charlie&jesse&sky ⬗ Promis, je ne lui veux que du bien à votre fille !

Partagez | .

charlie&jesse&sky ⬗ Promis, je ne lui veux que du bien à votre fille !


DON'T LOOSE YOUR COOKIES™ :: New York et son rythme, We do not remember days, we remember moments ! :: Dépensons à Manhattan :: Le quartier de Chinatown
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Jesse A. Jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Un chat appelé Fripon.
► Mes messages : 729
► La boite à cookies : 10608
► Date d'inscription : 10/02/2017
► Date de naissance : 29/08/1988
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Jesse A. Jones qui mange un cookie le Sam 8 Juil - 13:34 ► réponds-lui !

Quelle journée... Cela faisait plus de 24h que Jesse n'avait pas fermé l'oeil. La veille il était encore à Hawaï, en vacances. A présent il était à New-York, totalement perdu. Allongé sur son lit, il essayait de se reposer mais c'était peine perdue. Il était obsédé par ce qui s'était passé quelques heures plus tôt à l'aéroport. Cela faisait vingt-huit ans qu'il considérait son père comme un héros. Pour lui il était mort en mission dans le crash de son avion... Sauf qu'en réalité, Aaron était bien vivant, trop lâche pour venir s'occuper de ses enfants. Comment avait-il pu se pointer en face de lui comme ça ?! Comme si de rien était ?! Croyait-il réellement qu'il allait lui sauter dans les bras ?! Et Madison... Elle le savait depuis des semaines ! Comment avait-elle pu lui mentir aussi longtemps ?! Il avait une totale confiance en elle et elle, elle l'avait trahi. Toute sa vie était basée sur un mensonge... Des dizaines de fois il avait rêvé de rencontrer son père. Des dizaines de fois il avait imaginé le fait qu'il ne soit pas mort. Et maintenant que c'était chose faite, il ne ressentait que de la colère. Etait-ce normal ?! Il n'en savait rien... Surement. Quoiqu'il en soit et jusqu'à nouvel ordre, il ne voulait plus adresser la parole ni à Madison, ni à Aaron. Il devait se concentrer sur quelque chose de plus joyeux. Ou plutôt sur quelqu'un... Baissant le regard sur sa valise, il esquissa un mince sourire en voyant la noix de coco, bien calée à l'intérieur. Il l'avait rapporté exprès pour Sky. Et s'il l'avait trouvé sa bulle d'oxygène ?! Avant de voir son père, il était tellement pressé de retrouver la jeune femme... Retrouvant un semblant d'énergie, le jeune pompier se redressa sur son lit. Au diable sa famille ! La petite blonde était plus importante... Passant de la colère au déni, il se leva et se dirigea vers la salle de bain. Il devait se rendre un peu plus présentable. Après une bonne douche, il enfila donc un tshirt et un jeans noir. Parfait ! Il ne lui manquait plus que les cadeaux qu'il avait rapporté d'Hawaï pour la jeune femme. Fouillant dans sa valise, il en sortit un paquet contenant une pince pour les cheveux en forme de grosse fleur blanche et bleue. Sa version du bouquet de fleurs en somme... Mais il était persuadé que ça irait très bien à Sky avec ses longs cheveux blonds et ses yeux bleus. Et bien entendu, il n'oublia pas la noix de coco. Il lui avait promis après tout... Content de lui, il sortit ensuite de son appartement et pris la direction de China Town. Ce n'était qu'à quelques rues de chez lui, il pouvait y aller à pieds. Tout en avançant, il sentit le stress monter. Il était épuisé mais ravi de pouvoir enfin revoir Sky. En espérant qu'elle soit chez elle... C'était ce qui l'inquiétait le plus. Peut-être devrait-il d'abord passer au Starbucks au cas ou ?! Non, dans le pire des cas, il l'attendrait. Après de longues minutes de marche, il finit enfin par arriver devant sa porte d'entrée. Inspirant un grand coup, il appuya sur le bouton de la sonnette. Tendant l'oreille, il crut percevoir des bruits derrière le panneau de bois. Elle devait être chez elle... Ou pas. Car lorsque la porte s'ouvrit, elle ne laissa pas apparaître Sky, mais un homme d'un certain âge. S'agissait-il de son père qu'elle avait mentionné par texto ?! Perdant un peu ses moyens, le jeune homme se demanda s'il ne ferait pas mieux de s'enfuir. Serrant la noix de coco contre lui, il dit alors simplement : « Euh... Bonjour, je m'appelle Jesse. Je venais voir Sky, est-ce qu'elle est ici ?! » Si l'homme en face de lui était effectivement le père de la jeune femme, Jesse se demanda quelle attitude serait la mieux à adopter. Il n'avait jamais eu de "beau-père". Comment réagissaient-ils face à leur "possible futur-gendre" ?! L'homme qu'il considérait comme son père avait toujours fait exprès d'être assez froid dans un premier temps avec les copains de ses soeurs... Allait-il avoir le même traitement ?! Dans tous les cas il n'en menait pas large...
Revenir en haut Aller en bas
A. Charlie McPreston
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Batman, un berger allemand tout doux
► Mes messages : 2454
► La boite à cookies : 38877
► Date d'inscription : 12/03/2017
► Date de naissance : 14/03/1991
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de A. Charlie McPreston qui mange un cookie le Sam 15 Juil - 22:49 ► réponds-lui !

JESSE & SKY & CHARLIE
Promis, je ne lui veux que du bien à votre fille !

