est sur ses mots qu’il se dirige vers la salle de bain laissant Ea en plan dans le salon et pour la première fois depuis qu’ils sont ensemble il s’en fout. Il s’en fout de comment elle va le prendre, son ressentit, à vrai dire il se détache complètement d’Ea profitant seulement de ce moment de tranquillité. Il entre dans la salle de bain et prend une bonne douche froide.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ea A. McBrown
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Prend soin de [i]Pollock[/i], le golden retreiver (4 ans) de Logan, la meilleure amie de Keegan.
► Mes messages : 155
► La boite à cookies : 4484
► Date d'inscription : 01/05/2017
► Date de naissance : 13/03/1992
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t1474-ea-a-mcbrown-le-m


le petit mot doux de Ea A. McBrown qui mange un cookie le Mer 2 Aoû - 23:25 ► réponds-lui !

Son ton était dur, sec, froid. Ea était debout, près du canapé et elle se retrouvait face à un mur, face à un glacier qui était épuisé et qui ne voulait pas se battre apparemment. La jeune femme le regardait, il avait l'air tellement... épuisé. Epuisé de sa journée certes, mais surtout épuisé d'elle. Elle le regardait et elle s'en voulait d'un côté, mais de l'autre, elle lui en voulait de se braquer comme ça, elle lui en voulait de ne pas essayer de comprendre. Elle le laissa alors parler, et ses paroles étaient tranchantes comme des lames, abruptes comme le versant d'une montagne descendue sans parachute, vide comme le silence et en même temps, avec la même fougue qu'une éruption volcanique. Lorsqu'il lui dit de faire les choses bien, arrêtant d'agir comme une enfant, elle s'interrogea rapidement sur le sens de sa phrase. Est-ce qu'il insinuait qu'elle avait cherché Praxton à agir comme ça avec elle ? Que c'était de sa faute ce qui était arrivé ? Oui. Ea ouvrit la bouche, choquée par les propos de son propre petit-ami, et père du bébé qu'elle voyait grandir à l'intérieur de son propre corps. C'était vraiment ce qu'il pensait ? Il la voyait ainsi ? Elle, vraiment ? Elle était choquée, outrée, et son cœur venait de se faire ouvrir par une lame incandescente. Ca lui faisait tellement mal au plus profond d'elle même que son propre petit ami lui sorte ça. Comme si elle n'avait eu que ce qu'elle méritait, qu'elle l'avait bien cherché, comment pouvait-il dire une chose pareil ? Quel était cet homme là, assis sur son canapé ? Elle se posa littéralement la question, comme si Keegan, n'était plus Keegan. La jeune femme le regardait, choquée, la bouche toujours entrouverte. La dernière phrase qu'il lui sortit fini de l'achever. Ok, là, à ce moment là, elle était presque morte sur le sol, l'Empereur ayant résolu sa mort en un seul geste dévoilé à la foule. La jeune femme n'y croyait même pas, et c'était la raison pour laquelle elle ne réagissait pas. Il était là, assis sur ce canapé, dos à elle, et ce qu'il disait entre ses dents serrées ressemblait à des dizaines de couteaux lancés à même son cœur à vif. Il se leva, traversa le salon et alla s'enfermer dans la salle de bain. Lorsqu'elle entendit le loquet de la porte, la jeune femme retrouva son souffle, sortant presque d'apnée. Son cœur battait fort, elle était presque autant en colère, que triste, dépitée et choquée. Elle n'osait pas bouger, comme si elle ne réalisait pas ce qu'il venait de se passer. Elle sentait une drôle de sensation en elle, quelque chose venait de prendre forme dans son ventre, une sensation de douleur intense, sans pour autant qu'il n'y ait une seule blessure physique. Elle avait mal, tellement mal. La jeune femme ne réalisait toujours pas ce qu'il venait de se passer. Elle tourna légèrement la tête et à cet instant, les paroles de Keegan retentirent dans son esprit. En boucle. Inlassablement. Elle sentait cette douleur grimper de son ventre, à son cœur, sa gorge, ses yeux. La jeune femme prit appuie sur le canapé du salon, entendant l'eau de la douche couler. Et bien vite, elle sentie la colère s'emparer de tout son corps. Elle avait envie de ruiner cette maison, de tout casser, de tout défoncer tellement la rage venait de grimper aussi vite en elle. Elle aurait voulu hurler, s'arracher ce bébé de son propre ventre pour le lui laisser là et se barrer. Mais elle s'en sentait tout autant incapable -et tant mieux. Elle serra les dents, au point de faire ressortir sa mâchoire et elle quitta le salon pour sortir par la porte d'entrée. Une fois dehors, la porte claquée, la jeune femme fit quelques pas devant l'entrée. Elle n'en revenait pas. Pensait-il vraiment qu'elle avait eu ce qu'elle méritait, sous-entendu que c'était de sa faute si Praxton avait agit comme ça ? Etait-elle une allumeuse ? Elle en arrivait à se poser la question, Ea Addison McBrown... Elle insulta Keegan de tous les noms, passant plusieurs fois sa main dans ses cheveux et puis finalement, elle tomba sur le pas de la porte, assise, les mains sur son front et sa rage se transforma en tristesse. Une profonde et intense source de tristesse, créant des larmes foudroyantes, féroces, qui traversèrent ses joues, percutant alors dans le silence de la soirée, sa gorge. Ea se mit à sangloter de toute son âme. Se sentant incroyablement malheureuse en cet instant. Elle était en train de se dire qu'elle