(Elijah) comme des enfants ❀

Partagez | .
 

(Elijah) comme des enfants ❀


DON'T LOOSE YOUR COOKIES™ :: New York et son rythme, We do not remember days, we remember moments ! :: Dépensons à Manhattan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Ea A. McBrown
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Prend soin de [i]Pollock[/i], le golden retreiver (4 ans) de Logan, la meilleure amie de Keegan.
► Mes messages : 155
► La boite à cookies : 4481
► Date d'inscription : 01/05/2017
► Date de naissance : 13/03/1992
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t1474-ea-a-mcbrown-le-m


le petit mot doux de Ea A. McBrown qui mange un cookie le Mar 2 Mai - 23:13 ► réponds-lui !


Aujourd'hui, nous étions dimanche. Et le dimanche, c'était le jour où Ea et Eli se retrouvaient pour passer toute la journée, soit à faire du sport, soit à regarder des films, soit à bouffer comme des porcs. Jeudi dernier, la jeune femme s'était faite agresser sur le chemin du retour, après avoir quitté le bureau. Plusieurs types l'avaient attrapés en bas de chez elle, pour lui casser la gueule dans la ruelle juste à côté. Sous le choc, elle avait appelé Keegan. Il s'était occupé d'elle, mais elle avait prévenu Eli dès le lendemain, une fois le choc passé. Keegan ce soir là, l'avait troublée, elle se rendait compte de plus en plus de ça, elle ne savait pas quoi en penser, mais préférait se dire que c'était l'effet du choc. Oui, c'était plus facile comme ça, n'est-ce pas ? Il était treize heures, Eli n'allait plus tarder. Ea n'avait trouvé le sommeil que tard, ou plutôt tôt ce matin, car comme d'habitude, ses terreurs nocturnes lui faisaient vivre un véritable enfer. Elle se réveilla tard, et bu un café en pyjama, attendant qu'Eli arrive. En attendant, elle fit un skype avec sa mère et sa sœur, comme tous les dimanches avant qu'Eli ne vienne en fait. Ouais, les vieilles habitudes... mais ça avait quelque chose de rassurant. Et puis, heureusement qu'elle n'avait pas fait de skype plus tot, sa mère se serait affolée de voir l'état du visage de sa fille, mais dans son appartement, il n'y avait pas beaucoup de lumière, à cause des immeubles très proches (son immeuble craint un max) et les bleus sur son visage, se fondaient dans les ombres de ce dernier. Une chance. Les trois femmes se donnèrent des nouvelles, se racontant comment s'étaient passées leurs semaines respectives. Ea sentie son cœur se serrer en voyant sa mère et sa sœur si proches, ensemble. Elle se disait qu'elle passait à coté de quelque chose, sûrement même. Finalement, on sonna à sa porte, parce que oui, Eli avait le code d'accès d'en bas. La jeune femme coupa court sa conversation avec sa mère et sa sœur, les embrassant et les saluant de gestes tendres et referma l'ordinateur, qu'elle laissa sur la table de la cuisine -seule table en fait- à côté de sa tasse à café, pas terminée. Ea avança jusqu'à la porte d'entrée, pour la déverrouiller, parce qu'à présent, elle refermait toutes les portes derrière son passage. Elle ouvrit et un large sourire se dessina sur ses lèvres en voyant son meilleur ami de l'autre côté de la porte. Il avait ramené plein de trucs, ce qui la faisait marrer. La jeune femme n'avait pas eu le temps de le voir suite à son agression, enfin, c'était surtout pour ne pas le faire paniquer, parce que son visage était vraiment gonflé et qu'elle avait eu du mal à se déplacer. Aujourd'hui, elle était encore marqué, mais ça allait mieux. La jeune femme passa un bras autour de son cou, pour déposer ses lèvres sur sa joue, tendrement. « Comment ça va ? » demanda t-elle en le laissant entrer, refermant la porte derrière lui, après un rapide coup d'oeil dans le couloir. Elle verrouilla, puis se tourna vers lui, pour lui sourire. Il le regardait d'une façon suspecte, sûrement pour constater par lui-même, l'étendue de ses blessures, mais il ne restait plus grand chose, hormis sa coupure à l'arcade, à la lèvre et un hématome sur sa pommette. La jeune femme s'approcha de son coin cuisine « tu veux un café ? » demanda t-elle, tandis qu'elle saisissait une tasse pour son meilleur ami, afin de le servir. Elle lui tendit cette dernière et le regarda, silencieusement. Elle savait très bien qu'il s'était inquiété pour elle, mais il ne fallait pas. Elle n'était pas en sucre et elle avait trop de fierté pour venir pleurer dans ses bras. « Je vais bien, je t'assure » sourit-elle alors, comme pour calmer ses angoisses silencieuses, qui se lisaient dans ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Elijah S. Sanders
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Mes messages : 430
► La boite à cookies : 2423
► Date d'inscription : 27/01/2017
► Date de naissance : 03/12/1992
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t364-make-it-different-
Modérateur

Modérateur
le petit mot doux de Elijah S. Sanders qui mange un cookie le Sam 13 Mai - 2:41 ► réponds-lui !