10/07/17 - Je n'avais pas eu l'occasion de voir Sky depuis mon retour, en fait je l'avais évité pour qu'elle ne soit pas confronté à la personne que j'étais devenu. Je me faisais peur, je n'étais plus moi même et le fait que Leila ne me laisse pas beaucoup dormir n'arrangeait rien. Cette petite que j'avais ramené de Syrie illégalement devait partir en fin de soirée vers Londres pour retrouver sa grand mère - j'avais finalement écouté Charlie -. J'étais crevé, de mauvaise humeur, mais j'avais quand même décidé d'aller repeindre le plafond de Sky. Je lui avais promis et aujourd'hui était le jour pour le faire. Bon, j'avais une gamine de quelques mois dans les pattes, mais elle n'allait pas m'empêcher de faire quoi que se soit, non ? Avec le peu qu'elle avait dormi cette nuit, elle allait devoir dormir un peu maintenant. C'était beau d'y croire.
J'étais donc arrivé peu avant que Sky n'aille bosser et je m'étais installé pour faire de la peinture en silence, sans rien lui expliquer du comment du pourquoi j'avais un bébé avec moi. Elle avait du sentir que ce n'était pas le moment car elle n'avait posé aucune question. Elle m'avait tout simplement laissé me mettre au boulot. Et presque 5 heures plus tard, c'était toujours ce que je faisais. Leila avait un peu dormi, pleuré, joué, et maintenant elle prenait un biberon en poussant - un vrai canard cet enfant -. Elle devenait rouge à chaque fois qu'elle poussait et l'odeur qu'elle dégageait ne présageait rien de bon. Crap ! J'avais beau avoir le nez dans la peinture - que j'avais presque fini - j'avais l'impression que tout l'appartement puait. Deux options s'offraient à moi, soit je la changeais - au risque de mourir asphyxié - soit j'attendais le retour de Sky pour qu'elle s'en occupe... Option Sky ! Hors de question que je touche à cette bombe chimique.
Quelqu'un toqua à la porte et j'eus l'espoir de voir ma fille derrière le bout de bois, mais il s'agissait juste d'un type. D'un inconnu. D'un gamin. Mon regard le détailla de haut en bas, l'écoutant d'une oreille distraite. Il me fallut un petit moment pour piger de qui il s'agissait. Le fameux petit copain. Celui dont elle me parlait tant... Je ne m'attendais pas à le rencontrer comme ça, encore moins sans la présence de ma fille. « Elle ne va pas tarder à rentrer. » Dis je en jetant un coup d’œil à ma montre. Il n'y avait pas eu de bonjour ou de sourire, mais ce n'était pas parce que j'avais quelque chose contre ce gamin, j'étais juste dans une mauvaise passe. Je n'arrivais pas vraiment à me raccrocher à la réalité - surement pour ça aussi que j'avais étranglé Charlie dans mon sommeil -. J'étais déjà en train de reprendre mon boulot de peintre. Il me restait un coin, mais l'odeur de la petiote devenait de plus en plus dégueulasse. « Change la petite, il y a tout dans le sac. » Pire qu'une punition, je l'envoyais au combat avant même l'arrivée de Sky. Le pauvre allait devoir être fort pour changer cette couche. Moi même je n'y arrivais pas tout le temps sans être à deux doigts de vomir. Mais il ne pouvait rien me refuser dans sa position alors avouons le j'en profitais un peu. Je peignais, et du coin de l'oeil je le regardais faire. Prendre Leila et se faire assaillir par cette horrible odeur, puis la déshabiller et se rendre compte qu'il y en avait autant dans la couche que sur les habits - je n'étais pas un pro de l'habillage ou de la pose de couche -. « C'est pour quoi faire la noix de coco ? » Demandais je finalement pour engager la conversation. Je n'étais pas un sale type et j'étais plutôt content que ma fille ai trouvé quelqu'un avec qui elle se sentait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse A. Jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Un chat appelé Fripon.
► Mes messages : 729
► La boite à cookies : 10608
► Date d'inscription : 10/02/2017
► Date de naissance : 29/08/1988
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Jesse A. Jones qui mange un cookie le Dim 23 Juil - 10:15 ► réponds-lui !