portait l'enfant d'un connard et se mit à tout regretter. Elle était prête à tout laisser là, à partir, à partir à pied jusqu'au ferry pour retourner dans son appartement à Harlem, ou bien même à tout laisser en plan pour partir à Chicago. Elle voulait qu'on la rassure, bien évidement que oui. Mais il ne comprenait rien, quel trou du cul ce Keegan de merde pensait-elle. Quel gros connard de merde !! Elle se demandait comment elle avait pu être amoureuse d'un enculé pareil, qui en viendrait à penser ça d'elle ? Il ne la connaissait pas, pour dire des choses pareil, il fallait être un gros connard de merde, et c'était tout, point barre. La jeune femme sanglotait, folle de rage de se sentir aux mains d'un pareil con. Mais putain... pas elle. Elle était devenue l'une de ces femmes débilement amoureuse d'un connard qui finissait par montrer son vrai visage, celui d'un enculé de première. Quelle conne, elle s'était faite avoir et maintenant elle était enceinte. En cet instant, elle haïssait presque autant ce monstre qui naissait dans son ventre, que Keegan qui l'avait engrossé. Qu'est-ce qu'elle avait pu être stupide, mais merde ! La jeune femme tremblait de colère, de tristesse. Son père aurait tellement honte de ce qu'elle était en cet instant, mais sa honte personnelle pour elle-même comblait cette absence. Ouais, elle avait honte d'être tombée amoureuse d'un enculé pareil, honte de porter son enfant. Ce type, ce n'était pas le Keegan qu'elle avait connu, ni aimé. Pourtant c'était la même personne qui lui avait fait un enfant. Elle se laissait aller à ses larmes, se sentant incapable de réfléchir, ni de prendre une décision réfléchie. Impulsive de naissance, elle aurait quitté les lieux sur le champs, elle aurait tourné la page, quitté son job et serait repartie à Chicago, mais là... malgré tout ce qu'elle pouvait penser, il y avait quelque chose qui naissait en elle. Et se sentiment de ne plus s'appartenir la terrifiait, elle n'était plus seule, elle ne pouvait plus réagir comme avant. Ce qui la rendait encore plus triste, forcément. Qu'est-ce qu'il foutait avec elle s'il pensait tout ça d'elle ? Sincèrement ? Hein ? Et s'il n'était pas capable de prendre soin d'elle, de la protéger sans empiéter sur son égo de femme indépendante ni même de la rassurer, qu'est-ce qu'il foutait encore là ? Elle le haïssait, autant qu'elle se haïssait. La jeune femme ne parvenait pas à se calmer, et l'idée de prendre le ferry ne la tentait plus, étant donné qu'à cette heure, il n'y en avait plus. La jeune femme était seule, livrée à elle même, à devoir rester ici. C'était ça la vie en couple ? Quelle grosse merde. Elle se détestait tellement d'être tombée amoureuse de lui. C'était décidément trop dur. Ea resta sur les marches du perron pendant de longues minutes, et finalement, la pluie commença à frapper. Elle entra dans la maison encore éclairée, et entendit que la douche coulait toujours. Elle ne savait pas quoi faire. Elle était à deux doigts d'appeler Eli pour qu'il vienne la chercher. Mais son portable en avait décidé autrement, il n'avait plus de batterie. Elle grogna et le jeta sur le canapé. Finalement, elle avança vers la chambre, son ventre lui faisait mal. Incroyablement mal. Pourquoi ? Elle l'ignorait, mais la douleur était horrible. Est-ce que le futur bébé ressentait son mal être et le fait qu'elle ne veuille plus de lui ? Peut-être... et même si elle se disait ça, elle continuait de s'interroger sur l'origine de cette douleur et cela l'inquiétait. Dans le fond, voulait-elle vraiment que ce bébé ne soit plus ? Non... Ea entra dans la chambre, éclairée seulement par le brin de lumière venant du salon, qui éclairait linéairement la chambre. Elle retira ses vêtements en larmes silencieuses et enfila un tee-shirt extra large de Keegan, ouais c'était le sien et elle aurait voulu s'en passer, mais il était confortable pour dormir. Elle laissa ses fringues en plan, en ayant clairement rien à foutre. Elle se glissa dans le lit, remontant la couverture vers son visage et là, elle se remis à pleurer, elle ne parvenait pas à s'arrêter. Elle se sentait tellement humiliée par Keegan, par elle-même, par la situation, par ce bébé... elle ne parvenait pas à se con trôler, comme si les larmes étaient plus fortes que le reste, que sa raison par exemple. Ea sanglotait, essayant de retenir ses larmes du mieux qu'elle le pouvait et pensant inéluctablement à son père, à ce qu'il aurait pensé de tout ça, ce qu'il en aurait dit. L'aurait-il prit pour une trainée lui aussi ? Lui aurait-il dit qu'elle avait mérité le comportement de Praxton ? Que c'était de sa faute à elle ? Que ce bébé, ce mec, tout ça était une grosse erreur ? Est-ce que son père aurait dit qu'il avait honte d'elle, lui aussi ? Très certainement et en pensant à tout ça, elle ne pouvait retenir ses larmes, en oubliant presque la douleur de son ventre, sur lequel sa main était posée sous la couverture.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keegan Pratt
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Mes messages : 228
► La boite à cookies : 4899
► Date d'inscription : 18/03/2017
► Date de naissance : 17/03/1977
Voir le profil de l'utilisateur


le petit mot doux de Keegan Pratt qui mange un cookie le Jeu 3 Aoû - 0:37 ► réponds-lui !