Comme des enfants
Ea feat Elijah

   
Et vive le dimanche ! Tous mes dimanches, je les réservais à Ea, et ceux depuis maintenant plus de deux ans. Le dimanche s’était sacré, une habitude que j’aimais et que je garderais que je refasse ma vie ou non avec Melody, et qui sait, peut-être qu’un jour Ea et Melody s’entendront et elle viendrait à la maison pour un brunch… J’espérais du fond du cœur qu’elles s’apprécieraient, je me voyais mal choisir entre ses deux femmes. Certes Melody était la femme de ma vie c’était indéniable, mais avec Ea, c’était tout autre. C’était moi au féminin, j’étais son double au masculin. On se connait trop, sûrement pour ça qu’entre elle et moi ça n’a fonctionné qu’un temps, à trop jouer dans les failles de l’autre on avait fini par laisser tomber et l’amitié avait été plus fort que nos querelles d’amoureux… J’aimais Ea, mais comme une sœur et la réciproque était là, c’était de l’amitié pure et dure. Alors je ne pouvais renoncer à elle, et je n’étais pas prêt de l’abandonner. Pas maintenant et pas comme ça. Surtout depuis son agression. Elle m’avait appelé Jeudi, la voix fragilisé, et m’avait expliqué qu’elle avait subi une agression près de chez elle, un passage à tabac qui avait laissé des stigmates dans ses chair et dans son esprit. J’avais voulu prendre ma bagnole pour la rejoindre mais elle avait refusé, voulant qu’on ne déroge pas à notre règle du dimanche uniquement. Alors j’avais concédé, mais putain que j’avais eue envie de la voir. Je m’étais contenu le reste de la semaine, attendant patiemment que le dimanche arrive.
J’avais fait les courses la veille, ayant acheté plein de trucs archi-gras comme du chocolat, de la glace, des pizzas et hamburgers, des sodas, de quoi se la mettre bien. Mais aussi j’avais plusieurs films dans mon disque dur externe. Une journée cosy quoi, afin qu’elle oublie ce qu’il s’est passé et qu’enfin elle se sente à l’abri. Je la connaissais comme ma poche, elle était traumatisée et sous ses airs de bonhomme, je savais bien qu’elle devait pétocher dans son appartement. En même temps vu le quartier où elle réside, je ne me sentirais pas à l’abri comme elle. Je sonnais chez elle, armé de mes sacs de bouffe, et je la vis m’ouvrir. Putain, elle était sérieusement amochée. Je déglutissais, ayant peur pour elle, puis elle prit par les épaules, le traditionnel bisou sur la joue. Je souriais doucement, et entrais chez elle. Je fis comme chez moi, et rangeais dans son congélateur les glaces et pizzas, puis mis les hamburgers dans le frigo ainsi que les sodas.

« - Hey beauté ! Moi je vais bien, mais toi ? ça va ? »

Elle me servit un café, et je le pris doucement, buvant une gorgée. La regardant silencieux. Les hématomes sur son visage, ses coupures, me fit froid dans le dos. Putain, elle avait morflé. Elle me mentait, je le savais, le coup du « ça va » c’était bon pour les autres. Je posais ma tasse sur son plan de cuisine, puis attrapais son visage pour scruter ses contusions en pouffant de rire.

« - Bah oui et moi je m'appelle Marilyn Monroe ! Ah d’autre le coup du « ça va ». Je te connais comme ma poche Ea, tu peux ne pas me mentir. »

Je touchais doucement du pouce son hématome, puis déposais un léger baiser sur sa joue, avant de la prendre dans mes bras. J’avais eu peur pour elle, même si elle était flic, qu’elle savait se défendre, elle restait une femme, et elle était à protéger.

« - Avoue le, t’es pas rassurée et ce n’est pas trop la forme ! Tu n’as pas à avoir honte Ea, pas avec moi en tout cas ! »


Je me reculais légèrement afin de voir son visage, puis resserrais mon étreinte tout en caressant ses cheveux. Elle ne savait pas me mentir, et moi non plus. Alors autant se l’avouer non ?
made by black arrow

_________________

   
I'll be with you from dusk till dawn

   
When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ea A. McBrown
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?
► Ami à poil : Prend soin de [i]Pollock[/i], le golden retreiver (4 ans) de Logan, la meilleure amie de Keegan.
► Mes messages : 155
► La boite à cookies : 4481
► Date d'inscription : 01/05/2017
► Date de naissance : 13/03/1992
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.dontlooseyourcookies.org/t1474-ea-a-mcbrown-le-m


le petit mot doux de Ea A. McBrown qui mange un cookie le Sam 13 Mai - 17:23 ► réponds-lui !