Debout face au père de Sky, Jesse tentait de garder contenance. Lorsque la jeune femme lui avait parlé de son géniteur, le jeune pompier n'avait pas imaginé le rencontrer dans ces conditions. Dans son esprit, la petite blonde allait forcément être à côté de lui le jour des présentations. Rien à voir donc avec ce qui était en train de se passer. Alors qu'il se présentait, l'ex-militaire le regarda de haut en bas. Etait-il en train de comprendre qui il était ?! Sky lui avait-elle parlé de lui ?! Et si ce n'était pas le cas ?! A cette idée, il sentit ses poils se hérisser. Cependant, son intuition finit par dissiper tous ces doutes. Il n'eu le droit ni à un sourire, ni à un bonjour, ni même à une présentation. Pas de doute, l'homme en face de lui devait savoir que Jesse avait des vues sur sa fille. Déglutissant lentement, le jeune pompier pénétra donc à l'intérieur de l'appartement et ferma la porte derrière lui. S'il n'avait pas été aussi nerveux d'être en présence de son "beau-père" pour la première fois, il aurait pu apprécier l'intérieur de l'appartement de Sky. Là au lieu de ça, il jeta un coup d'oeil inquiet au cosi que lui indiquait le père de la jeune femme. Haussant un sourcil, il esquissa une légère grimace. Il n'y avait aucun doute possible sur la provenance de l'odeur qui planait dans la pièce. Allait-il sérieusement le laisser changer cette pauvre enfant ?! Il n'avait pas approché de bébé depuis la jeunesse de Sofia, sa nièce ! Cela remontait à bien plus de dix ans maintenant... « Vous... Vous êtes sûr ?! » bredouilla-t-il en reportant son attention sur l'homme. Il espérait que celui-ci lui dise qu'il plaisantait mais visiblement ce n'était pas le cas. Après avoir posé la noix de coco et le paquet cadeau sur la table, il s'approcha donc du cosi et regarda à l'intérieur. Une petite fille le regardait de ses grands yeux noirs. Elle était adorable... Mais Sky n'avait jamais parlé à Jesse d'une potentielle demi-soeur. Par conséquent, qui pouvait bien être ce bébé ?! Il se voyait mal interroger l'ex-militaire à ce sujet. Il risquait de se faire envoyer promener assez rapidement. Et puis il avait une tâche à effectuer... Fouillant dans le sac, il trouva une serviette, des lingettes et une couche. C'était tout ce qu'il lui fallait non ?! Intérieurement, il regretta que Madison ne soit pas avec lui. Oui il était en froid avec elle, mais ça ne l'empêchait pas d'avoir toujours besoin de son aînée. Il allait juste devoir apprendre à faire sans. Inspirant un bon coup, il se pencha donc pour détacher la petite et la prendre dans ses bras. Esquissant un sourire en la voyant de plus près, il ne pu s'empêcher d'être touché par ses petites joues potelées et son air ravi. Elle ne semblait pas mécontente que quelqu'un prenne enfin soin d'elle. De manière précautionneuse, il la déposa donc sur la serviette et entreprit de la déshabiller. Ce qui n'était pas une mince affaire, il fallait l'avouer. Ses vêtements étaient tellement petits... Comment pouvait-on loger dans ce genre d'habits ?! D'autant plus qu'une fois la première épaisseur enlevée, il eu une surprise et pas des moindres... Des selles, partout sur le body... Se retroussant le nez face à l'odeur et la vision, Jesse jeta un coup d'oeil assassin au père de Sky. Ou avait-il apprit à mettre une couche ?! Il croisa bien le regard de l'homme mais s'abstint de tout commentaire. S'il ne voulait pas qu'il se mette entre lui et sa fille, il avait plutôt intérêt à faire profil bas. Reportant donc son attention sur la petite, il se reconcentra sur ce qu'il avait à faire. Doucement, il déshabilla l'enfant, essayant de ne pas lui en mettre partout. Par chance il se débrouilla pas trop mal. L'odeur était infecte mais il tentait de ne pas y faire attention. La langue tirait sous la concentration, il utilisa un certain nombre de lingettes pour débarrasser la petite de toutes traces de selles. Quand il eu finit, il afficha un air fier de lui. Il avait vaincu ! Mine de rien, ça avait du bon d'avoir déjà changé Sofia par le passé... Soulagé, il fouilla dans le sac et en sortit des vêtements propres. Quelques minutes après, le bébé était propre et habillé. Le jeune homme était toujours aussi épuisé mais au moins, ça lui avait changé les idées. Prenant l'enfant dans ses bras du mieux qu'il le pouvait, il lui adressa un sourire. « Elle s'appelle comment ?! » Après tout, maintenant qu'il lui avait nettoyé les fesses, il était en droit de connaitre son prénom. Cependant, il avait encore une chose à faire : exterminer l'odeur. Attrapant la couche de sa main libre, il alla la mettre dans la poubelle avant de s'occuper des vêtements sales. Ne sachant pas quoi en faire, il les déposa dans l'évier. Sky serait peut-être mieux que lui comment gérer le problème... D'autant plus que l'homme en face de lui semblait enfin décidé à lancer la conversation. Le seul hic, c'est qu'il ne pouvait pas se permettre de lui raconter le délire qu'ils avaient eu avec sa fille concernant la noix de coco. Préférant faire dans le simple, il tourna donc la tête vers son "beau-père" pour répondre. « C'est Sky qui me l'avait demandé. Je reviens juste d'Hawaï alors je lui ai rapporté. » Un peu mal à l'aise, il se demanda s'il devait rajouter quelque chose. « Elle m'a dit que vous êtiez originaire de là bas ?! » osa-t-il prudemment. Au moins, ça s'était un sujet sans risque pour lui. Enfin du moins, il l'espérait... Attendant la réponse, il se mit à jouer avec la petite de sa main libre, histoire de se donner contenance.
Revenir en haut Aller en bas
A. Charlie McPreston
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Batman, un berger allemand tout doux
► Mes messages : 2454
► La boite à cookies : 38877
► Date d'inscription : 12/03/2017
► Date de naissance : 14/03/1991
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de A. Charlie McPreston qui mange un cookie le Lun 24 Juil - 21:11 ► réponds-lui !

JESSE & SKY & CHARLIE
Promis, je ne lui veux que du bien à votre fille !