Il a tout de suite regretter ses parole, une fois sous la douche, une fois que les gouttes d'eau froides coulent le long de son visage. Il a tout de suite les idées plus claires et il sait qu'il vient de bien merder. Il s'en veut, oui il s'en veut vraiment, ça ne lui ressemble pas de se laisser emporter comme ça. La fatigue il connaît il connaît aussi Ea et pourtant ce soir il s'est laissé emporter. Il est énerver contre lui même, il connaît Ea et il sait qu'elle se fait des films qu'elle interprète tout mal, et vu comment il vient de s'exprimer c'est pas sûr qu'elle ai tout bien comprit. Ce soir il reste plus longtemps sous la douche simplement parce qu'il a peur de ce qu'il risque de découvrir lorsqu'il va sortir. Il a peur de voir qu'Ea est finalement partie, oui cette réaction lui ressemble bien et comme il la connaît assez bien il a peur d'avoir anticipé cette réaction. Il finit par prendre son courage à deux mains et sort de la douche, il se sèche en quelques secondes et s'habille. Il prend une inspiration et ouvre la porte de la salle de bain. Il remarque tout de suite la lumière de leur chambre allumer. Il n'est pas pour le moins rassuré il a peur de voir dans quel état elle est. Lui il est redevenue lui même, il est près à calmer le jeu, il entre doucement dans la pièce sans faire le moindre bruit. Il voit tout de suite qu'elle pleure et cette vision lui brise le coeur, il s'en veut encore plus en voyant ce que ses paroles ont pu avoir comme conséquences. Il se glisse à côté d'elle et reste quelques secondes sans rien faire. A vrai dire il a peur d'empirer les choses. Il se contente de lui caresser doucement la joue avant de l'embrasser et de lui chochotter à l'oreille.

« Pardon mon amour, je voulais pas te faire du mal»

Il passe tendrement sa main dans les cheveux blonds d'Ea, il apprécie ce moment avant de reprendre la parole.

« Je suis prêt à t'écouter, après tout nous devons pas nous coucher en colère tu te souviens ?»

Il lâche un petit rire, histoire de détendre l'atmosphère et va doucement poser sa main sur celle d'Ea qui est posé sur son ventre. Il pense au bébé, est ce qu'il entend ce qu'il vient de dire à sa mère ? est ce qu'il ressent toutes les émotions d'Ea ? voilà toutes ces questions qui se bousculent dans la tête de Keegan. Il veut savoir ce qu'elle a comprit lorsqu'il lui a répondu. C'est bête mais il veut savoir à quel point il lui a fait du mal, sûrement pour savoir à quel point il doit s'en vouloir ou un truc du genre. Même s'il craint cette réponse d'un côté. Il redoute sa réaction, il ne sait pas si toutes ses marques d'affection seront les bienvenus, mais il en a tellement besoin. Il a besoin de savoir que malgré tout ça ils sont toujours amoureux l'un de l'autre. Il veut la rassurer, il veut lui faire comprendre qu'il l'aime toujours autant malgré ce qu'il a dit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ea A. McBrown
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Prend soin de [i]Pollock[/i], le golden retreiver (4 ans) de Logan, la meilleure amie de Keegan.
► Mes messages : 155
► La boite à cookies : 4484
► Date d'inscription : 01/05/2017
► Date de naissance : 13/03/1992
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t1474-ea-a-mcbrown-le-m


le petit mot doux de Ea A. McBrown qui mange un cookie le Jeu 3 Aoû - 1:06 ► réponds-lui !