Quand Ea ouvrit la porte, elle croisa son regard, instant qui ne dura qu'une seconde, puisqu'indéniablement, son regard fut attiré par les bleus qui tuméfiaient encore son visage. Elle sourit tout de même, et le fit entrer, lui et ses gros sacs remplis de gras. Elle en salivait d'avance. Ea servit du café, à peine eut-il franchi le pas de son coin cuisine à vrai dire. Mais c'était le rituel, elle ouvrait la porte, ils se souriaient, un calin, un café et après la journée pouvait vraiment commencer. Ea tenait sa tasse dans ses deux mains, se réconfortant de la maigre chaleur qu'elle pouvait lui apporter, mais elle sentait bien le regard d'Eli sur son visage, elle croisa son regard et bien vite, il posa sa tasse sur le plan de travail, pour relever le menton de la jeune femme, qui déposa sa tasse aussi sur le plan de travail. Il regarda son visage, ses blessures et rigola, se fichant d'elle. Il affirmait qu'elle ne pouvait pas lui mentir. En réalité, Ea ne mentait jamais. Elle préférait cent fois dire la vérité, peu importe ses conséquences. Elle fixa son meilleur ami dans les yeux, esquissant un léger sourire en coin. « Aujourd'hui ça va, je t'ai pas menti. Tu m'aurais posé la question hier, ou avant hier, ça aurait été une autre réponse ouais » Il caressa du bout du doigt son hématome, avant de venir déposer ses lèvres sur sa joue, ce qui la fit grimacer, cette zone était encore sensible. Et puis bien vite, il la prit dans ses bras. Ea ferma les yeux, tandis que ses bras entourèrent le corps d'Eli. Elle se reposa quelques instants sur lui, avant qu'il ne se recule pour croiser à nouveau son regard, la forçant à être honnête avec lui. Elle ri, amusée et gênée aussi, et répondit « Ca va mieux Eli, je t'assure. Ca n'a pas été facile, autant ici qu'au travail. J'voulais pas me montrer comme ça, j'voulais pas non plus qu'ils s'imaginent que j'étais une femme faible qui reste cloitrer chez elle. Je me suis forcée à sortir, à faire comme si tout était fini et normal et... et quelque part ça a marché » elle avança ensuite son visage pour le nicher contre l'épaule d'Eli, un peu brutalement, mais elle ne voulait pas avouer ça en le regardant dans les yeux, sûrement son petit orgueil et sa fierté féminine qui ressortaient. Ses mains s'agrippaient à son pull, tandis que son front était littéralement collé contre le pull d'Eli. Et la bouche contre le tissu laineux de son pull, elle marmonna « mais si je ne m'étais pas forcée, je ne serai plus jamais sortie de chez moi » elle releva le visage, comme une enfant, posant à présent son menton sur le pull d'Eli, faisant en sorte que son visage soit tendu vers celui d'Eli, « mais aujourd'hui ça va » elle sourit faiblement et puis grimpa sur la pointe de ses pieds pour embrasser la joue de son meilleur ami, avant de quitter ses bras pour retrouver son plan de travail, afin de récupérer sa tasse à café encore chaude, elle en bu quelques gorgées, avant de demander à son ami « bon et toi alors, ta semaine ? Quoi de neuf ? » elle aimait qu'il lui raconte sa vie, son boulot, ses réussites, ses doutes, ses problèmes, ses sorties quand il en faisait. C'était leur rituel, le dimanche, comme un résumé de leurs semaines respectives, ils faisaient le point ensemble, et puis après ils se gavaient de sucre et comataient devant des films. De vrais gamins en pleine pyjama party. Mais clairement, c'était leur truc et Ea en avait rien à foutre qu'ils soient ringards, ou bien dépassés, ou bien encore qu'ils soient jugés par d'autres. Le dimanche, c'était comme ça et elle se demandait comment elle avait fait à Chicago, pour ne pas vivre le dimanche comme il se le devait. Avant Eli, elle passait ses dimanches à bosser, ou s'épuiser au sport et parfois, ça leur arrivait avec Eli, d'aller faire du sport, mais le plus souvent, ils jouaient les fainéants. Ea apprenait à lacher un peu de lest, une seule journée dans la semaine, quatre jours par mois. C'était suffisant pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
à la classe New Yorkaise apparement
Et si tu apprenais à le connaitre ?



le petit mot doux de Contenu sponsorisé qui mange un cookie le ► réponds-lui !

Revenir en haut Aller en bas
 

(Elijah) comme des enfants ❀


DON'T LOOSE YOUR COOKIES™ :: New York et son rythme, We do not remember days, we remember moments ! :: Dépensons à Manhattan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Henry D. Mills - "Les enfants sont comme du ciment frais. Tout ce qui leur tombe dessus laisse une trace."
» comment faire pour avoir une meilleure vie de couple avec des enfants ?
» A domicile comme chez l'orthophoniste
» Musique: ils écoutent quoi vos enfants?
» Que peut-on faire comme activité pour halloween avec un enfant de 2 ans?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-