C'était compliqué en ce moment pour moi. Je n'avais jamais été dans un état semblable à celui là. J'avais pourtant connu de nombreuses femmes, mais jamais aucune d'elles n'avaient laissé un vide comme Charlie l'avait fait. Elle me manquait et en même temps je me rendais compte qu'elle était bien mieux sans moi, j'étais descendu à un niveau qui n'était plus en adéquation avec la vie que j'aurais voulu avoir avec elle. Il fallait qu'elle avance et que je fasse quelque chose pour retrouver un semblant de vie sans elle. Ouais, il fallait que j'apprenne à vivre sans ma Charlie. Que j'arrête d'aller acheter des cronuts le vendredi soir, que je n'achète plus son thé en passant à Starbucks, que je ne me sente plus obligé de fréquenter des restaurants servants des plats végétariens. Ma vie devait redevenir comme avant, avant le passage de ma magnifique ex femme.
Je m'étais invité chez ma fille pour lui repeindre son plafond - qui en avait bien besoin - et alors que j'avais presque fini, quelqu'un était venu toquer à la porte. Je n'avais pas très envie de voir du monde, en fait même la présence de Leila me dépassait, mais je me força à aller ouvrir quand même. Je fus assez surpris de voir un homme, plutôt jeune, noix de coco à la main. Jesse pensais-je en m'écartant pour le laisser passer. Je n'avais pas spécialement envie de le voir/rencontrer aujourd'hui, mais je n'avais pas non plus le droit de lui refuser l'accès au studio de sa copine. Puis il allait peut être me servir à quelque chose. Leila sentait vraiment mauvais, elle avait besoin d'être changé et il allait s'en occuper. Je lui proposa, ok imposa cette mission et malgré une légère hésitation il accepta. Je le regardais du coin de l'oeil, pas que je n'avais pas confiance, mais Leila avait tendance à beaucoup pleurer, je voulais voir comment il s'en sortait. Il prit la petite et l'installa sur le canapé après avoir pris ce qu'il fallait pour la changer. Il faisait les choses lentement, mais la petite semblait se laisser faire, elle babillait avec lui, lui faisait des sourires - j'en étais presque jaloux -. Jesse lui retira la couche puante, non sans grimacer et du lui retirer son body qui était à présent sale. Le petit jeune la changea et la rhabilla sans qu'il n'y ai eu un seul pleure, et en plus grâce à lui je savais à présent qu'il fallait faire ressortir les volants de la couche, pas les glisser à l'intérieur - j'avais la solution à tous mes accidents de couches des jours précédents -. « Leila. » Lui répondis-je en descendant de l'escabeau lorsqu'il me demanda le prénom de l'enfant. J'avais enfin fini de peindre et maintenant je me retrouvais avec ces deux là. Il allait falloir que je fasse un effort. « Merci. » Ok, plus que ça Charlie ! « Merci de l'avoir changé. Je ne sais jamais trop comment faire, elle se tortille toujours dans tous les sens avec moi. » Je me dirigeais vers l'évier pour me laver quand je vis le body sale dedans. Je le pris alors du bout des doigts pour le mettre à la poubelle en me promettant de la sortir avant de partir. Leila partait ce soir, elle n'aurait plus besoin de tous ces petits vêtements que j'avais rassemblé pour elle.
L'ayant lancé sur le sujet des cadeaux qu'il avait ramené à ma fille, je fus soulagé de voir qu'il répondait de manière simple. Il m'expliqua qu'elle lui avait demandé et enchaina sur le fait que je venais d'Hawai. Elle lui avait donc parlé de moi... Sans trop savoir pourquoi, ni comment, je me détendis un peu et je me mis à lui parler de mon île natale. « Ca me manque parfois de ne plus y être. Vous avez de la famille là bas ? » Wow, une phrase construite, longue, et pour apprendre à le connaitre, je méritais bien un bon point pour ça. Et lui aussi d'ailleurs, car Leila était dans ses bras et elle ne pipait pas mot, elle était calme, souriante. Il semblait avoir ça dans le sang... Crap !! Hors de question qu'il fasse des mômes à ma gamine avant aux moins 10 ans. Ok, il ne servait à rien de paniquer, pour le moment Sky m'avait assuré qu'elle était vierge, c'était une bonne gamine et elle allait le rester longtemps. Il le fallait pour ne pas que je devienne complètement fou. Elle était ma stabilité et ce n'était pas ce petit idiot qui allait tout ruiner.
« Depuis quand tu connais ma fille ? » J'avais bien appuyé sur le "ma", pour qu'il sente qu'il n'était pas tout à fait le bienvenu. Je commençais un interrogatoire et je n'étais clairement pas le plus doux en la matière.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse A. Jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Un chat appelé Fripon.
► Mes messages : 729
► La boite à cookies : 10608
► Date d'inscription : 10/02/2017
► Date de naissance : 29/08/1988
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Jesse A. Jones qui mange un cookie le Lun 31 Juil - 10:02 ► réponds-lui !

Leila ?! Beau prénom. Au moins il allait pouvoir mettre un nom sur ce joli petit minois. Tout en jouant avec elle de sa main libre, il lui adressa des sourires amusés. Il n'était pas sûr de la tenir vraiment comme il fallait mais elle ne disait rien, c'est que ça devait lui convenir. Ou il l'espérait du moins... Ça faisait tellement d'années que Sofia était trop lourde pour qu'on la porte ! Il avait perdu les techniques de base depuis cette époque. Quoiqu'il en soit, il dû détacher son attention du bébé pour la porter sur Charlie qui s'adressait à lui. Visiblement il semblait se dérider quelque peu, allant presque jusqu'à entamer la conversation. Jesse venait-il de rêver où l'avait-il remercié et complimenté indirectement sur ce qu'il venait de faire ?! Haussant légèrement les épaules, il expliqua alors simplement : « J'ai une nièce qui a eu cet âge là un jour... » Même si elle avait grandit bien trop vite à son gout. Il avait à peine eu le temps de la voir avec des couches qu'elle embrassait déjà des garçons. Le temps ne pourrait-il pas se stopper parfois ?! Baissant une nouvelle fois la tête, il vérifia que la petite ne veuille quitter ses bras pour retourner dans son cosi. Elle commençait peut-être à fatiguer... Ou pas. Les yeux rivés sur lui, elle gazouillait gaiement. Intérieurement, il se dit que la situation commençait peut-être à sentir mauvais pour lui. A présent, il était persuadé que s'il la posait, elle allait se remettre à pleurer. D'habitude il les faisait craquer lorsqu'elles avaient quelques années de plus... Mais ça, il se garda bien de le mentionner à Charlie. Au lieu de ça, il regarda son "beau-père" se laver les mains. « L'ex-fiancé de ma soeur a sa famille là bas. Le mariage devait avoir lieu pendant nos vacances mais il a été annulé. » Inutile de rentrer dans les détails des histoires de famille. D'autant plus que penser à sa soeur lui provoquait un pincement au coeur. La scène qui s'était déroulée quelques heures plus tôt à l'aéroport était encore bien trop présente dans son esprit. Son père... En vie... Non, non, il devait penser à autre chose. Et Charlie se chargea très bien de l'aider pour ça. S'avançant vers lui, il passa à l'offensive. Le ton qu'il utilisa ne laissa aucun doute au jeune pompier : il allait subir un interrogatoire. Peut-être devrait-il poser Leïla et s'enfuir en courant en réalité ?! Ça serait plus prudent. Mais dans ce cas, il ne serait pas heureux avec Sky. Il fallait qu'il passe l'étape du beau-père pour que leur relation soit harmonieuse. Soutenant le regard de Charlie, il répondit sûr un ton qui se voulait sur de lui. Bah oui, le tout c'était d'y croire... « Depuis bientôt trois semaines. Je l'ai rencontré au Starbuck. » Devait-il en rajouter ou était-ce suffisant ?! Sans savoir pourquoi, il était persuadé que l'ancien militaire n'en avait pas fini avec lui. Cela dit, s'il avait engendré une jeune femme comme Sky, il ne pouvait pas être si mauvais que ça, c'était mathématique. Un peu plus hésitant, le jeune homme tenta de se montrer rassurant. « Et si vous vous inquiétez à ce sujet, je n'ai pas l'intention de faire de la peine à votre fille. Elle est différente des autres et je tiens à elle. » C'était un bon résumé de la situation. En tant que père, il n'était pas persuadé que Charlie en croit un mot mais au moins, c'était dit. Son regard toujours posé sur l'homme en face de lui, Jesse était bien décidé à ne pas le détourner. Certes ça faisait un peu le jeune coq qui voulait prendre la place de l'ancien mais ce n'était pas lui qui avait commencé.
Revenir en haut Aller en bas
Sky K. McPreston-Jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Fondatrice
► Ami à poil : Je viens d'adopter un chat abandonné, Window ! Noire à reflets brun, une vraie perle !
► Mes messages : 1714
► La boite à cookies : 23564
► Date d'inscription : 24/04/2017
► Date de naissance : 10/01/1989
Fondatrice
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Sky K. McPreston-Jones qui mange un cookie le Lun 31 Juil - 11:29 ► réponds-lui !