Elle n'arrivait pas à se calmer, elle avait véritablement mal au plus profond d'elle même. Néanmoins, lorsqu'elle entendit l'eau se couper, elle ressentie de la peur. Oui, elle avait peur qu'il ne sorte et qu'il continue à l'ignorer, à faire comme si ce qu'elle ressentait n'avait aucune importance, comme si ce qu'elle pensait n'avait aucune valeur, comme si elle n'était rien, totalement insignifiante. Le mépris de la personne que l'on aime est tellement la pire des armes. Ea essuya ses joues, elle ne voulait pas qu'il la voit pleurer, il allait encore lui dire qu'elle ne contrôlait pas ses émotions, tel une enfant, ou bien parce qu'elle n'était pas une éponge qui gardait tout pour elle, comme il pouvait le faire si bien. Elle serrait les dents, elle ne voulait pas qu'il la touche, elle ne voulait pas qu'il s'approche d'elle. Pourtant, après quelques minutes, le lit derrière elle affaissa. Elle sentie qu'il venait de s'y installer, mais il ne disait rien, il ne bougeait pas. Alors voilà, c'était tout, il s'en foutait ? Ea ferma les yeux le plus fort possible, elle ne voulait pas pleurer, elle se l'interdisait. Quelques longues secondes plus, le bruit du lit qui grince, et soudain, un doigt doux se posant sur sa joue. Il allait sentir à la texture de sa peau qu'elle avait pleuré. Et puis pourquoi jouait-il au gentil tout d'un coup, hein ? Ses lèvres se déposèrent doucement sur sa joue, Ea fermait toujours les yeux, elle avait mal au ventre, elle avait mal à la tête après sa crise nerfs. Et elle ne comprenait pas l'attitude de Keegan, il venait de lui dire des choses atroces et là, il regrettait ? Il ne pouvait pas réfléchir avant ? Hein ? C'était comme un homme violent qui vient s'excuser après avoir foutu une gifle à sa compagne, elle l'avait vécu de la même façon. Exactement la même façon. Elle aurait voulu lui échapper, s'avancer sur le lit pour qu'il ne puisse pas la toucher, mais très vite, elle entendit le son de sa voix. Il s'excusait, l'appelant « mon amour » comprenant qu'il avait été trop loin. Mais pour Ea, ce n'était pas suffisant, elle ne voulait pas lui pardonner aussi vite, aussi facilement, non. Parce qu'il avait été odieux, et même sans ça, il avait dit des choses dont elle ignorait encore qu'elle les avait mal comprises. Elle n'avait pas du tout comprit ce qu'il avait voulu dire, mais ça, elle l'ignorait. Pour elle, en cet instant, il était le mec odieux qui la prenait pour une allumeuse, à n'avoir que ce qu'elle méritait, ne sachant pas se comporter comme une enfant, et qui ne contrôle pas ses émotions : c'était ça, ce qu'il lui avait dit au salon. Pourquoi venait-il chercher un calin maintenant alors ? Elle sentait sa main venir caresser ses cheveux et malgré toute la haine qu'elle avait eu pour lui, ce geste l'apaisa. Elle aimait cette sensation, oui, ça la calmait lentement. Il prononça ensuite la phrase qui fit... tout basculer dans la tête de la jeune femme. Il lui disait qu'il était prêt pour l'écouter, et aussi il lui rappela la promesse qu'il s'était faite un peu plus tôt. Celle de ne jamais se coucher fâchés, quittes à en parler toute la nuit s'il le fallait. Ea sentie alors un pincement au cœur. Ils avaient fait cette promesse ensemble, à deux, et ce n'était pas que pour Keegan, non, ça valait aussi pour elle. Elle avait promis. Et elle tenait toujours ses promesses. Néanmoins, il était encore trop compliqué pour elle de faire face à Keegan, et puis son ventre lui faisait encore mal. Elle sentie d'ailleurs la main de Keegan passer sous la couverture pour se poser sur la sienne, touchant alors son ventre. Ea n'ouvrit pas les yeux et après quelques secondes, où elle essayait de retrouver une voix normale et non sanglotante, elle répondit enfin « Je ne te reprochais pas de m'avoir défendue pour Praxton, je voulais juste que tu m'attendes pour parler de ça au Chef. Parce que ça me concerne moi... Tu ne sais pas ce que c'est, que d'être une femme agent du FBI. Tout le monde pense que tu es la fille de, ou que tu as couché pour réussir. On ne te considère jamais comme un bon agent, parce que c'est un métier d'homme. Et ce que tu as fait aujourd'hui avec le chef... non seulement tu ne m'as pas écouté, tu n'as pas respecté ma volonté mais tu m'as mise dans une position gênante auprès de mon chef, de mon patron » commença t-elle à dire doucement. Elle n'osait pas bouger, ni ouvrir les yeux, mais elle sentait le souffle de son petit ami contre elle, ainsi que son corps, vraiment tout près. « Ce que tu m'as dit tout à l'heure... je veux savoir si tu le penses sincèrement Keegan... parce que si c'est le cas... pourquoi tu restes avec moi ? Pourquoi tu veux garder ce bébé ?... » lança t-elle, de toute sa tristesse. « Tu me prends pour une traînée, à dire que c'est de ma faute ce qu'il s'est passé aux archives... tu... comment tu as pu dire ça, comment tu peux penser ça de moi, hein ? Je... je n'ai jamais rien fait pour que Praxton puisse penser que... » lança t-elle, passant l'un de ses doigts sous son nez, avant de renifler. Sa main caressa son ventre, doucement, elle avait mal, encore. Elle grimaça alors, avant de continuer. « Et puis ouais, j'suis pas comme toi... j'suis pas une éponge moi, j'suis une putain de serpillière. J'arrive pas à tout garder pour moi, je contrôle pas tout comme toi, je garde pas tout à l'intérieur en me disant que ça ira mieux si je fais comme si je ne ressentais rien. J'ai des émotions, et désolé si ça te dérange à ce point, je pensais pas que... que ça te dérangeait autant » et en disant ça, elle sentie sa voix dérailler. Ouais, elle se demandait vraiment ce qu'il faisait encore là, après tout ce qu'il avait pu lui dire. « Pourquoi tu restes, si tu penses tout ça ? Ca sert à rien de vouloir fonder une famille si tu penses sincèrement ça de moi... » elle renifla encore et puis fini par dire « et tu ne comprends pas que je sois morte de trouille à l'idée d'être maman et d'avoir ce bébé dans mon ventre, parce que si même toi tu penses tout ça de moi... comment j'pourrai être une bonne mère ? Comment je peux être une bonne mère alors que je suis déjà en train de pleurer ma carrière que j'vais perdre ?... » comme un aveux, elle avouait enfin à quel point perdre sa carrière pour cet enfant la faisait souffrir, rien que dans l'idée. Elle lui avait déjà dit, mais jamais aussi intensément, allait-il enfin le comprendre ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keegan Pratt
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Mes messages : 228
► La boite à cookies : 4899
► Date d'inscription : 18/03/2017
► Date de naissance : 17/03/1977
Voir le profil de l'utilisateur


le petit mot doux de Keegan Pratt qui mange un cookie le Ven 4 Aoû - 21:50 ► réponds-lui !

