comme on tourne en prison, comme on zone sous la pluie.

Partagez | .
 

comme on tourne en prison, comme on zone sous la pluie.


DON'T LOOSE YOUR COOKIES™ :: New York et son rythme, We do not remember days, we remember moments ! :: Dépensons à Manhattan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Eken L. North-Ziegler
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Un bébé chien de prairie, + un chiot. (Attila et Adamante.)
► Mes messages : 63
► La boite à cookies : 1008
► Date d'inscription : 24/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Administratrice

Administratrice
le petit mot doux de Eken L. North-Ziegler qui mange un cookie le Sam 17 Juin - 17:48 ► réponds-lui !

Comme on tourne en prison Comme on zone sous la pluie
T'en auras marre des rois Tu voudras plus des reines
Tu chercheras tes pas Mais ce sera plus la peine


Il pleuvait, ce jour-là. Les gens couraient. Les chats ne sortaient pas. Moi je sortais. J'avais réussi à arriver jusqu'ici. J'avais des moyens, moi aussi. Je n'étais pas si bonne à rien. Enfin... Je ne savais pas vraiment s'il fallait m'en vanter. Je soupirais en regardant les gens en costards, leur cravate joliment nouée autour du cou. Je n'avais qu'une envie. Tirer dessus pour les emmerder un peu. J'étais qu'une gamine mal élevée, au fond, et je n'allais pas changer. Pas maintenant. Pas tant que ma croissance n'était pas finie. Pas tant que je n'avais pas réussi à conquérir entièrement Henry. Je devais être sa fille. C'était écrit. En tout cas, dans mon esprit. J'avais un drôle d'esprit, moi. Je le trouvais tellement chouette qu'il ne pouvait pas en être autrement. Je n'avais que treize ans, mais je me débrouillais déjà toute seule. Je savais faire le riz cantonais, les sushis et les nuggets de poulet. Pour ça, suffit de les disposer précautionneusement dans la poele et d'allumer le feu en dessous. C'est compliqué. Oui. Et j'en étais fière. Une fois seulement, je m'étais brûlée la main. Mais rien de bien grave. Moi je tenais debout, sous la pluie, je n'avais ni parapluie ni K-way. Je n'avais que ma pauvre vieille capuche de sweet qui me couvrait légèrement. Mais de la pluie, moi je me ris. Je n'avais aucun soucis avec elle. On était presque devenus intimes, elle et moi. Combien de fois déjà avais-je couru par temps d'orage sans que les gouttes glacées dans mon cou ne me dérangent. Je n'avais pas d'intérêt à tomber malade, j'allais surtout faire chier mon père de substitution qui ne voulait pas en être un. J'allais et je venais, je faisais les cent pas, ou plutôt, les mille. Je cherchais peut-être une énième connerie à faire. Je ne pouvais pas m'en empêcher, je vivais de ça, je vivais comme ça, je vivais pour ça. Je ne savais plus faire autre chose que de voler. J'avais ce petit côté kleptomane qui me faisait du tort. Mais je ne m'étais pas souvent fait prendre. Pas pour me vanter, mais j'étais déjà une as. Ou pas. Mais ce n'était pas un problème pour moi. Rien ne m'arrêtait. Rien. Pas même moi. Pas la pluie. Pas Henry. Pas sa copine. Personne. Plus personne n'allait pouvoir me contrôler et refreiner ce besoin que j'avais. L'adrénaline. Je m'approchais des gens, assis seuls dans les cafés. Je faisais mine de perdre quelque chose, je me baissais, j'en profitais pour fourrer ma main dans leur poche. Facile. Les vestes sont amples, aujourd'hui. Les anoraks, aussi. Je ne voulais pas voler de bijoux. Mais pourtant, j'en avais une grande envie, à cet instant. Je voulais offrir un bijou à Henry. Il pourrait la donner à sa copine. Je savais bien qu'il avait de quoi lui en offrir, en tout cas je le pensais. Mais si ça venait de moi, peut-être m'accepterait-il vraiment en tant que fille. Et peut-être que ça pourrait nous lier à jamais. C'est con, pas vrai ? Je plongeais ma main dans les sacs dès que le propriétaire tournait la tête. Souvent, je ne trouvais rien. Rien de bien intéressant. Rien qui puisse attiser ma curiosité. Peut-être que si je me faisais prendre, j'allais prendre cher. Mais je m'en fichais pas mal. C'était plus qu'une passion, plus qu'une simple envie. C'était ma raison d'exister. J'entendais pourtant des pas plus loin, je ne m'en préoccupais pas vraiment. Il y'avait sûrement des explications à mon début de délinquance. Je n'avais sûrement pas été aimée assez, comme on dit. Comme on dit à chaque enfant orphelin, à chaque enfant qui a manqué d'amour maternel trop tôt.

_________________
    You shout it out, But I can't hear a word you say I'm talking loud not saying much. I'm criticized, but all your bullets ricochet. I'm bulletproof, nothing to lose Fire away, fire away. You shoot me down, but I won't fall.
Revenir en haut Aller en bas
 

comme on tourne en prison, comme on zone sous la pluie.


DON'T LOOSE YOUR COOKIES™ :: New York et son rythme, We do not remember days, we remember moments ! :: Dépensons à Manhattan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Fiche récapitulative annuelle CPAM zone très sous dotée
» zone sous dotée
» Les animaux ne sont plus considérés comme des biens meublés
» ça ne se passe pas comme je voulais...
» Roch Voisine - Comme j'ai toujours envie d'aimer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-