C’était triste de passer une après-midi avec la présence d’une personne qui abuse clairement de l’alcool pour aller mieux. Dans le fond, j’étais de plus en plus inquiète au fil des heures. C’est con, hein ? Mais je n’avais jamais été dans un avion. On risque de crasher ? Non. Peut-être. Après quelques verres. Un ou deux. Je rentrais. Oui. Oui. J’avais deux cosmopolitans. Je me sentais mine de rien un peu joyeuse mais juste un peu. Pourtant je m’inquiétais toujours. Je ramenais ma meilleure amie chez elle avant de rentrer. Je prenais le métro pour cette occasion. Je regardais mes messages. Je regardais les infos. Un crash d’Hawaï ? Non. Rien. Je paniquais toujours pourtant je ne me résolvais pas à lui envoyer un message. Une part de moi ne voulait pas montrer que je m’inquiétais. J’avais bien crue comprendre qu’il avait déjà peur à cause de son métier. Il faudrait en plus que je me décide de lui dire pour ma leucémie. Un jour. Peut-être. M’abandonnerait-il s’il le savait ? Je n’en savais rien. J’allais aussitôt faire un peu de courses. Mon frigo était vide comme l’âme d’un démon enfin non le cœur d’un démon. Je prenais également un petit jouet de dentition pour ce bébé qui était avec mon père. J’avais bien remarquée qu’il s’agitait beaucoup ce petit loup enfin cette petite fille. Elle devait avoir besoin de mordiller. Celui qu’elle avait ne semblait pas si idéal. Je n’étais même pas sûre que cela soit celui dont elle avait besoin. Une fois chargée de deux sacs, ce n’était pas bien loin. Juste en face. Je les posais sur les marches de ma porte. J’ouvrais celle-ci. Il restait encore quelques marches à l’intérieur pour arriver au second étage. Je faisais donc ceci. Je n’avais pas à ouvrir la porte encore ouverte apparemment. Il fallait fermer de l’intérieur pour que ça soit bien verrouillé mais il était assez grand pour se défendre après tout. « Daddy ? », prononçais-je alors pour vérifier qu’il soit bien là tandis que je poussais la porte. Ce n’était pas bien grand. Un studio assez grand, certes et espacé mais une partie de mon atelier avec déjà pas mal de robe pour le défilé qui se préparaient. Une partie avec un grand lit assez bien équipé. Un peu trop de coussins quand même. Roh j’aime être cosy. Un canapé, une cuisine enfin normal. Et des briques rouges. Et puis surprise. Deux coqs. Cela m’amusait. Je ne cachais pas du tout mon sourire alors que je le voyais. Lui pas Daddy. Roh j’aime papa quand même mais lui, je l’avais déjà vu ce matin. Je ne savais pas quoi faire par contre. Bah ouais. Je restais plantée avec mes sacs. Merde, il est mignon avec un bébé en main. Et qu’est-ce qu’il fait le papa coq avec son regard sévère ? Non mais je vous jure. Je penchais la tête, fronçant les sourcils en ne lâchant pas mon sourire. « Je ressors le temps que vous finissiez ? », demandais-je alors sur un ton léger. Je leur offrais un sourire. Je me demandais comment j’allais faire pour me retenir de l’embrasser. Oui. J’en avais envie. Peut-être pas comme Ellie le disait avec le partout partout et la langue. Non mais c’est tôt quand même. Pas pour elle. Elle est différente. Je ne suis pas Ellie. « Ne vous arrêtez pas pour moi, voyons ! », soufflais-je avec un léger ton taquin dans la voix. Je me rapprochais en posant les sacs sur l’îlot de mon coin cuisine. J’allais vers le sac du bébé, j’attrapais un biberon de lait pour aller le mettre à réchauffer dans une casserole d’eau déjà prête. Je prenais le petit jouet à mordiller. Je retirais l’emballage et le passais alors sous l’eau. Une odeur de couche un peu partout proche de la poubelle. J’arquais un sourcil avant de secouer la tête. J’attrapais les quelques aliments qui devaient aller dans le frigo et le congélateur pour les y ranger. Je posais mon regard sur Charlie, un petit air du genre : sois gentil. Je m’approchais de Jesse. Lui souriant. Rougissant. Bon dieu, toutes les choses qu’on avait dites en message me revenaient. « Heyyyyy… t’aurais pu me dire que t’étais en un morceau, vivant et surtout à New York. Je m’inquiétais ! », lui grondais-je alors, oui devant Charlie. Même pas honte. Je souriais aussitôt en haussant les épaules. « Je suis rassurée maintenant… », je regardais Charlie en souriant. « Ranges ta crête grand coq… », lui lâchais-je alors. Un peu par maladresse, je voulais lui mettre la main au dos mais… elle allait un peu plus bas. Vous voyez ce plus bas que tout le monde adore chez lui. Je la retirais presque aussi vite. Voyons jeune fille. Il y a votre papa juste avec vous. Je regardais l’un comme l’autre avec un petit sourire timide. « On va vous laisser papoter entre hommes… », lâchais-je en riant avant de lui prendre le bébé des bras. Je riais doucement à ce que je venais de dire. J’attrapais donc le bébé, le chatouillant un peu pour profiter de son rire cristallin. J’adorais le rire des bébés. C’est dingue. J’adore ça. En voulais-je ? J’étais clairement trop jeune pour y penser. « Mince… je n’ai pas de pop corn… », lâchais-je aussitôt. Lâchais-je avant de serrer le bébé contre moi, la tête bien posée dans son cou pour ainsi dire ma poitrine… Bon ça… c’est un bébé, il se rapproche du tire-lait. Je lui donnais le petit jouet à mordiller en étant toute douce avec lui. Je relevais le regard vers les coqs. Amusée.