Comme il l'a pensé plus tôt elle a tout comprit de travers et elle s'est fait des films, même si dans le fond cela peut être marrant là dans l'instant présent il n'a aucune envie de rire, bien au contraire. IL ne comprend pas vraiment comment elle a pu comprendre ça. A vrai dire il ne la comprend pas si bien qu'il l'aurait crus. IL comprend que maintenant que le fait d'être mère lui fouille profondément la trouille. Il s'en veut un peu de ne rien avoir remarqué, lui qui d'habitude ne loupe rien cette fois-ci il a loupé bien plus qu'un petit détail et il s'en veut pour ça. Il s'approche un peu plus d'elle pour la prendre contre lui, il la serre doucement contre lui et reprend très vite la parole « Ne t'en fait pas, tu n'es pas toute seule à l'assumer ce bébé » il veut vraiment lui faire comprendre qu'elle ne doit pas tout porter sur ses épaules concernant ce qui va arriver, il lui embrasse la joue avant de reprendre doucement la parole « Ne t'en fais pas tu seras une bonne mère, c'est instinctif ces choses là, et pour ta carrière tu peux très bien travailler et t'occuper du bébé, il y a beaucoup de couples qui travaillent et qui ont des enfants » Il caresse doucement le ventre d'Ea tout en esquissant un sourire puis c'est avec son ton calme, son ton totalement apaisé qu'il coupe sur léger silence « Pourquoi on y arrivera pas ? » C'est vrai pourquoi Ea ne serait elle pas capable de s'occuper de leur enfant alors que beaucoup de gens y arrivent ? Elle n'est pas plus bête qu'une autre, Keegan le sait, il sait que tout va très bien se passer, c'est pourquoi qu'il ne parle pas de l'arriver du bébé car pour lui rien ne vaut la peine de s'inquiéter. Jamais il n'aurait crus qu'Ea appréhenderait autant l'arriver du bébé, oui c'est con, ça coule de source qu'une futur mère soit angoissé lors de sa grossesse, mais pour Keegan il ne voyait aucune raison à cela. D'un côté il est content qu'il ai eu cette discussion qu'il connait les angoisses d'Ea, qu'il ai pu la rassurer, qu'il ai pu enfin comprendre ce qui se passait. « Je ferais en sorte de ne plus me mêler de tes affaires lorsqu'il s'agit du boulot » Par là il sous entendait de ne plus prendre de décision à sa place et de faire son ‘'père'' même si cela est plus fort que lui il va faire en sorte que cela ne se reproduise pas. Il comprend que cela peut être énervant pour elle, car lui aussi n'aurait pas supporté ça, sachant très bien qu'il s'agit d'un bon sentiment cela l'aurait quand même énervé. Cette nuit ou plutôt cette dispute lui a permis de prendre conscience de beaucoup de choses, de se remettre en question sur sa manière de penser, d'aborder l'avenir et surtout il a comprit qu'il doit mieux s'exprimer car Ea à tendance à se faire des films et de se faire mal toute seule en interprétant mal ce qu'elle croit avoir comprit.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ea A. McBrown
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Prend soin de [i]Pollock[/i], le golden retreiver (4 ans) de Logan, la meilleure amie de Keegan.
► Mes messages : 155
► La boite à cookies : 4484
► Date d'inscription : 01/05/2017
► Date de naissance : 13/03/1992
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t1474-ea-a-mcbrown-le-m


le petit mot doux de Ea A. McBrown qui mange un cookie le Sam 5 Aoû - 17:30 ► réponds-lui !

Pourquoi ils n'y arriveraient-ils pas ? Une simple question, mais tellement de réponses dans la tête de la jeune femme... Parce qu'il ne supporte pas comment elle est, ni vraiment ce qu'elle est. La grossesse joue, bien sûr, mais elle est impulsive, elle est caractérielle, elle s'emporte, elle prend tout au premier degré, elle n'est pas si drôle que ça, elle n'est pas sociable non plus... Il y a tellement de raisons qui feraient que ça ne marcherait pas entre eux. Il finira par se lasser, par en avoir marre -comme ce soir, à ne pas être toujours aussi patient, à ne pas prendre sur lui quand elle sera en crise de nerfs. Il n'aura pas toujours la patience de la rassurer sur ses angoisses, comme ce soir. Et un jour, il en aurait juste marre, parce que comme ce soir, il serait fatigué, et il ne réagirait même plus. A ce moment, elle comprendrait qu'elle est en train de le perdre. Cette idée n'était pas possible pour Ea, parce qu'elle était profondément amoureuse et attachée à lui. Qu'elle l'avait dans la peau, qu'il faisait partie intégrante de ses jours et de ses nuits. Il était l'homme avec lequel elle partageait ses jours, ses nuits, ses rires, ses larmes ainsi que son travail en plus de ça. Elle n'imaginait plus la vie à New-York sans lui, non, ça n'était plus possible que de penser continuer ici sans lui. Il avait prit une place bien trop importante dans sa vie désormais. Et maintenant qu'elle portait son bébé... et si un jour il voulait s'en aller ? La laisser, parce qu'il ne la supporterait plus ? Qu'est-ce qu'elle ferait avec son enfant, sans lui. A devoir partager son enfant avec lui, une semaine sur deux ? Laisser son enfant aller chez lui, seul et les imaginer ensemble, n'étant plus là pour y assister à ces moments magiques. A devoir vivre sans lui, sans son odeur, sans son réconfort, sans son traiteur, sans son petit sourire en coin, parce qu'il finirait bien à l'offrir à une autre, au fil du temps... et qu'est-ce qu'elle ferait elle, sans lui ? Qu'est-ce qu'elle allait faire avec leur enfant, quand il serait avec une autre femme, plus facile à vivre ? Cette idée lui faisait tellement de mal et jamais elle ne s'y serait cru aussi proche de cette réalité. Pour elle, elle était en train de tellement le fatiguer, qu'il allait finir par partir et elle, elle se sentait incapable de changer. Elle était comme ça, même si les sautes d'humeur augmentaient avec les hormones, elle était de nature impulsive comme ça, à s'énerver très vite, à monter le ton, à chercher la confrontation. Et lui, il était tellement patient, calme, loin de tout ça... Elle lui faisait vivre un enfer et elle le savait et elle était beaucoup plus en colère contre elle que contre lui dans le fond. Ea ne voulait pas qu'il la quitte, qu'un jour tout soit trop tard, qu'il n'ait plus de patience, plus de temps pour tout ça, et qu'il refasse sa vie avec une autre. Ce jour là, elle aurait tout perdue. La jeune femme le laissa parler, à aucun moment, il n'évoqua ce qu'elle lui avait dit à propos d'elle-même et de Praxton. Sur le fait qu'il la voyait comme une traînée, d'après ce qu'il avait pu dire. Etait-ce sincèrement ce qu'il pensait, et il n'osait pas y répondre parce qu'il sentait que s'il pensait vraiment ça, tout serait alors fini ? Ea ne savait plus quoi penser de tout ça. Son ventre lui faisait encore mal, et la chaleur de leurs deux mains dessus n'y changeait rien. Pour finir, Keegan annonça qu'il ne se mêlerait plus de son travail. Ea hocha lentement la tête. Elle voulait y croire, mais il restait tellement de questions sans réponses. Finalement, elle lança tout bas « j'ai la sensation que ça ne marchera pas non deux... » en sentant sa voix tiraillée par l'angoisse et la tristesse. « tu n'arrives déjà pas à me supporter alors que ça ne fait que quelques mois qu'on est ensemble... » avoua t-elle doucement, mais sérieusement. « J'ai l'impression d'être une mégère qui est tout le temps sur les nerfs, qui fait tout pour t'énerver, qui prend la mouche pour rien et en même temps pour moi ça me paraît tellement être important... » commença t-elle. Elle grimaça encore, bougeant un peu pour trouver une position confortable, chose qu'elle ne parvint pas à trouver. Finalement, elle se mit sur le dos en soupirant, retirant la couverture d'un geste vif. Son ventre commençait tout juste à se voir, si bien qu'il dépassait déjà un peu de dessous son haut. Ea le regarda avant de soupirer encore une fois « et bientôt je vais ressembler à une grosse baleine échouée » d'une voix triste, exagérée bien sûr. Elle fit mine de pleurer une seconde, avant de tourner sa tête vers son petit ami et elle demanda le plus sérieusement du monde « t'es vraiment sûr que c'est ce que tu veux vraiment ? Parce que quand il sera là.... on pourra plus rien y changer, tu m'auras toujours dans ta vie, ensemble ou séparés, je serai toujours là, quelque part... » et elle ne voulait pas qu'il regrette, ou qu'il en vienne à la détester, à la haïr parce qu'elle ne le supporterait pas, jamais. « J'veux pas que tu me déteste... et je sais que je vais être encore plus chiante pendant les cinq prochains mois... » avoua t-elle avant de murmurer tout bas dans un souffle presque amusé « et même après aussi... ». Sa main tomba lourdement sur le lit, du côté opposé à Keegan et elle soupira encore une fois, en posant sa tête en arrière. « J'ai mal au ventre... » avoua t-elle en grimaçant un peu. Sa main vint tout de suite reprendre sa place sur son petit ventre, caressant sa peau, comme si elle y cherchait une forme de soulagement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keegan Pratt
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Mes messages : 228
► La boite à cookies : 4899
► Date d'inscription : 18/03/2017
► Date de naissance : 17/03/1977
Voir le profil de l'utilisateur


le petit mot doux de Keegan Pratt qui mange un cookie le Mar 15 Aoû - 14:17 ► réponds-lui !

Lorsqu'elle lui dit ça, il tombe de haut, il a mal, oui il a mal qu'à la première erreur de sa part elle pense ça. Là tout de suite il voudrait se lever et partir à l'hotel, ouais ça le saoule, mais il ne veut pas lui faire du mal non il ne veut pas la laisser seule. Il le sait elle va angoisser et cela ne va rien arranger au problème. Lorsqu'elle se fait tous ces reproches, il ne dit rien, il ne comprend pas, il reste silencieux, il ne sait pas trop quoi dire, il a l'impression que s'il ouvre sa bouche il risque de dire une grosse connerie. Il ne veut pas dire une connerie après celle qu'il a fait avant, surtout qu'il sait qu'elle risque d'interpréter mal ses paroles, c'est lorsqu'elle lui dit qu'elle va ressembler à une baleine qu'il laisse échapper un petit rire amusé. Tout en lui embrassant doucement la joue il lui murmure « Dit pas de bêtises tu ressembleras jamais à une baleine » C'est lorsqu'il croise le regard de la blonde qu'il comprend tout de suite que la discussion va se faire plus sérieuse. Il le sait qu'il ne doit pas se louper là, elle lui demande s'il est sûr de lui, s'il veut vraiment rester avec elle et s'il veut vraiment cet enfant. Keegan la regarde avec un regard d'incompréhension, d'accord cet enfant n'était pas vraiment prévue, mais oui il le veut vraiment, il est un peu blessé qu'elle doute autant de lui. Oui c'est blessant, mais aussi énervant, il a l'impression qu'il a beau dire que oui il veut vraiment l'enfant et faire sa vie avec elle qu'elle trouvera toujours le moyen de douter. A vrai dire il ne sait plus trop quoi dire, il le sait, les hormones sont la principale cause de ses doutes, de ses sauts d'humeur, enfin il espère au fond de lui que ce soit la faute de ses hormones parce que sinon ça craint pour l'avenir si elle doute autant. Il lui répond d'un ton calme et posé quelques minutes après sa question « Tu me connais, tu sais que si ce n'est pas ce que je veux je te l'aurais tout de suite dis » Oui jamais il n'aurait fait semblant pour plusieurs raisons déjà parce que ça ne lui ressemble pas et aussi parce qu'on ne joue pas avec ça, un enfant n'est pas une chose que l'on prend à la légère. Très vite il reprend la parole plantant son regard azur dans celui de son interlocutrice « Je t'ai supporter durant ta formation, dans les moments où ta putain de fierté faisait face à la mienne je pense avoir passé le pire » Il esquisse un léger sourire avant de reprendre « Jamais je te detesterais, je t'aime fais moi confiance » Oui il voudrait qu'elle comprenne le message sous entendu. Il voudrait qu'elle arrête de se faire du soucis pour rien, qu'elle arrête de douter de lui, de ses sentiments il dépose un léger baiser sur les lèvres de la blonde « Tout va bien se passer » Il commence à un peu paniquer lorsqu'elle lui dit qu'elle a mal au ventre. Il pense tout de suite ai bébé, il a peur qu'il lui arrive quelque chose, mais en aucun cas il ne veut lui faire ressentir cette peur il se décolle doucement d'elle « J'appelle le docteur » Il se lève et va chercher son portable pour passer l'appel. Appel qui dure dix minutes, il remercie ce dernier avant de raccrocher. « Il arrive » Il s'assoit sur le bord du lit toujours le téléphone en main « Ça ne doit pas être trop grave, mais je préfère qu'on appelle le docteur »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ea A. McBrown
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Prend soin de [i]Pollock[/i], le golden retreiver (4 ans) de Logan, la meilleure amie de Keegan.
► Mes messages : 155
► La boite à cookies : 4484
► Date d'inscription : 01/05/2017
► Date de naissance : 13/03/1992
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t1474-ea-a-mcbrown-le-m