_________________

Handle bars, and then I let go, let go for anyone ! Take me in, and throw out my heart and get a new one, next thing we're touching. You look at me it's like you hit me with lightning ! Oh, everybody's starry eyed and everybody goes and my body goes ! So we burst into colors, colors and carousels, fall head first like paper planes in playground games. Next thing we're touching, You look at me it's like you hit me with lightning…
Revenir en haut Aller en bas
A. Charlie McPreston
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Batman, un berger allemand tout doux
► Mes messages : 2454
► La boite à cookies : 38877
► Date d'inscription : 12/03/2017
► Date de naissance : 14/03/1991
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de A. Charlie McPreston qui mange un cookie le Ven 4 Aoû - 21:55 ► réponds-lui !

JESSE & SKY & CHARLIE
Promis, je ne lui veux que du bien à votre fille !

Jesse s'en sortait étonnamment bien avec Leila. Il m'avait donné pour excuse qu'il avait une nièce qui avait eu cet âge un jour, mais j'étais aussi le tonton de quatre enfants, dont un encore très jeune et pourtant je n'étais pas aussi à l'aise. Il avait surement un don, ou une autre connerie comme ça... Ouais ou peut être qu'il était spécial et que c'était la raison pour laquelle Sky l'avait choisi lui et pas un autre. Ça et le fait qu'il avait une gueule pas trop dégueulasse.
Mais ça ne m'empêchait pas de vouloir le tester, le pousser dans ses retranchements pour voir comment il réagirait. C'était comme ça que ça fonctionnait dans l'armée et je reproduisais simplement la méthode pour m'assurer de ses bonnes intentions envers ma précieuse Baby Girl. D'ailleurs en parlant d'elle, celle ci débarqua juste après que Mister Jesse m'ait balancé la phrase type du 'je vais pas la blesser blablabla...'. Sa présence avait illuminé la pièce et d'un coup j'avais retrouvé un petit sourire au coin des lèvres. Elle s'amusait de la situation, ça se voyait et à sa place j'aurais été pareil. Sky tenait à nous laisser parler un peu plus longtemps entre hommes, et personnellement j'aurais préféré qu'elle reste avec nous, au milieu, mais elle était diabolique. Elle devait tenir ça de sa mère. En fait ma fille ne revint que pour trois choses. La première, nous prendre Leila. La deuxième, toucher le postérieur de son mec. Et la troisième, me dire ranger ma crête. Elle abusait ! Surtout pour le toucher de fesses devant moi. Alors à peine était elle à nouveau dans la cuisine que je lançais un regard noir à Jesse. Ce n'était pas sa faute à lui, mais il aurait pu - et du - dire non, la repousser. « J'espère bien que tu ne lui feras jamais de peine. Si ça devait arriver, tu le regretterais amèrement. » Pas que je le cognerais ou quoi que se soit de ce genre, mais s'il venait à blesser ma fille et qu'il la perdait, il passerait à côté d'une chance extra ordinaire. Sky était vraiment unique en son genre. « Elle est géniale. » Ce qui signifiait pour les 'traducteurs de Charlie', que Sky n'était pas remplaçable. Qu'il avait intérêt à tout faire pour la garder.
En fait je n'étais pas si dur avec le mec de ma fille. J'avais presque l'impression de l'encourager à être avec elle, à bien faire les choses. C'était la première fois que je la voyais avec un mec, mais il n'était pas si mal. Il avait le potentiel pour avoir un futur avec ma gamine. Oui oui... Puis je les avais vu tous les deux avec Leila et ils s'en sortaient bien. Ils étaient plutôt bien foutus, j'étais persuadé qu'ils pourraient faire de jolis bébés. Fin pas maintenant, dans deux ou trois décennies, mais l'idée ne me donnait pas envie de vomir. Gosh, je ne pouvais définitivement pas laisser Jesse penser que je l'appréciais, même un peu. « Si elle devait souffrir un jour par ta faute, sache que je suis armé. » Une petite menace pour la route.
Revenir en haut Aller en bas
Jesse A. Jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Un chat appelé Fripon.
► Mes messages : 729
► La boite à cookies : 10608
► Date d'inscription : 10/02/2017
► Date de naissance : 29/08/1988
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Jesse A. Jones qui mange un cookie le Mer 9 Aoû - 14:02 ► réponds-lui !