le petit mot doux de Ea A. McBrown qui mange un cookie le Mar 15 Aoû - 20:43 ► réponds-lui !

Ea avait la sensation d'avoir peut-être été trop loin dans ses confidences, ou plutôt, maladroite dans sa façon de le lui dire. Seulement ouais, elle avait peur et ce, à plein de niveaux et c'était normal, parce que ça ne faisait que quelques mois qu'ils étaient ensemble. C'était encore autre chose que d'avoir passé des années aux côtés de Keegan. Seulement, elle ne voulait pas qu'il comprenne mal ce qu'elle disait, elle ne voulait pas qu'il s'imagine qu'elle doute d'eux, elle ne doutait pas de lui en tous cas. Elle doutait d'elle, seulement elle. Elle avait peur de le soûler, elle avait peur de l'ennuyer, elle avait peur qu'il se lasse, elle avait peur qu'il ne supporte plus ce qu'elle est, comme elle est, où ce qui peut bien lui plaire chez elle actuellement. C'était en elle qu'elle n'avait pas confiance, c'était en elle et seulement en elle. Lentement, après l'avoir écouté parler, après l'avoir laissé l'embrasser doucement, elle fini par se tourner un peu sur le côté, la main sur son ventre et chercha ses deux pupilles azures, avant de dire « moi aussi je t'aime Keegan » tout bas. Elle passa sa main sur la joue de son petit ami. Ce genre de gestes était rares chez eux, ils n'étaient pas non plus très démonstratifs va t-on dire. Elle caressait sa peau du bout des doigts, avant de finalement le caresser de toute sa main, doucement et puis continua « et si je dis tout ça, c'est juste que j'veux pas te perdre » et elle n'en dirait pas plus. Non pas qu'elle ne le veuille pas, mais tout simplement, elle n'y parvenait pas. Elle n'arrivait pas à lui dire combien elle l'aimait, hormis le fait de lui dire qu'elle l'aimait, tout simplement. Elle aurait voulu lui dire que oui, elle avait peur de le perdre, qu'elle ne s'imaginait dorénavant plus sans lui, et que ce qu'ils étaient en train de construire, de créer ensemble, ça allait être indestructible -sous entendu un enfant- et que de s'imaginer l'élever seule, ça n'était pas son objectif. Elle ne s'était jamais imaginé maman, ni femme ; mais aujourd'hui ça devenait le cas et elle ne s'imaginait pas le vivre sans lui, Keegan. Parce qu'elle l'aimait du plus profond d'elle même et que si elle gueulait, s'emportait, de vexait comme ça, c'était parce qu'elle l'aimait bien plus fort qu'elle ne pouvait le contrôler et que les hormones n'aidaient en rien. Finalement, la douleur qu'elle ressentie dans son ventre la fit grimacer et avouer cela à son petit ami. Le jeune homme se décolla d'elle et avant qu'elle n'ait eu le temps de comprendre ce qu'il se passait, il était déjà en train d'appeler le docteur. « Keegan l'appelle pas... ça va » ouais, c'était normal d'avoir un peu mal de temps en temps, et puis la journée avait été compliquée, c'était sans doute ça, rien d'alarmant non ? Pourtant, la réaction de Keegan ne la rassurait pas, il s'était décollé, avait appelé tout de suite le médecin et même s'il essayait de lui faire croire qu'il n'était pas inquiet, elle le voyait dans ses yeux. Parce que même si cela ne faisait pas longtemps qu'ils s'aimaient, elle le connaissait et elle avait la décence, de ne pas lui dire qu'elle le voyait. Parce qu'il était fier, parce qu'il avait de l'orgueil et qu'il n'aimerait pas ce sentiment de « faiblesse » alors elle le laissa faire. Lorsqu'il revint s'asseoir sur le bord du lit, la jeune femme allongée sur le côté, vers lui, passa sa main sous sa chemise pour toucher la peau de son dos. Elle voulait du contact physique avec lui, non pas sexuel, mais juste le sentir là, avec elle. Ea resta silencieuse, caressant la peau de Keegan, et la peau de son ventre en même temps, histoire de faire passer la douleur. Finalement, serrant les dents et essayant de trouver une position confortable, la sonnette de la maison se fit entendre. Keegan se leva presque tout de suite, et elle entendit des voix masculines échanger quelques mots, avant de revoir Keegan, suivi du médecin. Elle essaya de se redresser un peu « Bonsoir docteur » « Alors Mlle McBrown, qu'est-ce qu'il se passe, vous avez des douleurs au ventre, c'est ça ? » lança t-il en s'asseyant sur le bord du lit, remontant le haut de la jeune femme, ouvrant son pantalon pour voir l'ensemble de son ventre. « Oui... j'ai des douleurs assez fortes par moment dans le bas-ventre... » « hum... » il touchait son ventre, et puis rapidement, demanda « ça arrive souvent à ce stade de la grossesse et malheureusement, ça risque de revenir... c'est généralement un coup de froid, une petite infection, rien de méchant. Je vais vous mettre sous clamoxyl pendant cinq jours » lança t-il en souriant à la jeune agent. Il sortit de sa pochette quelques feuilles en papier, ainsi que sa tablette, et il y fit quelques manipulations, écritures avant de finalement lancer « et puis si ça persiste, n'hésitez pas à m'appeler, sinon, prenez un bon bain chaud, ça vous calmera les douleurs » ajouta t-il. Le médecin sourit à Ea, et se leva, pour rejoindre Keegan qui était resté pas très loin. Ea salua son médecin et caressa son ventre, les laissant alors ensemble. Pendant ce temps, la jeune femme lu l'ordonnance qu'il venait de lui laisser. Bon, il n'y avait rien de grave alors, tout semblait être normal. Mais quelque part, oui, elle était rassurée qu'un médecin certifié lui confirme que tout allait bien, que la douleur était normale et que ça allait passer. Si ça n'avait pas été son discours, elle aurait eu très peur, forcément.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Keegan Pratt
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Mes messages : 228
► La boite à cookies : 4899
► Date d'inscription : 18/03/2017
► Date de naissance : 17/03/1977
Voir le profil de l'utilisateur