Bien qu'il ne soit pas d'une taille particulièrement imposante à côté de Jesse, ce dernier était tout de même impressionné par son beau-père. C'était comme s'il était en position de faiblesse vis à vis de lui. Quoi de plus normal après tout ?! Charlie était plus âgé que lui et quoiqu'il fasse, il était et resterait toujours le père de Sky. Comment pourrait-il rivaliser avec ça ?! En revanche, il pouvait toujours lui prouver qu'il était celui qu'il fallait pour sa fille. Car ça, Jesse en était sûr et certain. Même s'il manquait encore un peu de confiance en lui en matière de couple, il n'en restait pas moins qu'il savait qu'il pourrait rendre sa petite-amie heureuse. Certes il la connaissait depuis peu, mais elle avait déjà réussi à lui faire chavirer le coeur. Et d'ailleurs, quand on parlait du loup... Il venait à peine de déclarer à Charlie qu'il ne faisait jamais de mal que Sky quand celle-ci débarqua dans l'appartement. Quand il entendit sa voix, le jeune pompier tourna aussitôt la tête vers elle, un sourire bien présent sur le visage. Elle lui avait tellement manqué pendant ses vacances. Plus qu'il ne l'aurait cru. Et si l'ancien militaire n'avait pas été là, il n'aurait pas hésité une seule seconde à se précipiter sur elle pour la serrer dans ses bras. Mais là, pour des raisons de sécurité, il préféra garder ses distances. Sky s'amusait de la situation, c'était bien visible. Mais comment lui en vouloir ?! Affichant un petit air désolé en entendant sa remontrance, il répondit aussitôt : « Excuses moi, j'ai pas l'habitude encore... » Habituellement, les deux personnes à qui il devait donner des nouvelles sous peine de se faire incendier, c'était sa mère et Madison. Or il devait bien reconnaitre que ce jour-là, il avait eu sa dose de famille... Quoiqu'il en soit, le fait de voir Sky sourire le rassura aussitôt. Au moins elle ne lui en voulait pas. Et sans le faire exprès, elle eu un geste plutôt... déplacé, en présence de Charlie. Quand il sentit la main de la jeune femme sur ses fesses, Jesse écarquilla légèrement les yeux avant d'afficher un air gêné. S'ils avaient été que tous les deux, il aurait apprécié avec plaisir la sensation de sa main sur son postérieur, mais là il devait bien reconnaitre que la présence de son beau-père dans la pièce le refroidissait quelque peu. Sans rien ajouter, il la laissa donc prendre Laïla. Bon Dieu, qu'est-ce qu'elle était mignonne avec un bébé dans les bras ! Pendant plusieurs secondes il fut dans l'incapacité de bouger, se contentant juste de l'observer. Si elle n'avait que vingt-deux ans, lui en revanche de son côté venait d'en avoir vingt-huit. Rien d'étonnant donc à ce que voir sa copine avec un enfant dans les bras le travaille quelque peu. Attendri, il en aurait presque oublié la présence de Charlie dans la pièce. Malheureusement elle finit par se diriger vers la cuisine et après avoir laissé son regard vagabonder sur la face arrière de son anatomie, il du se résoudre à le reporter sur Charlie. Forcément, la vision n'était pas la même... L'écoutant parler sans broncher, il esquissa un sourire en coin. « Oui, ça je m'en étais aperçu... » Comment aurait-il pu ne pas le voir qu'elle était géniale ?! C'était bien pour ça qu'il était en train de tomber amoureux d'elle d'ailleurs. Mais il se garda bien d'ajouter quoique ce soit. D'autant plus que l'ancien militaire cru bon de le mettre en garde s'il venait à blesser sa fille. Bien qu'il ne baissa pas le regard, Jesse avala difficilement sa salive. « Compris. » Mieux valait faire court. Inutile de l'énerver. D'ailleurs, autant battre en retraite... « Je vais aller voir si Sky a besoin d'aide... » Et sans attendre il prit la direction de la cuisine. Quand il vit la jeune femme il tenta de lui adresser un sourire, mais il n'était pas vraiment convainquant. Posant une main sur sa hanche, il se pencha pour lui demander discrètement près de son oreille : « Il a une arme ton père ?! » Autant être sûr après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Sky K. McPreston-Jones
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
Fondatrice
► Ami à poil : Je viens d'adopter un chat abandonné, Window ! Noire à reflets brun, une vraie perle !
► Mes messages : 1714
► La boite à cookies : 23564
► Date d'inscription : 24/04/2017
► Date de naissance : 10/01/1989
Fondatrice
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de Sky K. McPreston-Jones qui mange un cookie le Dim 20 Aoû - 22:42 ► réponds-lui !