le petit mot doux de Keegan Pratt qui mange un cookie le Mar 15 Aoû - 22:32 ► réponds-lui !

Il attend le docteur portable dans les mains, il regarde le sol et reste silencieux, à vrai dire il voudrait bien la prendre contre lui, mais il a peur de lui faire à elle et au bébé, chose qu'il aurait beaucoup de mal à se le pardonner. C'est finalement Ea qui s'approche de lui, il sourit lorsqu'il sent sa peau contre la sienne, il profite de ce contact, contact qui ne dure que quelques minutes malheureusement pour lui, car très vite la sonnette retentie, très vite Keegan sort de cette bulle qu'il c'était créé et va directement ouvrir la porte. Il esquisse un sourire au docteur et l'invite à entrer tout en le saluant. Ils échangent quelques paroles avant d'entraîner le docteur dans la chambre à coucher où se trouve Ea. Il reste dans l'encadrement de la porte et laisse la jeune blonde parler avec le docteur. Il pousse un léger soupir de soulagement lorsqu'il entend que ce n'est rien de bien grave. Il est soulagé, oui c'est peut-être con, mais maintenant qu'elle est enceinte il s'inquiète beaucoup plus qu'avant, il essaie de ne pas le montrer déjà parce qu'il ne veut pas qu'elle pense qu'il la couve trop et aussi parce que sa fierté l'oblige à cacher ce genre de côté. Il raccompagne le docteur jusqu'à la porte le remerciant chaleureusement de s'être déplacer à cette heure tardive de la nuit. Il le salut une dernière fois lui souhaitant une bonne soirée avant de refermer la porte d'entrée. Content du diagnostic il décide de faire un chocolat chaud, le lait chaud fait souvent du bien, enfin c'était ce que sa mère disait, elle en faisait souvent lorsque ça n'allait pas et bizarrement après avoir bu sa tasse de chocolat chaud tout aller un peu mieux. Il sort une casserole et fait chauffer du lait, en attendant que le lait chauffe il ouvre le placard se trouvant à sa gauche au dessus de lui et sort un paquet de guimauves qu'il pose après près de lui à porter de main. Il attend que le lait chauffe se demandant ce que peut bien faire Ea pendant ce temps seule dans la chambre. Il s'inquiète un peu se demandant si son mal de ventre va passer ou si elle ne se sent pas rejeter, car faut l'avouer ce soir n'était pas très attentionné c'était même l'inverse et ça il le sait c'est pourquoi qu'il veut se rattraper. Rattraper cette soirée qui a très mal commencé comme cette journée. Une fois le lait prêt il sort deux grandes tasses et verse le lait dedans avant d'ajouter du chocolat en poudre. Ne sachant pas si cette dernière aime les guimauves dans le chocolat chaud il en ajoute seulement dans le sien. Il va poser les tasses sur la table basse en verre du salon, il dépose le sachet de guimauves à côté des tasses avant d'allumer la télé. Il retourne dans la chambre à coucher et voit Ea allongé dans le lit, elle semble pas très bien il esquisse un léger sourire avant de s'approcher d'elle, il se penche doucement vers elle pour lui chuchoter à l'oreille. « Tu ne voudrais pas venir boire un chocolat, et regarder un film avec moi ?» Il attend quelques secondes puis il se redresse en lui tendant la main tout en lui adressant un sourire « Je te laisse choisir le film » Il lui tend toujours la main en espérant qu'elle veuille bien venir.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?



le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas
 

Couverture découverte ft. Keegan


DON'T LOOSE YOUR COOKIES™ :: New York et son rythme, We do not remember days, we remember moments ! :: Dépensons à Manhattan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» La couverture miracle
» Dernière découverte dans le grand sud - Nouvelle Calédonie 2010
» Parc de découverte en Normandie
» Livre pour Sandrine, couverture
» Ce week-end, partez à la découverte des métiers d’art

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-