Alors que Jesse s’excusait, je lui souriais en trémoussant mon petit nez. Tout simplement. Je ne lui en voulais pas. Tellement pas que j’avais envie de l’embrasser. Vraiment. Même devant mon père ? Non. C’est pour cela que je ne le faisais pas. Pas du tout. Je le voulais pourtant. Et merde… pourquoi il est aussi attirant aussi ? Mais je prenais l’enfant et j’allais m’en occuper dans la cuisine sagement qu’elle est ouverte sur tout comme c’est un studio pas si grand avec seulement une salle de bain. Le lit par ici. Une table par là. L’atelier de l’autre côté. On avait tout à portée de main. C’était assez grand mais pas assez pour que je n’entende pas leur conversation. Sont-ils bêtes les hommes pour penser que je suis aveugle ou sourde. Un peu comme Riley. Voila. Je m’amusais beaucoup, je faisais comme si je n’entendais rien. Je souriais doucement. Je suis géniale ? Je regardais le petit bout en lui souriant. Leila sur mon flan et mon autre main fouillant doucement pour trouver de quoi préparer un diner, je relevais le regard vers Jesse qui arrivait. Je savais surtout qu’il allait arriver. Je rougissais aussitôt à cette main posée sur ma hanche. Zut, un contact que j’avais désirée mais j’aurais tellement aimée qu’il arrive loin des yeux protecteur de mon père. Je riais aussitôt à son murmure. Oui, c’était plus fort que moi. Je penchais la tête vers l’arrière en le regardant. Merde, yeux à lèvres, je relevais le regard vers ses yeux. « Yep ! », lui disais-je aussitôt avant de lui donner le couteau que j’avais dans les mains. Je me pinçais les lèvres en souriant. « Tu sais couper des légumes ? », lui demandais-je aussitôt. C’était une façon explicite de lui dire qu’il pouvait m’aider à couper les légumes. J’allais aussitôt vers la poêle ou chauffait le biberon. Je le retirais pour le tester sur mon poignet. « Papa… il faudrait quand même me dire pourquoi tu as un bébé dans les pattes quand même… Je veux bien jouer à la nounou mais… tu as l’air de ne pas savoir comment on joue à la poupée ! », lui disais-je en fronçant un sourcils tandis que je donnais le biberon à ce petit ange. Je retournais alors prés de Charlie pour lui donner et donc le laisser s’occuper du bébé à son tour. C’est bon, c’est le sien. Qu’il s’en charge un peu. « Rattrapes les 22 ans perdues ! », disais-je alors avant de me mettre au centre de la pièce entre eux. « Vous restez pour diner ? », demandais-je alors. Lequel des deux allait s’enfuir en premier ?

_________________

Handle bars, and then I let go, let go for anyone ! Take me in, and throw out my heart and get a new one, next thing we're touching. You look at me it's like you hit me with lightning ! Oh, everybody's starry eyed and everybody goes and my body goes ! So we burst into colors, colors and carousels, fall head first like paper planes in playground games. Next thing we're touching, You look at me it's like you hit me with lightning…
Revenir en haut Aller en bas
A. Charlie McPreston
à la classe New Yorkaise apparement
avatar
► Ami à poil : Batman, un berger allemand tout doux
► Mes messages : 2454
► La boite à cookies : 38877
► Date d'inscription : 12/03/2017
► Date de naissance : 14/03/1991
Voir le profil de l'utilisateur
le petit mot doux de A. Charlie McPreston qui mange un cookie le Lun 28 Aoû - 10:31 ► réponds-lui !

JESSE & SKY & CHARLIE
Promis, je ne lui veux que du bien à votre fille !

Sky et Jesse. J'aimais bien Jesse en tant qu'homme, mais aussi en tant que petit copain de ma fille, je voulais juste le mettre en garde s'il lui venait la mauvaise idée de la faire souffrir. J'avais comme l'impression qu'il était sa première vrai grande histoire d'amour et je voulais que ça se passe bien - qu'elle lui brise le cœur ou que ça fonctionne, pas qu'il la détruise -. Je faisais le papa ours, alors qu'au fond j'avais quand même envie de sourire. Le jeune homme finit même par me fuir *oups* et il alla retrouver Sky qui s'occupait de Leila dans la cuisine. Il formait quand même un beau petit couple. Peut être même une belle petite famille un jour - pas tout de suite, je n'étais pas prêt à être papi -. Je les observais de loin et ça me plaisait assez. L'ambiance était tranquille et c'était presque normal. Ouais, presque. Parce que quand Sky revint vers moi avec Leila et le biberon, la réalité me rattrapa. Je devais m'occuper de la petite, gérer comme elle me le faisait si bien remarquer, mais aussi ne pas trop m'attacher à cette crevette. « C'est une longue histoire, mais demain elle part retrouver sa grand mère à Londres, donc c'est tout bon. » Merci Charlie, elle était celle qui m'avait remis les idées en place. Je ne sais pas ce qu'il m'était passé par la tête quand j'avais fait entrer un bébé - même pas le mien - illégalement sur le territoire. Bon, c'était presque fini et tout allait bien se terminer pour tout le monde. J'allais pouvoir dormir !!!
Leila prenait son biberon et s'endormait dessus - parce que c'était tellement mieux de dormir quand ce n'était pas le moment de dormir - quand Sky proposa de rester manger. J'en avais envie. Vraiment envie. Mais mon regard se porta sur Jesse pour voir sa réaction. Il était venu là sans savoir que j'étais présent, il avait peut être envie de me foutre dehors pour être un peu seul avec sa copine. « Je reste seulement s'il y a de la viande. » Dis-je finalement. Même si en réalité la viande n'était pas très importante, j'avais vécu avec une végétarienne alors j'étais habitué. Les plats végétariens étaient même plutôt bons en général. « Je peux aider ? »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas

charlie&jesse&sky ⬗ Promis, je ne lui veux que du bien à votre fille !


Aller à la page : 1, 2  Suivant Page 1 sur 2

 Sujets similaires

-
» comme promis, voici des photos de ma collection!!
» Jesse : le chien qui vous aide à domicile
» La 1ère fois que la voix de Charlie Chaplin fut entendue au cinéma
» Charlie sur le bucher
» je m'étais promis....je suis irrécupérable ;)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-